22e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 22e division.
22e division d'infanterie
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Fait partie de XIe corps d'armée
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - bataille de la Marne
(bataille des Marais de Saint-Gond)
1917 - Chemin des Dames
1918 - 2e bataille de la Marne
1918 - bataille du Chesne et de Buzancy

La 22e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale et à la Seconde Guerre mondiale.

Commandants[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les archives de la division (journaux des marches et des opérations, notamment) ont été détruites lors des combats du Chemin des Dames.

Affectation organique[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

La région de Verdun en 1916.

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Drôle de guerre[modifier | modifier le code]

La 22e division d'infanterie (22e DI), de série A et de type nord-est, du général Hassler, est prévue pour être engagée dans la manœuvre Dyle décidée en novembre 1939. Division du XIe corps d'armée qui dépend de la 9e armée, elle doit pour la manœuvre Dyle constituer l'aile droite de son corps d'armée sur la Meuse, entre Hastière et Vireux-Molhain, en liaison au nord avec la 18e division d'infanterie et au sud avec la 61e division d'infanterie du XLIe corps d'armée de forteresse. Elle doit pour cela parcourir 50 km depuis sa base de départ, dans la région de Maubert-Fontaine[15]. Ses moyens de déplacements sont lacunaires, ses moyens de liaisons n'existent pas et elle ne possède pas de compagnie divisionnaire antichar[15]. Bien que la portion qu'elle doit occuper sur la Meuse soit en grande partie en France, elle n'occupe pas cette partie à l'avance, seul un détachement dit « de Givet » tente de préparer et organiser la position à l'avance[15].

Parallèlement, son groupe de reconnaissance de division d'infanterie, le 24e GRDI, doit participer à la manœuvre retardatrice dans les Ardennes du plan Dyle : avec les 30e GRDI et 17e GRCA (respectivement de la 18e division d'infanterie et du XIe corps d'armée) il forme un groupement qui renforce la 1re division légère de cavalerie (1re DLC) qui participe à la couverture de la progression de la 9e armée vers la Meuse en contrôlant dans un premier temps le fleuve entre Houx et Hastière[16]. Le groupement, évoluant sur la gauche de la 1re DLC, doit ensuite passer la Meuse et progresser sur l'axe GivetBeauraingForrièresChamplonHouffalize[16].

Le 15 avril 1940, le général Béziers-Lafosse, commandant l'infanterie de la division, remplace temporairement le général Hassler[15].

Bataille de France[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Au 10 mai 1940[17] :
Cavalerie :

Infanterie :

Artillerie :

  • 18e régiment d'artillerie divisionnaire
  • 218e régiment d'artillerie lourde divisionnaire
  • 10e batterie divisionnaire antichar du 18e RAD
  • 22e parc d'artillerie divisionnaire
  • 22e compagnie d’ouvriers d'artillerie
  • 22e section de munitions hippomobile
  • 222e section de munitions automobile

Génie

  • compagnie de sapeurs mineurs 22/1
  • compagnie de sapeurs mineurs 22/2

Transmissions

  • compagnie télégraphique 22/81
  • compagnie radio 22/82

Train

  • compagnie hippomobile 22/11
  • compagnie automobile 122/18

Intendance

  • groupe d’exploitation divisionnaire 22/11

Santé

  • 22e groupe sanitaire divisionnaire

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://vannes1418.canalblog.com/archives/2005/08/04/707335.html
  2. http://www.guerre1418.fr/grande-guerre-14-18-batailles
  3. http://horizon14-18.eu/principale-batailles-francaises.html
  4. http://sacarcheo.nuxit.net/regiment/22eDI.PDF
  5. http://www.sambre-marne-yser.be/article.php3?id_article=87
  6. http://fresques.ina.fr/picardie/parcours/0004/la-grande-guerre-en-picardie-1914-2014.html
  7. http://www.somme14-18.com/lieu-de-souvenir/lochnagar-crater
  8. http://www.mairie-chateau-thierry.net/1418/labase/LA%20BATAILLE%20DE%20CHAMPAGNE%20chtimiste.pdf
  9. http://laurent59.canalblog.com/archives/2010/10/04/6433573.html
  10. http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/base1418/resultlieux2.php?lieu=Bois+d%5C%27Haudromont&champ=lieu
  11. http://www.memorial-chemindesdames.fr/pages/cimetiere_detail.asp?cimetiere=1
  12. http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/village-detruit-de-vaux-devant-damloup-0
  13. http://20072008.free.fr/journee0420072ebataisne17doc6.htm
  14. 'Foch et la bataille de 1918', p.174, André Laffargue, éditions Arthaud.
  15. a, b, c et d Mary 2009, p. 30.
  16. a et b Mary 2009, p. 33.
  17. Mary 2009, p. 448.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, 462 p. (ISBN 2-84048-270-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]