40e régiment d'artillerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
40e régiment d’artillerie
insigne régimentaire du 40e RA
insigne régimentaire du 40e RA

Période 1894
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'artillerie
Rôle Artillerie
Fait partie de 1er brigade mécanisée
À compter de 2009
2e brigade blindée
Garnison Suippes
Devise Sursum Corda
Haut les cœurs
Inscriptions
sur l’emblème
La Marne 1914
Champagne 1915
Verdun 1916-1917
La Somme 1916
L'Aisne 1917-1918
Reims 1918
Flandres 1940
Paris 1944
Strasbourg 1944
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères aux couleurs du ruban de la médaille militaire
avec olives aux couleurs des rubans des croix de guerre de 1914-1918 et de 1939-1945
Décorations Croix de guerre 1914-1918
cinq palmes
une étoile de vermeil
Croix de guerre 1939-1945

trois palmes

Le 40e régiment d'artillerie est une unité militaire française. Créé en 1894 à Saint-Mihiel, dans la Meuse, il a été, pendant plus d'un siècle d'existence, toujours glorieusement présent dans les drames vécus sur le sol national.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • Le 1er octobre 1894, le 40e régiment d’artillerie de campagne est créé à Saint-Mihiel dans la Meuse.
  • Puis pendant la campagne de 1940 il porte le nom de 40e régiment d’artillerie nord-africain.
  • En 1940 il est dissous.
  • En 1943 il est recréé au Maroc.
  • En 1949 dissolution.
  • En 1962 il est recréé.

Colonels/chef de corps[modifier | modifier le code]

  • Colonel Rossin 1894 - 1895
  • Colonel Colard 1898 - 1903
  • Colonel de Bartein 1903 - 1906
  • Colonel Pellarin 1909 - 1912
  • Colonel Le Gallais 1912 - 1914
  • Colonel Dutey 1914 -1916
  • Lieutenant-Colonel de Chambrun 1916 - 1917
  • Chef d'Escadron de Rosamel 1917
  • Lieutenant-Colonel Giraud 1917
  • Colonel Keller 1917 - 1918
  • Colonel Lips 1919 - 1925
  • Colonel Gellion 1926 - 1927
  • Colonel Bachy 1928 - 1931
  • Colonel Jouffroy 1932 - 1933
  • Colonel Leddet 1934 - 1935
  • Colonel Moreau 1936 - 938
  • Colonel Bignon 1939
  • Lieutenant-Colonel Dutrey 1939 - 1940
  • Chef d'Escadron Mirambeau 1943 - 1944
  • Chef d'Escadron Weil 1944 - 1945
  • Chef d'Escadron Tournaire 1946
  • Chef d'Escadron Janisque 1946
  • Colonel Choisy 1947 - 1949
  • Chef d'Escadron Deshons 1922 - 1958
  • Lieutenant-Colonel Ranvoisy 1958 - 1960
  • Lieutenant-Colonel Emanuelli 1960 - 1962
  • Lieutenant-Colonel Noël 1962
  • Lieutenant-Colonel Bouard 1962 - 1964
  • Colonel Bourgogne 1964 - 1966
  • Colonel Dumas 1966 - 1968
  • Colonel Nicolas 1968 - 1970
  • Lieutenant-Colonel Paccard 1970 - 1972
  • Lieutenant-Colonel Dorade 1972 - 1974
  • Colonel Jolibois 1974 -1 976
  • Colonel Moreau 1976 - 1978
  • Colonel Philip 1978 - 1980
  • Colonel Delissnyder 1980 - 1982
  • Colonel Dubouchet 1982 - 1984
  • Colonel Mareine 1984 - 1986
  • Colonel Hallopeau 1986 - 1988
  • Colonel Millot 1988 - 1990
  • Colonel Litique 1990 - 1992
  • Lieutenant-Colonel Martin 1992 - 1994
  • Colonel Bescond 1994 - 1996
  • Colonel Luc 1996 - 1998
  • Colonel Vaquier 1998 - 2000
  • Colonel Chalmel 2000 - 2002
  • Colonel Bengler 2002 - 2004
  • Colonel Septier 2004 - 2006
  • Colonel Devesa 2006 - 2008
  • Colonel Lecorguillé 2008 - 2010
  • Colonel Chapuis 2010-2012
  • Colonel Chalmin 2012-2014

Historique des garnisons, combats et batailles du 40e RA[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Le 1er octobre 1894, le 40e régiment d’artillerie de campagne est créé à Saint-Mihiel dans la Meuse, où il tient garnison jusqu’à la Première Guerre mondiale. Dès sa création, le régiment est équipé du tout nouveau mousqueton d’artillerie modèle 1892. À partir de 1897, le canon 75 mm équipe le 40e RA autorisant le tir à défilement de crêtes et d’une portée de 8 000 mètres.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

  • il combat à Verdun, d'abord au Mort Homme, puis sur la Somme en juillet, lors de l'attaque britannique.
Chef de pièce d'un canon de 75 (musée des blindés de Saumur)

1917[modifier | modifier le code]

  • il participe à l'offensive de l'Aisne à la cote 108 puis à Verdun sous les gaz asphyxiants.

