2e division d'infanterie (Nouvelle-Zélande)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 2e division.

La 2e division d'infanterie néo-zélandaise fut l'unité militaire envoyée par la Nouvelle-Zélande pour combattre en Afrique et en Europe durant la Seconde Guerre mondiale, suite à sa déclaration de guerre aux forces de l'Axe. Elle combattit sur plusieurs théâtres de 1940 à 1945.

La défense de la Grèce[modifier | modifier le code]

La première mission de la division fut de repousser les forces allemandes qui envahirent la Grèce au printemps 1941 lors de l'opération Marita. Malgré la présence d'autres unités australiennes et britanniques, elle dut quitter le pays, envahi par l'Allemagne.

Bataille de Crète[modifier | modifier le code]

Suite à cette retraite, la division fut envoyée en Crète où elle fut chargée de la défense de l'île. Son commandant, le général Bernard Freyberg fut chargé du commandement de l'ensemble des troupes présentes. Les Allemands eurent recours à un assaut aéroporté pour capturer l'île. Assez vite, les forces allemandes prirent le dessus et finirent par obliger les Néo-zélandais à quitter la Crète sans leur matériel. Cependant, en raison de lourdes pertes subies lors de l'opération Merkur, Hitler ne réédita plus d'assauts massifs aéroportés.

La guerre du désert[modifier | modifier le code]

À la suite de ces échecs, l'unité fut transférée en Afrique du Nord au sein de la 8e armée où ils durent tenir tête à l'Afrikakorps du général Rommel. La division joua un rôle important durant l'opération Crusader et en particulier lors de la seconde bataille d'El Alamein où elle perça les positions allemandes et se retrouva derrière le flanc de Rommel. Mais, les britanniques ne purent envoyer de renfort à la division qui subit de lourdes pertes face aux Panzers de Rommel à Ruweisat Bridge.

Monte Cassino[modifier | modifier le code]

La division effectua son retour en Europe suite au débarquement en Italie. En pleine réorganisation suite aux pertes qu'elle avait subies, elle ne participa guère à la campagne de Sicile. Elle rejoignit la 8e armée à la fin de l'année 1943. En février 1944, elle remplaça la 4e division indienne sur la côte Adriatique. Elle forma alors le corps néo-zélandais qui appartint à la 5e armée US. Le corps fut rejoint par la 78e division d'infanterie britannique. Les néo-zélandais participèrent alors à deux tentatives infructueuses de capturer le monastère lors de la bataille du mont Cassin, qui avait pour but de briser la résistance de la ligne Gustave.

Le corps de la Nouvelle-Zélande n'était pas un corps à proprement parler mais plutôt une division renforcée, la Nouvelle-Zélande n'ayant à l'époque pas les moyens humains d'engager plus d'hommes.

La prise de Trieste[modifier | modifier le code]

Suite aux durs combats de Monte Cassino, l'unité fut alors utilisée en fer de lance de l'offensive de la 8e armée qui conduisit au franchissement de multiples fleuves italiens. La division fut ensuite incorporée dans le 1e corps canadien où elle participa à l'opération Olive contre la ligne Gustave à l'automne 1944. Elle fut ensuite durant l'hiver rattachée au 5e corps britannique puis au 13e corps. Elle participa au franchissement de la rivière Senio qui marqua le début des offensives alliées d'avril 1945. La division fut alors envoyée au plus vite vers Trieste pour éviter que celle-ci ne tombât aux mains des partisans de Tito et d'empêcher donc qu'elle ne fasse partie de la Yougoslavie.

Le capitaine Charles Upham qui appartenait à la division fut le seul à recevoir deux fois la Victoria Cross durant la seconde guerre mondiale.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

La division fut reconnue comme de grande qualité du fait des multiples engagements qui en firent une division très expérimentée. Le général Bernard Montgomery, qui dirigeait la 8e armée durant la guerre du désert, avait recommandé à l'état-major allié l'utilisation de cette unité pour la bataille de Normandie. Mais elle était, à l'époque, indispensable en Italie.

Composition initiale (1940-1941)[modifier | modifier le code]

Quartier général de la division

  • Régiment de cavalerie de la division
  • QG divisionnaire de l'artillerie
    • 4e régiment de campagne
    • 5e régiment de campagne
    • 6e régiment de campagne
    • 7e régiment antitank
    • 1st Survey Troop
    • 14e régiment léger antiaérien
  • QG divisionnaire du génie
    • 5,6,7 et 8e compagnies
  • QG de la 4e brigade d'infanterie
    • 18e bataillon
    • 19e bataillon
    • 20e bataillon
  • QG de la 5e brigade
    • 21e bataillon
    • 22e bataillon
    • 23e bataillon
  • QG de la 6e brigade
    • 24e bataillon
    • 25e bataillon
    • 26e bataillon
  • 27 Machine-Gun Battalion
  • 28e bataillon Maori
  • Compagnie divisionnaire du pétrole
  • 4,5 et 6e ambulances de campagne
  • Service divisionnaire chargée des munitions
  • Divisionnal Intelligence Section
  • Divisional Postal Unit
  • Divisional Employment Platoon
  • 4 Field Hygiene Section
  • Divisional Supply Column
  • Reserve MT Company