37e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
37e Régiment d'Infanterie
Image illustrative de l'article 37e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 37e R.I.FInsigne régimentaire du 37e R.I
Insigne régimentaire du 37e R.I.F
Insigne régimentaire du 37e R.I

Période 15871999
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Devise Vaincre ou mourir
Inscriptions
sur l’emblème
Zurich 1799
Polotsk 1812
Alger 1830
Solférino 1859
Lorraine 1914
Flandres 1914
Verdun 1916
Champagne 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles Bataille de Zurich
Bataille de Hohenlinden
Bataille de Wagram
Bataille de Lützen
Bataille de Bautzen
Bataille de LeipzigBataille de Montereau
Bataille de Ligny
Bataille de Morhange
Bataille des Flandres
Bataille de Champagne
Bataille de Verdun
Bataille de la Somme
Seconde bataille de la Marne

Le 37e Régiment d'infanterie de Ligne (ou 37e RI) est un régiment d'infanterie de ligne constitué sous l'Ancien Régime était le Régiment de Royal-Roussillon. Le premier bataillon participa à la guerre de Sept Ans de 1756 à 1761 au Canada, sous les ordres du général Louis-Joseph de Saint-Veran, marquis de Montcalm, avec pour colonel M. de Sennezergue.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Colonels/chef-de-brigade[modifier | modifier le code]

  • 1791: Joachim Robin de Blair de Fressineaux - Colonel
  • 1792: Bernard Martin Lambron de la Crouziliere - Colonel
  • 1793: Chantepie (?) - Colonel
  • 1796: Lacroix - Chef de brigade
  • 1801: Claude Petit - Chef de brigade
  • 1803: Jean-Joseph Gauthier - Colonel
  • 1812: Melchior Mayot - Colonel
  • 1813: Ferjeux Fortier - Colonel
  • 1887 - 1890: colonel de Monard
  • 1895: Arthur de Nonancourt - Colonel
insigne de béret d'infanterie


(*) Deux de ces officiers sont devenus par la suite généraux de brigade.

Colonels tués et/ou blessés pendant leur temps de commandement au 37e régiment d'infanterie de ligne :

  • Colonel Mayot : tué le 18 août 1812
  • Colonel Fortier : blessé les 28 novembre 1812 et 19 octobre 1813

Officiers tués et/ou blessés pendant qu'ils servaient au 37e régiment d'infanterie durant la période 1804-1815:

  • Officiers tués: 33
  • Officiers morts des suites de leur blessures: 15
  • Officiers blessés: 168

Historique des garnisons, combats et batailles du 37e RI de ligne[modifier | modifier le code]

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Régiment d’infanterie d’Eu

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Rattachements : Casernement Nancy, 22e brigade d'infanterie, 11e division d'infanterie, 20e Corps d'Armée

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

    • Offensive de L'Aisne: Nord de Verneuil

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2]:

37e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 3 palmes, puis de la Croix de guerre 1939-1945 1 palme.

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Vaincre ou mourir

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

Jacques, Michel, Pierre DELMAS Dit Jacques CHABAN-DELMAS (1938/1939)

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

En 1756, l'uniforme était blanc, avec veste, collet et parements bleus, boutons dorés, 5 pour les parements, poches en travers à 3 boutons.

sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives militaires du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Chronologie historique-militaire; Henri de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne pages 32 et suivantes
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]