24 cm kanone 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
24 cm kanone 3
Kanone 3 de 24cm exposé au Wehrtechnische Studiensammlung de Coblence (Allemagne).
Kanone 3 de 24cm exposé au Wehrtechnische Studiensammlung de Coblence (Allemagne).
Caractéristiques de service
Type Artillerie de siège
Utilisateurs Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Conflits Seconde Guerre mondiale
Production
Concepteur Rheinmetall
Année de conception 1935–1938
Constructeur Krupp
Production 1938–1944
Exemplaires produits 14 unités
Caractéristiques générales
Poids du canon et de l'affût 54.866 tonnes
Longueur du canon seul 13.102 m (L/18.31)
Support Affut sur roues ou plateforme fixe
Calibre 238 mm
Cadence de tir 1 obus toutes les 4–5 min
Vitesse initiale 970 m/s
Portée maximale 37 000 m
Munitions Obus de 151.4 kg
Hausse 0° à +56°
Azimut 6° (Affut sur roues)
360° (plateforme fixe)
Mécanisme Culasse à glissement horizontal
Syst. d'absoprtion du recul Double système hydropneumatique

Le 24 cm Kanone 3 (24 cm K 3) est un canon lourd de siège allemand, de calibre 238 mm,utilisé durant la Seconde Guerre mondiale. 4 de ces canons furent utilisaient pas le 1er bataillon d'artillerie du 84ème régiment de la Wehrmacht durant l'invasion de la Pologne [1]. Lors de la Bataille de France, ce bataillon était encore doté de ces canons[2]. Ce n'est qu'au moment de l'Opération Barbarossa, que l'effectif monta à 3 batteries de 2 canons[3] jusqu'en 1945[4].

Conception & développement[modifier | modifier le code]

La conception du canon K 3 n'était en rien innovante pour l'époque mis à part sa méthode de transport. La firme chargée de son développement, Rheinmetall, décida de mettre l'accent sur la facilité d'assemblage et de manutention. Un canon d'un tel calibre devait généralement nécessiter l'emploi d'une grue pour le montage de la pièce en batterie. Le K 3 a été conçut pour être totalement autonome  : des treuils électriques montées sur le chariot de transport permettaient d'assembler toutes les parties en utilisant un système de rampes inclinées et rails de guidage. Un générateur embarqué assurait l'alimentation électrique nécessaire.

Le double système d'amorti du recul du canon était repris sur celui du canon Möser 18 de 21cm élaboré par Rheinmetall . Lors de la mise à feu  : le tube du canon recule normalement dans son berceau mais cela entraine également le recul du la partie supérieur de l'affut (où sont fixés le tube et le berceau) sur sa base. Ce système permet alors à l'arme d'être incroyablement stable malgré son calibre.

Le K 3 est un canon gigantesque qui devait être transporté en 6 parties séparées : l'affut, le chariot, le berceau, le tube, la culasse et le générateur électrique.

La Wehrmacht ne fut cependant pas satisfaite des performances ce canon : il était considéré comme un perte de temps et de moyen humains, sa manutention était lourde et ses performances n'étaient pas proportionnelles à la taille de l'arme[5] .

Des essais furent par la suite menés par Krupp et Rheinmetall pour accroitre la portée du canon. Plusieurs techniques furent employées comme des obus pré-rayés, des projectiles à sabot ou une version avec un canon non rayé. Le manque de résultats de ces essais firent qu'ils ne dépassèrent jamais le stade expérimental.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Niehorster, Leo W. G. German World War II Organizational Series, Vol. 1/III: Higher Headquarters - GHQ Units - Static Units (1.09.1939), 2004, p. 39
  2. Niehorster, Leo W. G. German World War II Organizational Series, Vol. 2/II: Mechanized GHQ units and Waffen-SS Formations (10 May 1940), 1990, p. 28
  3. Niehorster, Leo W. G. German World War II Organizational Series, Vol. 3/II: Mechanized GHQ units and Waffen-SS Formations (22nd June 1941), 1992, p. 27
  4. Niehorster, Leo W. G. German World War II Organizational Series, Vol. 4/II: Mechanized GHQ units and Waffen-SS Formations (28th June 1942), 2004, p. 25 and German World War II Organizational Series, Vol. 5/II: Mechanized GHQ units and Waffen-SS Formations (4 July 1943), 2005, p. 44
  5. Hogg, p. 104

Références[modifier | modifier le code]

  • Engelmann, Joachim and Scheibert, Horst. Deutsche Artillerie 1934–1945: Eine Dokumentation in Text, Skizzen und Bildern: Ausrüstung, Gliederung, Ausbildung, Führung, Einsatz. Limburg/Lahn, Germany: C. A. Starke, 1974
  • Gander, Terry and Chamberlain, Peter. Weapons of the Third Reich: An Encyclopedic Survey of All Small Arms, Artillery and Special Weapons of the German Land Forces 1939-1945. New York: Doubleday, 1979 ISBN 0-385-15090-3
  • Hogg, Ian V. German Artillery of World War Two. 2nd corrected edition. Mechanicsville, PA: Stackpole Books, 1997 ISBN 1-85367-480-X
  • Weapon Production Totals on Sinews of War