6e régiment étranger d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
6e régiment étranger d'infanterie
insigne régimentaire Type II
insigne régimentaire Type II

Période 1939 à 19411949 à 1955
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de Terre
Légion étrangère
Type régiment
Rôle Infanterie
Effectif 3 300 personnes
Couleurs vert et rouge
Devise AD UNUM
Guerres Seconde Guerre mondiale

Indochine

Algérie

Le 6e régiment étranger d’infanterie est un régiment de la Légion étrangère créé au début de la Seconde Guerre mondiale, en 1939, et dissous définitivement en 1955.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le régiment est créé le 1er octobre 1939 à Homs en Syrie à partir d'effectifs provenant du 1er régiment étranger d'infanterie et du 2e régiment étranger d'infanterie.
Le 6e REI dépend de la 192e division d'infanterie.
Constitué à l'origine de 3 295 hommes (87/334/2876) il comprend :

Ce régiment est également connu sous le nom de "régiment du Levant de la Légion étrangère".

Le 1er janvier 1940, le 6e REI est scindé en deux parties :

  • un régiment de type montagne implanté à Homs, équipé de mulets, et commandé par le lieutenant-colonel Barre qui deviendra le 19 mars de la même année le 6e régiment étranger d'infanterie. Intégré à la 192e DI, il comprend :
    • un état major,
    • une compagnie de commandement,
    • une compagnie régimentaire d’engins (créée en mars 1940),
    • une compagnie hors rang,
    • le 1er bataillon,
    • le 2e bataillon.
  • un régiment motorisé de type outre-mer implanté à Damas, qui deviendra le 19 mars le groupement de Légion étrangère du Levant (GLEL). Commandé par le lieutenant-colonel Vias, il comprend :
    • un état major,
    • une section de commandement,
    • le 3e bataillon,
    • le 4e bataillon,
    • la section spéciale de la Légion étrangère.

Le 28 avril 1940, le 1er bataillon de marche des volontaires étrangers (1er BMVE), créé le 1er mars 1940, est affecté au 6e REI et devient le 11e bataillon de volontaires étrangers (11e BVE) jusqu'à sa dissolution le 16 octobre 1940.

Le 1er janvier 1941, dissolution du groupement de Légion étrangère du Levant, création sous l'autorité du 6e REI d’un groupe d’artillerie de Légion du Levant (GALL - constitué de trois batteries de 75 portés) et réorganisation du 6e REI : la CHR et la CRE sont dissoutes et la compagnie de commandement devient compagnie régimentaire.

Le régiment quitte le Liban le 16 août 1941 et rejoint le camp d’Idron (Pau) le 25 août avant de rejoindre Sidi-bel-Abbès le 3 décembre 1941.

A sa dissolution, le 31 décembre 1941, les légionnaires du 6e REI sont affectés à des unités de Légion qui formeront plus tard le 1er REIM puis le RMLE.

Le 6e REI est recréé le 1er avril 1949 en Tunisie.
Des prélèvements seront régulièrement effectués dans ses effectifs afin de renforcer les unités engagées en Indochine.
En Tunisie, le régiment est affecté aux tâches de maintien de l'ordre.
Il est dissout pour la seconde fois le 30 juin 1955.

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Le 6e REI, resté fidèle au régime de Vichy, sera opposé à la 1re DFL et notamment à la 13e DBLE dans une lutte fratricide du 8 juin au 24 juillet 1941 dans le cadre de la libération du Liban.

Traditions[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

« AD UNUM » qui signifie en latin : jusqu'au dernier

Insigne[modifier | modifier le code]

Hexagone d'argent ajouré dont la partie gauche représente trois colonnes du temple de Jupiter à Baalbek. Les deux bandes verte et rouge (à droite) et la grenade à sept flammes (au centre) sont les symboles de la légion étrangère.
Le numéro 6 du régiment est inscrit dans la base de la grenade.
En bas de l'insigne la devise « AD UNUM ». Un premier insigne datant de 1939 comprend une tête de légionnaire en son centre. Une version un peu plus grande ne reprend pas les couleurs vert et rouge Ces insignes n'ont pas été homologués[1].

Drapeau[modifier | modifier le code]

Les noms des campagnes suivantes s'inscrivent en lettres d'or sur le drapeau[2]:

6e régiment étranger d'infanterie-drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Au Moyen-Orient 1939 - 1941

  • Colonel Imhaus (1/10/1939 - 20/12/1939)
  • Lieutenant-colonel Barre (20/12/1939 - 10/1941 )
  • Lieutenant-colonel Delore (10/1941 - 12/1941)

En Tunisie et en Extrême-Orient du 01 04/1949 au 01 07/1955

  • Lieutenant-colonel René Babonneau
  • Lieutenant-colonel Rossi
  • Chef de bataillon Georgeon

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre de insignes de Tibor Szecsko page 106 et 107
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007