581

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
578 579 580  581  582 583 584

Décennies :
550 560 570  580  590 600 610
Siècles :
Ve siècle  VIe siècle  VIIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire  IIe millénaire


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année 581 du calendrier julien.

Événements[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]


Proche-Orient[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Les royaumes francs en 581
  • Léovigild fonde Victoriacum (Vitoria) en Espagne pour marquer son succès sur les Vascons[5].
  • À la mort du régent Gogon, l’Austrasie s’allie avec Chilpéric au détriment de Gontran sous l’influence d’Aegidius, évêque de Reims, à la tête d’une faction comprenant Ursion, Berthefried et Gontran Boson. Le duc de Champagne Loup, fidèle de Brunehilde, est contraint de s’enfuir auprès de Gontran en Bourgogne. Le peuple d’Austrasie menace de se révolter et Aegidius doit fuir pour sauver sa vie (583)[6].
  • Le général mérovingien d’origine romaine Eunius Mummolus rompt avec Gontran et se retire à Avignon, sous la protection du roi Childebert, à qui la ville appartient[7].
  • Childebert d'Austrasie confie au duc Gundulf la mission de remettre sous sa domination la portion de Marseille qui lui appartient et de réinstaller dans son évêché Théodore, en conflit avec le préfet de Gontran Dynamius qui l'a fait prisonnier. Gundulf est contraint de passer par la Touraine et Avignon. Il parvient à entrer dans Marseille mais après son départ Dynamius provoque de nouveau la révolte de la partie austrasienne de la ville en faveur de Gontran[7].
  • Expédition du duc Didier en Aquitaine, pour le compte de Chilpéric, qui profite de la discorde entre Childebert et Gontran pour s'emparer de l'Agenais et du Périgord, possessions de Gontran[8].
  • Chilpéric envoie le duc Bladastes combattre les Vascons au sud des Pyrénées. Battu, il laisse la majeure partie de son armée[9].

Naissances en 581[modifier | modifier le code]

Décès en 581[modifier | modifier le code]

  • Falang, moine bouddhiste chinois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Papers on Far Eastern history, Numéros 35 à 38, Dept. of Far Eastern History, Australian National University,‎ 1987 (lire en ligne)
  2. History of civilizations of Central Asia, Volume 3, Motilal Banarsidass Publ.,‎ 1999 (ISBN 8120815408, lire en ligne)
  3. a et b Michael Whitby, The Emperor Maurice and his historian: Theophylact Simocatta on Persian and Balkan warfare, Oxford University Press,‎ 1988 (ISBN 0198229453, lire en ligne)
  4. Eduard von Muralt, Essai de chronographie byzantine : Pour servir à l'examen des annales du bas-empire et particulièrement des chronographes slavons de 395 à 1057, St. Petersbourg, Eggers,‎ 1855 (lire en ligne)
  5. Enrico Guidoni, La ville européenne: formation et signification du quatrième au onzième siècle, Mardaga,‎ 1981 (ISBN 2-87009-133-8, lire en ligne)
  6. Antoine Flobert, Brunehault : etude historique, Colmar, Decker,‎ 1853 (lire en ligne)
  7. a et b Claude de Vic, Joseph Vaisslete, Alexandre Du Mège, Histoire générale de Languedoc, Volume 1, Paya,‎ 1840 (lire en ligne)
  8. Jean-Mamert Cayla, Perrin-Paviot, Histoire de la ville de Toulouse depuis sa fondation jusqu'à nos jours, Bon et Privat,‎ 1839 (lire en ligne)
  9. Ferdinand Lot, Naissance de la France, Librairie Arthème Fayard,‎ 1948, 864 p. (lire en ligne)