35e corps d'armée (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 35e corps d'armée.
35e Corps d'Armée
Période 15 décembre 1914
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Corps d'Armée
Ancienne dénomination 6e Groupement de Divisions d'Infanterie de Réserve
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1916 - Bataille de la Somme
1918 - 2e Bataille de Picardie
1918 - bataille du Matz
1918 - 3e bataille de Picardie
(Bataille de Montdidier)
(2e bataille de Noyon)
1918 - Bataille de la Serre
1918 - Poussée vers la Meuse

Le 35e Corps d'Armée est un corps de l'armée française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 27 août 1914 : 6e Groupement de Divisions d'Infanterie de Réserve
  • 15 décembre 1914 : Renommé 35e Corps d'Armée

Les chefs du 35e corps d'armée[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Infanterie :

Cavalerie :

Artillerie :

Génie :

Historique[modifier | modifier le code]

1914 - 1915[modifier | modifier le code]

  • 15 décembre : constitué par la transformation du 6e groupe de divisions de réserve en corps d'armée.
  • 15 décembre 1914 - 27 avril 1916 : occupation d'un secteur entre Oise et Aisne, vers Bailly et Autrêches.
21 et 25 décembre : attaques françaises vers le bois Saint Mard.
6 juin et 16 juin 1915 : attaques françaises vers la bascule de Quennevières et vers la ferme Touvent.
28 juin : réduction du front à droite jusque vers la ferme Touvent.
4 août : extension à droite jusque vers Pernant. Guerre des mines dès mars 1915.

1916[modifier | modifier le code]

  • 27 avril - 8 mai : retrait du front, puis repos dans la région Estrée-Saint-Denis, Verberie, Crépy-en-Valois.
  • 8 - 30 mai : mouvement vers la région de Montdidier, puis vers la région de Breteuil ; repos et instruction.
  • 30 mai - 19 septembre : mouvement vers le front et à partir du 3 juin, occupation d'un secteur entre Maucourt et Fontaine-lès-Cappy.
18 juin : réduction du front à droite vers Foucaucourt.
28 juin : extension à droite jusqu'à la voie ferrée Amiens - Chaulnes.
À partir du 1er juillet : engagé dans la bataille de la Somme.
1er juillet : prise de Fay.
4 juillet : prise d'Estrées.
4 - 13 juillet : légère réduction du front à gauche au nord d'Estrées.
20 juillet : prise du bois Étoilé.
23 juillet : limite gauche ramenée vers Estrées.
24 juillet : attaque française.
26 juillet : réduction du front à droite jusqu'à la route Lihons, Rosières-en-Santerre.
1er août : attaque française dans la région d'Estrées.
19 août : limite droite ramenée entre Lihons et Vermandovillers.
21 et 31 août : attaques françaises.
4 septembre : prise de Soyécourt et d'une partie de Vermandovillers.
5, 6 et 7 septembre : violents combats.
17 septembre : attaque française prise de Vermandovillers.
18 septembre : prise de Deniécourt.
  • 19 septembre - 25 novembre : retrait du front ; instruction et repos dans la région de Breteuil.
  • 25 novembre 1916 - 16 mars 1917 : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Ribécourt et le bois des Loges.
25 janvier 1917 : réduction du front à droite vers le massif de Thiescourt.

1917[modifier | modifier le code]

4 avril: prise de Moy et d'Urvillers.
29 août : réduction du front à droite jusqu'à la ferme de la Creute.
2 novembre : repli allemand, avance jusqu'à l'Ailette.
17 novembre : réduction du front, à droite, au nord de Cerny-en-Laonnois.
  • 21 novembre 1917 - 26 mars 1918 : retrait du front et à partir du 28 novembre occupation d'un secteur dans la région nord-est de Cheyreux, Vauclerc-et-la-Vallée-Foulon, nord-est de Cerny-en-Laonnois.
14 décembre : déplacement à gauche du secteur qui s'étend de la forêt de Vauclerc (incluse) aux Vaumaires.

1918[modifier | modifier le code]

30 mai : extension du front à droite jusque vers Orvillers-Sorel.
11 juin : contre-offensive du groupement Mangin.
19 juillet : actions locales vers Rubescourt et le Frétoy.
2 août : réduction du front à droite vers Courcelles-Épayelles.
À partir du 28 septembre progression jusqu'au-delà de l'Ailette.

Rattachement[modifier | modifier le code]

24 novembre 1916 - 22 mars 1917
3 - 6 avril 1918
2 août - 15 septembre 1918
22 mars - 5 août 1917
27 mars - 3 avril 1918
3 avril - 10 juin 1918
13 juin - 2 août 1918
27 octobre - 11 novembre 1918
15 décembre 1914 - 12 avril 1916
10 mai - 5 août 1916
28 octobre 1917 - 27 mars 1918
12 avril - 10 mai 1916
5 août - 24 novembre 1916
5 août - 28 octobre 1917
15 septembre - 27 octobre 1918
  • Groupement Mangin
10 - 13 juin 1918

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 68e RIT vient de la 85e Division d'Infanterie
  2. Le 69e RIT vient de la 88e Division d'Infanterie
  3. a et b Les 1er et 4e Bataillons de Chasseurs à Pied Territoriaux sont venus des disponibles, en juin 1915.
  4. a et b Les 1er et 4e BCP Territoriaux retournent dans les dispos, en mai 1916.
  5. Le 7e Régiment de Dragons venu de la 7e DC, en juillet 1917.
  6. Ancien 2eRégiment de Marche de Spahis
  7. Le groupe de 75 du 19e RAC vient de la 75e Division d'Infanterie.
  8. Le groupe de 75 du 19e RAC passe à la 48e DI en février 1915.
  9. Le groupe de 95 du 9e RAC vient de la 85e DT.
  10. a et b En août 1915, les groupes de 95 du 9e RAC et du 37e RAC sont transformés en groupes de 75.
  11. Le groupe de 95 du 37e RAC vient de la place de Langres.
  12. Le groupe de 95 du 5e RAL est transformé en groupe de 120L du 113e RAL, en février 1916.
  13. Le groupe de 95 du 1er RAC vient des disponibles.
  14. En décembre 1915, le groupe de 95 du 1er RAC passe à la 11e Division d'Infanterie Coloniale.
  15. a et b Le groupe de 90 du 32e RAC et le groupe de 95 du 5e RAC sont transformés en groupe de 75, en juillet 1916.
  16. Le groupe de 75 du 32e RAC passe à l'artillerie divisionnaire de la 169e DI en janvier 1917.
  17. Le groupe de 90 du 32e RAC vient de l'artillerie divisionnaire de la 85e DI.
  18. Le groupe de 95 du 32e RAC vient du 5e RAL.
  19. Le groupe de 95 du 32e RAC passe à l'artillerie divisionnaire de la 153e DI en novembre 1916.
  20. a et b Le groupe de 120L du 2e RAL passe au 101e RAL en janvier 1916

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]