6e Division SS de Montagne Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec 6e division de montagne (Allemagne).
6e Division SS de montagne Nord
6. SS-Gebirgs-Division „Nord“
Image illustrative de l'article 6e Division SS de Montagne Nord

Période Juin 1941Mai 1945
Pays Flag of German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Schutzstaffel SS.svg Waffen-SS
Type Division SS
Guerres Seconde Guerre mondiale
Commandant Liste des commandants

La 6e division SS de montagne „Nord“ (6. SS-Gebirgs-Division „Nord“) est l'une des 38 divisions des Waffen-SS durant la Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

La 6e division SS de montagne „Nord“ est créée en juin 1941, à partir du Kampfgruppe "Nord" reconstitué et du 9e régiment d'infanterie SS. Elle participe aux tentatives de couper la voix ferrée reliant le port de Mourmansk à la Russie centrale. La division passe ensuite au front de Carélie où elle tente, aux côtés des forces finnoises, de repousser l'offensive de l'Armée rouge du printemps 1944. Après l'armistice russo-finnois (10 septembre 1944), la division bat en retraite vers la Norvège. Elle réussit néanmoins à stopper l'avance des soviétiques avec l'aide du cuirassé Tirpitz qui l'appuie de son artillerie, avant d'être transférée en Allemagne.

La division est affectée à l'opération "Nordwind" en Alsace, puis elle est réorganisée dans le Palatinat. Elle combat ensuite la 1reArmée française dans la poche de Colmar, puis à Stuttgart, avant de se retirer en Autriche où elle se rend aux troupes françaises[1]. La division compte cinq chevaliers de la Croix de fer:

  • Le SS Sturmbannfûhrer Gottlieb Renz, en septembre 1944.
  • Le SS Obergruppenfûhrer Friedrich Wilhelm Krûger, commandeur de la division, le 22 octobre 1944.
  • Le SS Gruppenfûhrer Karl Brenner, commandeur de la division, le 24 janvier 1945.
  • Le SS Untersturmfûhrer Hans Mayer, le 30 avril 1945.

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Laponie, Carélie, Alsace, Palatinat, Wurtemberg.

Commandants[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. François Duprat. Les campagnes de la Waffen SS, vol.2; p.115-117. Ed. Les sept couleurs.1973, Evreux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]