362

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
359 360 361  362  363 364 365

Décennies :
330 340 350  360  370 380 390
Siècles :
IIIe siècle  IVe siècle  Ve siècle
Millénaires :
Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire  IIe millénaire


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année 362 du calendrier julien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 4 février : l'empereur Julien proclame un édit de tolérance envers toutes les religions[1].
  • 21 février : après la mort de son compétiteur Georges de Cappadoce, massacré par la population, Athanase retourne à Alexandrie. Il est de nouveau expulsé par Julien le 24 octobre[2].
  • Printemps : synode d'Alexandrie, dit des « Confesseurs » présidé par Athanase, qui cherche à réconcilier les partisans du symbole de Nicée en conflit et remet en honneur la Trinité[2]. Les pères présent signent le Tome aux Antiochiens qui proclame la vérité de la personne du Saint-Esprit, qui distinct du Père et du Fils est consubstantiel à tous les deux. Il y a une seule ousie ou essence en Dieu et trois hypostases ou personnes[3].
  • 17 juin[4] : l'empereur Julien publie un édit interdisant l'enseignement de la rhétorique et de la grammaire aux chrétiens.
  • 19 juillet : Julien est à Antioche[4]. Il réunit un corps expéditionnaire de 65 000 hommes pour envahir la Perse[5].
  • 22 octobre : incendie du temple d'Apollon à Daphné, près d'Antioche[4].
  • Octobre : lors de son séjour à Antioche, Julien taxe les denrées d’alimentation. La ville est alors en proie à la famine, due certainement à une mauvaise récolte et à l'arrivée de troupes nombreuses avec l'empereur (362-363). Julien accuse les citoyens riches de la ville de stocker les grains pour augmenter leurs profits et impose un cours plus bas. Les commerçants retirent alors la marchandise et ne la vendent qu'au marché noir, à des prix encore plus forts. Julien ordonne l’importation de grains de Chalcis, de Hiérapolis et d’Égypte, vendus à perte, ce qui soulage un temps les habitants, mais les plus riches achètent le blé bon marché pour le revendre à l’extérieur de la ville. Julien entre en conflit avec les notables, les menaçant de prison. L'historien Socrate blâme Julien pour avoir aggravé la famine par sa mauvaise gestion de la crise[6].


Naissances en 362[modifier | modifier le code]

Décès en 362[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benjamin Gras, La destruction du Paganisme dans l'Empire Romain : De Constantin a Charlemagne, Éditions Publibook (ISBN 9782748366495, présentation en ligne)
  2. a et b Xavier Morales, La théologie trinitaire d'Athanase d'Alexandrie, Institut d'études augustiniennes,‎ 2006 (ISBN 9782851212139, présentation en ligne)
  3. Louise-Marie Antoniotti, Le mystère de Dieu un et trine, Éditions Beauchesne,‎ 2000 (ISBN 9782701014111, présentation en ligne)
  4. a, b et c Héliane de Valicourt de Séranvillers, La preuve par l'ADN et l'erreur judiciaire, Éditions L'Harmattan,‎ 2009 (ISBN 9782296081420, présentation en ligne)
  5. Cécile Morrisson, Bernard Bavant, Le monde byzantin : L'Empire romain d'Orient, 330-641, vol. 1, Presses universitaires de France,‎ 2004 (ISBN 9782130520061, présentation en ligne)
  6. Louis-Sébastien Le Nain de Tillemont, Histoire des empereurs et des autres princes qui ont régné durant les six premiers siècles de l’Église, vol. 4, Paris, Charles Robustel,‎ 1697 (présentation en ligne)
  7. Centre national de la recherche scientifique, Revue des études anciennes, vol. 94, Société d'Édition « Les belles lettres »,‎ 1992 (présentation en ligne)