6e armée (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 6e armée française)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 6e armée.
6e armée
Période 26 août 1914
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Armée
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - Première bataille de la Marne
1914 - Bataille de l'Ourcq
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille du Chemin des Dames
1918 - Bataille de l'Aisne
1918 - 2e Bataille de la Marne

La 6e armée française est une unité de l'armée de terre française qui combat durant la Première et la Seconde Guerre mondiale.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La 6e armée française est formée le 26 août 1914, elle est composée de troupes hétéroclites provenant des différentes armées françaises : 2 corps d'armée d'active, le 4e et le 7e corps d'armée détaché respectivement de la 3e armée et de la 1re armée française, des 5e et 6e groupes de divisions de réserve, des 45e et 37e divisions d'infanterie, de la brigade de chasseurs indigènes et du corps de cavalerie de Sordet.

4e corps d'armée[modifier | modifier le code]

Constitué au Mans, il est formé des 7e et 8e divisions d'infanterie.

7e corps d'armée[modifier | modifier le code]

Venant de Besançon, il est composé de deux divisions d'infanterie et d'éléments organiques de corps d'armée, sous le commandement direct du général commandant le corps d'armée.

5e groupe de divisions de réserve[modifier | modifier le code]

6e groupe de divisions de réserve[modifier | modifier le code]

autres troupes rattachées à la 6e armée[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après la percée des Ardennes le 13 mai 1940, le général Touchon se voit confier un "détachement d'armée" composé de troupes rassemblées à la hâte et chargé de contrer l'ennemi; celui-ci ne peut qu'édifier une fragile barrière sur l'Aisne, vers le sud. L'ensemble, renommé 6e armée, se bat ensuite courageusement lorsque les Allemands attaquent sur l'Aisne le 9 juin, mais se désagrège dans la défaite et la retraite jusqu'en Bourgogne, face aux Panzers de Kleist et Guderian.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Les chefs de la 6e armée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le général Degoutte est mis, le 11 septembre 1918, à la disposition de SM le Roi des Belges. Le 15 octobre, la 6e armée est reconstituée avec le nom d'Armée française de Belgique (sous le commandement du général de Boissudy). Le 18 novembre, le général Degoutte reprend le titre de commandant de la 6e armée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]