1918[modifier | modifier le code]

  • il est en Lorraine, puis au Chemin des Dames, au passage de l'Ardre (Sud de Reims), puis il participe à l'offensive de Champagne.


Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Il appartient à la 2e division d'infanterie nord- africaine (2eD.I.N.A.) division active, type nord-est sous le commandement du général Lescanne, puis du général Dame à partir du 1er janvier 1940. Ce dernier est fait prisonnier le 31 mai et meurt en captivité. Durant la campagne de 1940, le 40e R.A nord-africain combat dans les Flandres et cesse la lutte à Haubourdin le 31 mai 1940 dans le Nord. L’ennemi lui rend les honneurs de la guerre.
  • Il renaît en 1943 au Maroc au sein de la 2e DB. Il débarque en Normandie le 31 juillet 1944 et participe à la libération de Paris et de Strasbourg.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Deux AMX AuF1 du 40e régiment d'artillerie déployé au sein de l'Implementation Force en Bosnie en 1996.

.

  • Il est dissous en 1949 et recréé en 1952, en Allemagne. Il fait alors partie du Groupement de l'École d'application de l'Artillerie qu'il suit à Châlons-sur-Marne en 1953. En 1962, il appartient à la 10e brigade mécanisée de Reims. En 1975, il est regroupé à Suippes. En 1977, il devient le régiment d'artillerie de la 10e DB. En 1985, il rejoint la 2e DB.
  • À partir de 1995, il se professionnalise et crée des batteries à 8 pièces. En 1995, il déploie un module de 8 canons "Le Groupe d'Artillerie Leclerc" sur le Mont Igman et contribue au désenclavement de Sarajevo. En 1999, il devient le régiment d'artillerie de la 1re BM de Châlons-en-Champagne.

Le 1er juillet 1999, le régiment quitte la 2e DB et intègre la 1re brigade mécanisée dont l’état-major est localisé à Châlons-en-Champagne. Aujourd’hui il est présent aux quatre coins du monde avec des projections au Kosovo, en Guyane, au Tchad et bien d’autres. En janvier 2007, il a assuré la première relève au Liban de la mission d’appui de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), au sud du pays, dans le cadre du mandat Daman. Depuis le mois de septembre il assure de nombreuses missions et opérations extérieures (Liban, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Bosnie, Kosovo, Tchad, Cameroun, Djibouti… ainsi que dans tous les départements et territoires d’outre-mer.…). Du 11 janvier au 6 juillet 2009, une batterie a été déployée en Afghanistan. En 2009 le régiment quitte la 1re brigade mécanisée et réintègre la 2e Brigade Blindée.

Étendard[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs de la médaille miltaire avec olives de la croix de guerre 1914-1918 1939-1945.jpg

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]:

40e régiment d'artillerie.svg


Sa cravate est décorée de la fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire avec olives aux couleurs des rubans des croix de guerre (14-18 et 39-45).

  • L'étendard du 40e RA est le plus décoré de tous les étendards d'artillerie.

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la croix de Guerre 1914-1918 avec 5 palmes et 1 étoile puis de la croix de guerre 1939-1945 avec 3 palmes. Croix de la valeur militaire depuis juillet 2013

Béret (Insigne d'artillerie).JPG

Le 16 mai 2013 le chef d'État major de l'Armée de Terre a remis, dans la cour d'honneur des Invalides, la croix de la Valeur militaire avec palme à la 2e batterie pour son action en Afghanistan en 2009

Devise[modifier | modifier le code]

  • Sursum Corda (Haut les cœurs)

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

Le régiment aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Subordinations[modifier | modifier le code]

Le régiment est subordonné à la 2e brigade blindée elle-même composante de la force d'action terrestre.

Composition[modifier | modifier le code]

  • 4 batteries de tir
  • 1 batterie de renseignement de brigade
  • 1 batterie de commandement et de logistique
  • 1 unité d'intervention de réserve

Missions[modifier | modifier le code]

Le 40e régiment d’artillerie est chargé de l’appui-feux de la 2e brigade blindée. Il participe également à toutes les missions intérieures, telles que le plan Vigipirate, le renfort aux frontières et l’aide à la population (Polmar, inondations…).

Matériel en 2011[modifier | modifier le code]

  • 32 AMX 30 155 AUF1 (canon de 155 mm d'une portée de 30 km environ).
  • 13 VOA (véhicule d'observation de l'artillerie).
  • 5 véhicules blindés radar.
  • 2 PCR (postes de commandement régimentaire).
  • 1 radar météorologique.
  • 16 mortiers de 120 mm.
  • système ATLAS Canon


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon.
  • Historique de l'artillerie française, H. Kauffert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]