34e division d'infanterie (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 34e division d'infanterie.
34. Infanterie-Division
34e division d'infanterie
Insigne de la 34e division d'infanterie
Insigne de la 34e division d'infanterie

Période Avril 1936 – avril 1945
Pays Flag of German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Heer
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Effectif environ 15 000 hommes
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Bataille de Moscou

La 34e division d'infanterie (allemand : 34. Infanterie-Division) est une division d'infanterie de l'armée de terre allemande durant la Seconde Guerre mondiale.

Créée en avril 1936, elle passe le début de la guerre dans l'ouest de l'Allemagne avant de participer à la campagne de l'Ouest en mai et juin 1940. Elle prend part en 1941 à l'invasion de l'URSS et demeure sur le front de l'Est jusqu'au printemps 1944, où elle est désintégrée en Ukraine. Après s'être reconstituée en Silésie, elle gagne le théâtre d'opérations italien où elle se rend aux Américains en avril 1945.

Historique[modifier | modifier le code]

La 34. Infanterie-Division est créée le 1er avril 1936 à Coblence dans le Wehrkreis XII[1]. La division est mobilisée fin août 1939 et se déploie sur la ligne Siegfried au sud de Trèves de part et d'autre de la Sarre, puis dans l'Eifel[1]. Dans le plan d'offensive à l'ouest, la division (une des trois du XXIIIe corps d'armée, faisant partie de la 16e armée dont la mission est de défendre une partie du flanc sud de l'offensive allemande) de Hans Behlendorff doit passer la frontière luxembourgeoise à Wormeldange avec pour atteindre la région PétangeDifferdange[2]. Elle reçoit également du XXIIIe corps d'armée et de l'OKH une mission particulière : pour s'assurer de devancer la cavalerie française au Luxembourg, et s'y établir défensivement au plus vite, la division forme un Luftkommando de cinq groupes (Stosstruppen) de 25 hommes, transportés par 25 Fieseler Storch qui, du fait de leur capacité de transport limité (deux hommes avec leur matériel), effectueront plusieurs rotations. Chacun de ces groupes doit s'emparer d'un carrefour sur les cinq itinéraires que sont supposés emprunter la cavalerie française. Ils seront rejoints au plus vite par six Jagdgruppen d'une vingtaine d'hommes dont quatre venant de la 34e division d'infanterie, eux-mêmes précèdent deux détachement d'avant-garde, dont la Voraus-Abteilung A forme celle devant la 34e division d'infanterie[3]. Le 9 mai dans l'après-midi, la division reçoit l'ordre d'attaquer le lendemain à h 35, heure allemande[2].

Commandement[modifier | modifier le code]

Divisionskommandeure (Commandant de Division):

Début Fin Grade Nom
Generalleutnant Erich Lüdke
Generalmajor Max von Viebahn
Generalleutnant Friedrich Bremer
General der Artillerie Hans Behlendorff
Generalleutnant Werner Sanne
General der Artillerie Hans Behlendorff
Generalleutnant Friedrich Fürst
Generalleutnant Theodor Scherer
General der Infanterie Friedrich Hochbaum
1945 Generalleutnant Theobald Lieb
1945 1945 Oberst Ferdinand Hippel


Composition[modifier | modifier le code]

Ordre de bataille de la 34. ID de 1939 à 1944

1939 1942 1943 - 1944
Infanterie-Regiment 80 Grenadier-Regiment 80
Infanterie-Regiment 107 Grenadier-Regiment 107
Infanterie-Regiment 253 Grenadier-Regiment 253
Artillerie-Regiment 34
Pionier-Bataillon 34
Panzerabwehr-Abteilung 34 Panzerjäger-Abteilung 34
Nachrichten-Abteilung 34
Aufklärungs-Abteilung 34 Radfahr-Abteilung 34 Füsilier-Bataillon 34
Beobachtungs-Abteilung 34[note 1] --
Feldersatz-Bataillon 34
Infanterie-Divisions-Nachschubführer 34

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

  • 1941 - 1942 : opération Barbarossa
  • Avril 1945 : combats de retardement sur le front des Alpes-Maritimes (Massif de l'Authion, vallée de la Roya…)
  • Mai 1945 : la division finit la guerre sur le secteur de Turin (Italie) et se rend à la Force Expéditionnaire Brésilienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. en décembre 1939 du Heerestruppe freigesetzt

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) « 34. Infanteriedivision », sur Lexikon der Wehrmacht (consulté le 29 mars 2015).
  2. a et b Jean-Yves Mary, La bataille des trois frontières : mai-juin 1940, Bayeux, Heimdal,‎ , 471 p. (ISBN 978-2-84048-331-1), p. 155.
  3. Mary 2012, p. 154-155.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]