500 miles d'Indianapolis 1963

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Watson-Offenhauser de Parnelli Jones, victorieuse de l'édition 1963 des 500 miles d'Indianapolis.

Les 500 miles d'Indianapolis 1963, courus sur l'Indianapolis Motor Speedway et organisés le jeudi 30 mai 1963, ont été remportés par le pilote américain Parnelli Jones sur une Watson-Offenhauser

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Ligne Intérieur Milieu Extérieur
1 Drapeau : États-Unis Parnelli Jones Drapeau : États-Unis Jim Hurtubise Drapeau : États-Unis Don Branson
2 Drapeau : États-Unis Rodger Ward Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : États-Unis Jim McElreath
3 Drapeau : États-Unis Bobby Marshman Drapeau : États-Unis A. J. Foyt Drapeau : États-Unis Paul Goldsmith
4 Drapeau : États-Unis Eddie Sachs Drapeau : États-Unis Chuck Hulse Drapeau : États-Unis Dan Gurney
5 Drapeau : États-Unis Allen Crowe Drapeau : États-Unis Roger McCluskey Drapeau : États-Unis Duane Carter
6 Drapeau : États-Unis Bobby Unser Drapeau : États-Unis Dick Rathmann Drapeau : États-Unis Bob Christie
7 Drapeau : États-Unis Lloyd Ruby Drapeau : États-Unis Bobby Grim Drapeau : États-Unis Eddie Johnson
8 Drapeau : États-Unis Chuck Stevenson Drapeau : États-Unis Art Malone Drapeau : États-Unis Bob Veith
9 Drapeau : États-Unis Bud Tingelstad Drapeau : États-Unis Johnny Rutherford Drapeau : États-Unis Johnny Boyd
10 Drapeau : États-Unis Elmer George Drapeau : États-Unis Jim Rathmann Drapeau : États-Unis Dempsey Wilson
11 Drapeau : États-Unis Al Miller II Drapeau : États-Unis Ebb Rose Drapeau : États-Unis Troy Ruttman

La pole a été réalisée par Parnelli Jones à la moyenne de 151,153 mph (243,257 km/h). Il s'agit également du meilleur temps des qualifications.

Classement final[modifier | modifier le code]

# Pilote Voiture Tours Temps/Abandon
1 Drapeau : États-Unis Parnelli Jones Watson-Offenhauser 200 3 h 29 min 35 s 20
2 Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark (R) Lotus-Ford 200  
3 Drapeau : États-Unis A. J. Foyt Trevis-Offenhauser 200  
4 Drapeau : États-Unis Rodger Ward Watson-Offenhauser 200  
5 Drapeau : États-Unis Don Branson Watson-Offenhauser 200  
6 Drapeau : États-Unis Jim McElreath Watson-Offenhauser 200  
7 Drapeau : États-Unis Dan Gurney Lotus-Ford 200  
8 Drapeau : États-Unis Chuck Hulse Ewing-Offenhauser 200  
9 Drapeau : États-Unis Al Miller II (R) Thompson-Chevrolet 200  
10 Drapeau : États-Unis Dick Rathmann Watson-Offenhauser 200  
11 Drapeau : États-Unis Dempsey Wilson Kuzma-Offenhauser 200  
12 Drapeau : États-Unis Troy Ruttman Kuzma-Offenhauser 200  
13 Drapeau : États-Unis Bob Christie Christensen-Offenhauser 200  
14 Drapeau : États-Unis Ebb Rose Watson-Offenhauser 200  
15 Drapeau : États-Unis Roger McCluskey Watson-Offenhauser 198 accident
16 Drapeau : États-Unis Bobby Marshman Epperly-Offenhauser 196 suspension
17 Drapeau : États-Unis Eddie Sachs Watson-Offenhauser 181 accident
18 Drapeau : États-Unis Paul Goldsmith Watson-Offenhauser 149 mécanique
19 Drapeau : États-Unis Lloyd Ruby Watson-Offenhauser 126 accident
20 Drapeau : États-Unis Eddie Johnson Watson-Offenhauser 112 accident
21 Drapeau : États-Unis Chuck Stevenson Watson-Offenhauser 110 moteur
22 Drapeau : États-Unis Jim Hurtubise Kurtis Kraft-Novi 102 fuite d'huile
23 Drapeau : États-Unis Duane Carter Thompson-Chevrolet 100 mécanique
24 Drapeau : États-Unis Jim Rathmann Watson-Offenhauser 99 mécanique
25 Drapeau : États-Unis Bobby Grim Trevis-Offenhauser 79 fuite d'huile
26 Drapeau : États-Unis Bob Veith Porter-Offenhauser 74 moteur
27 Drapeau : États-Unis Allen Crowe Trevis-Offenhauser 47 accident
28 Drapeau : États-Unis Bud Tingelstad Epperly-Offenhauser 46 accident
29 Drapeau : États-Unis Johnny Rutherford (R) Watson-Offenhauser 43 transmission
30 Drapeau : États-Unis Elmer George Lesovsky-Offenhauser 21 tenue de route
31 Drapeau : États-Unis Art Malone (R) Kurtis-Novi 18 embrayage
32 Drapeau : États-Unis Johnny Boyd Epperly-Offenhauser 12 fuite d'huile
33 Drapeau : États-Unis Bobby Unser (R) Kurtis-Novi 2 accident

Un (R) indique que le pilote était éligible au trophée du "Rookie of the Year" (meilleur débutant de l'année), attribué à Jim Clark.

À noter[modifier | modifier le code]

  • Deux ans après une prestation moyennement convaincante de Jack Brabham sur Cooper, le constructeur Lotus (avec son pilote fétiche Jim Clark, ainsi que Dan Gurney) s'inscrit à son tour à l'épreuve avec une monoplace à moteur arrière. C'est le début de ce que les historiens de l'Indy 500 appellent la "British Invasion".
  • Parnelli Jones gagne dans la polémique: victime d'une fuite d'huile en fin de course alors qu'il est en position de leader, il échappe au drapeau noir synonyme de retour obligatoire aux stands que la direction de course brandit normalement à un pilote dont la voiture présente un danger pour les autres concurrents. Clark, qui termine deuxième derrière Jones après avoir été obligé de rester à distance pour éviter les projections d'huile accepte le dénouement avec fair-play. Moins diplomate, son patron Colin Chapman y voit quant à lui une volonté délibérée de l'organisation d'éviter que la victoire ne revienne à des étrangers.

Sources[modifier | modifier le code]