36e division d'infanterie motorisée (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 36e division d'infanterie.
36. Infanterie-Division (motorisiert)
36. Grenadierdivision
36. Volksgrenadierdivision
Période 1936 – Mai 1945
Pays Flag of German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Wehrmacht
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Bataille de Koursk
Campagne de Lorraine


La 36e division d'infanterie est une des divisions d'infanterie de l'armée allemande (Wehrmacht) durant la Seconde Guerre mondiale.

Création[modifier | modifier le code]

La 36e Infanterie-Division est formée en 1936 à Kaiserslautern. Elle dépend donc du Wehrkreis XII.
Positionnée sur le Westwall en août 1939, la division est stationnée à Deux-Ponts. Pendant la campagne de France, au printemps 1940, la division se bat dans la région de Sedan et sur la Meuse. Elle atteint Verdun le 15 juin 1940, puis fait route vers Toul. Elle retrouve ses quartiers en septembre 1940.
Réorganisée à l'automne 1940, la division devient la 36e. Infanterie-Division (motorisiert). Le 22 juin 1941, elle participe à l'opération Barbarossa. Affectée jusqu'alors dans le groupe d'armées C, elle passe dans le groupe d'armées A en avril 1941, puis dans le groupe d'armées Centre en octobre 1941.
Elle est réorganisée en août 1944. La 36e Grenadierdivision est constituée le 3 août 1944 à partir de la 36e Infanterie-division. Rattachée au LXXXII. Armeekorps qui dépend de la 1re armée au sein du groupe d'armées G, la division retrouve ses quartier en Sarre-Palatinat.
Renommée 36. Volks-grenadier-division le 9 octobre 1944, la division opère au nord de Metz en Lorraine sous les ordres du Generalmajor August Wellm. Rattachée au LXXX. Armeekorps, elle dépend de la 7e armée, au sein du Groupe d'armées B. En décembre 1944, elle passe dans le XIII. SS-Armeekorps rattaché alors à la 1re armée, au sein du Groupe d'armées G. La division opère en Sarre et en Lorraine du Nord.

Composition[modifier | modifier le code]

Septembre 1944[modifier | modifier le code]

  • 36. Grenadierdivision
  • Grenadier-Regiment 87
  • Grenadier-Regiment 118
  • Grenadier-Regiment 165
  • Artillerie-Regiment 268
  • Divisions-Füsilier-Kompanie 36
  • Flak-Kompanie 36
  • Pionier-Kompanie 36
  • Nachrichten-Kompanie 36
  • Sturmgeschütz-Abteilung 1036
  • Versorgungs-Regiment 36

Octobre 1944[modifier | modifier le code]

  • Grenadier-Regiment 87
  • Grenadier-Regiment 118
  • Grenadier-Regiment 165
  • Artillerie-Regiment 268
  • Divisions-Füsilier-Bataillon 36
  • Panzerjäger-Abteilung 36
  • Flak-Kompanie 36
  • Pionier-Kompanie 36
  • Nachrichten-Abteilung 36

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Fiche signalétique sur wehrmachtslexikon.de
  • Georg Tessin : Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und Waffen SS im Zweiten Weltkrieg 1939–1945, vol 5: Die Landstreitkräfte. Nr. 31–70. 2. Auflage, Osnabrück 1977
  • Werner Haupt : Die deutschen Infanterie-Divisionen, Podzun-Verlag.

Articles connexes[modifier | modifier le code]