61 Cygni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 21h 06m 54.6s, +38° 44′ 45″

61 Cygni A/B

alt=Description de l'image 61 cygni map.png.

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 21h 06m 54,6s
Déclinaison +38° 44′ 45″
Constellation Cygne
Magnitude apparente +5,20/+6,05
Caractéristiques
Type spectral K5 V/K7 V
Indice B-V +1,07
Indice R-I ?
Indice J-K ?
Variabilité Supposée
Astrométrie
Vitesse radiale -64,3 km/s
Mouvement propre μα = 4 156,93 mas/a
μδ = 3 259,39 mas/a
Parallaxe 287,18 ± 1,51 mas
Distance 11,36 ± 0,06 al
(3,48 ± 0,02 pc)
Magnitude absolue +7,48/+8,33
Caractéristiques physiques
Masse 0,70/0,63 M
Rayon 0,72/0,67 R
Gravité de surface (log g) ?
Luminosité 0,085/0,039 L
Température 4 450/4 120 K
Métallicité ?
Rotation km/s
Âge > 4 6×109 a
Composants stellaires
Composants stellaires 61 Cygni A
61 Cygni B
Système planétaire
Planètes une pour 61 Cygni B.
non confirmé

Autres désignations

La volante de Piazzi, 61 Cyg (Flamsteed), HR 8085/8086, HD 201091/201092, SAO 70919, BD+38 4343, HIP 104214

61 Cygni est un système binaire de deux étoiles quasi identiques de la constellation du Cygne. Elle est remarquable par son très rapide mouvement propre au sein de notre Galaxie. Sa magnitude de 5,2 qui permet de la voir à l'œil nu sous un ciel pur, lui a donné la caractéristique d'être l'étoile la plus rapide visible à l'œil nu[1].

61 Cygni ne doit pas être confondue avec 16 Cygni, autre étoile de la constellation du Cygne tout aussi remarquable mais pour d'autres raisons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le passé de 61 Cygni est très chargé : elle fut en effet la première étoile dont on mesurera la distance par la méthode de la parallaxe.

En 1753, James Bradley, astronome britannique, découvre sa nature d'étoile binaire. Puis, en 1806, l'astronome italien Giuseppe Piazzi observe 61 Cygni, ce qui est une occasion rêvée pour pouvoir s'entraîner à mesure les distances angulaires, car entourée d'étoiles faibles. Il commence ses mesures angulaires, à la main à l'époque, utilisant seulement ses yeux et son micromètre à fil. Puis, après avoir comparé plusieurs mois d'observations minutieuses, il constata que la paire avait bougé de 5 secondes d'arc par rapport aux étoiles d'arrière plan. Il clamera haut et fort la proximité de cette étoile, mais sans calculer vraiment sa distance.

Friedrich Wilhelm Bessel eut vent de la nouvelle, et il commença les mesures de parallaxe sur 61 Cygni. Grâce à la perfection de la méthode des parallaxes, et grâce aux meilleurs instruments de l'époque construits par Fraunhofer en 1829, il put estimer en 1838 la distance de 61 Cygni à 10,5 années-lumière, pour une parallaxe de 0"31. Il en profita pour publier ses résultats obtenus 15 ans plus tôt sur Alpha Lyrae (Véga) et Alpha Aquilae (Altaïr).

Mouvement propre[modifier | modifier le code]

Le mouvement propre du système 61 Cygni est égal visuellement à environ le diamètre de la pleine lune en 150 ans. Ceci est dû, d'une part à sa relative proximité, d'autre part à sa grande vitesse (106 km/s environ)[2].

Système binaire[modifier | modifier le code]

Les deux étoiles composant le système 61 Cygni sont de types comparables au Soleil, bien que légèrement plus petites et plus froides. Elles tournent autour d'un barycentre commun en 653,2 années environ. La distance angulaire entre les deux astres est d'environ 30"0 (époque J2000.0), et la paire est bien séparée à partir d'un grossissement de quelques dizaines de fois, parfaitement atteignable par un petit télescope.

Récemment, l'on aurait découvert une planète ou une naine brune en orbite autour de 61 Cygni B mais cela reste à confirmer.

Trois planètes restent inconfirmées[3] :

  • 61 Cygni Ab : 6 masses joviennes
  • 61 Cygni Ac : 12 masses joviennes
  • 61 Cygni Bb : 7 masses joviennes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En fait l'étoile Groombridge 1830 possède un mouvement propre encore plus important, mais avec une magnitude de +6,4, elle n'est visible à l'œil nu que dans des conditions d'observation extrêmement favorables.
  2. Vitesse spatiale calculée avec les données de 1911 : la parallaxe de 310 mas donne une distance de 10,5 années-lumière ; mouvement propre total = 5,205 arcsec/an (moyenné) soit 79,4 km/s ; vitesse radiale = -62 km/s. Ceci conduit à une vitesse spatiale en 1911 de \sqrt{79.4^2 + 62^2} = 100 km/s. Comparaison avec les données plus précises de 1953 et de 1997 : la parallaxe de 287,18 mas donne 11,36 al et donc une vitesse transversale de 87 km/s ; combinée avec une vitesse radiale de -64 km/s cela conduit à une vitesse spatiale nette de \sqrt{87^2 + 64^2} = 106 km/s.
  3. Asimov, Isaac (1981). Extraterrestrial Civilizations. London: Pan Books Ltd. ISBN 978-0-330-26249-1 d'après la version anglaise de wikipédia