2,4,6-Trichlorophénol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 2,4,6-trichlorophénol)
Aller à : navigation, rechercher
2,4,6-Trichlorophénol
2,4,6-Trichlorophénol
2,4,6-Trichlorophénol
Identification
Nom IUPAC 2,4,6-Trichlorophénol
Synonymes

Phenachlor
2,4,6-TCP

No CAS 88-06-2
No EINECS 201-795-9
PubChem 6914
SMILES
InChI
Apparence cristaux incolores à jaune, d'odeur caractéristique[1].
Propriétés chimiques
Formule brute C6H3Cl3O  [Isomères]
Masse molaire[3] 197,446 ± 0,011 g/mol
C 36,5 %, H 1,53 %, Cl 53,87 %, O 8,1 %,
pKa 6,21 (25 °C)[2].
Propriétés physiques
fusion 69,5 °C[4]
ébullition 240 °C[4]
Solubilité 0,8 g·l-1 à 25 °C[2]
Masse volumique 1,675 g·cm-3 à 25 °C[4]
Point d’éclair 99 °C[2]
Pression de vapeur saturante 0,035 mbar à 20 °C
0,07 mbar à 30 °C
0,25 mbar à 50 °C[4]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Nocif
Xn
Dangereux pour l’environnement
N



Transport
60
   2020   
SIMDUT[5].
D1B : Matière toxique ayant des effets immédiats graves
D1B, D2B,
SGH[6].
SGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Attention
H302, H315, H319, H351, H410,
Écotoxicologie
DL50 820 mg·kg-1 (rat, oral)[7]
LogP 3,87[1]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le 2,4,6-trichlorophénol (noté aussi 2,4,6-TCP) est un chlorophénol de formule brute C6H3Cl3O1. C'est un fongicide utilisé pour la conservation du bois ainsi qu'un intermédiaire dans la synthèse de nombreux composés chimiques. Il est suspecté d'être cancérigène.

Utilisation[modifier | modifier le code]

C'est un fongicide qui conserve le bois et un antiseptique plus puissant que le phénol. Il est également utilisé comme intermédiaire dans la fabrication de produits phytosanitaires tel le pentachlorophénol ou le 2,3,4,6-tétrachlorophénol.

Son utilisation est en diminution, en raison du fait qu'il est de par son procédé de fabrication contaminé par les dioxines, telle la 2,3,7-trichlorodibenzo-p-dioxine, la 1,3,7,9-tétrachlorodibenzo-p-dioxine ou encore la 1,3,6,8-tétrachlorodibenzo-p-dioxine, et d'autres polluants tel que le 2,3,7,8-tétrachlorodibenzofurane ou les polychlorodibenzofuranes[8].

Production et synthèse[modifier | modifier le code]

Il est obtenu par chloration avec du chlore gazeux en présence de phénol.

Stabilité/Dégradation[modifier | modifier le code]

Selon la fiche 2005 de l'INERIS, le 2,4,6-trichlorophénol est dégradé sous l’effet des rayons ultraviolets (demi-vie = 17 heures) (Freitag et al., 1982). Il est biodégradé en sept jours dans l'eau, en présence de microorganismes issus de stations d’épuration (Tabak et al., 1981) ou dans le sol par les organisme du sol (95 %) dégradé en trois jours pour un taux de 100 μg·g-1 de sol humide, de type limono-argileuse (Baker et Mayfield, 1980), mais en milieu anaérobie, il n'est pas biodégradé (OMS IPCS, 1989 ; Baker et Mayfield, 1980).

Toxicité[modifier | modifier le code]

Selon la Fiche INERIS (2005), le 2,4,6-trichlorophénol présent de l’air (intérieur, piscines, industrie), des aliments et de l’eau de boisson est facilement absorbé par la peau, les poumons et le tractus gastro-intestinal. La plus grande partie se retrouve rapidement dans l’urine et les fèces, mais son métabolisme et sa cinétique d'absorption sont mal connues.

Le 2,4,6-trichlorophénol comme les autres chlorophénols agit sur le découplage de la phosphorylation oxydative au niveau de la membrane mitochondriale et empêche à terme la croissance des cellules (White-Stevens, 1971, cité par la Fiche INERIS 2005).

L'Europe a classé ce produit comme préoccupant pour l’homme en raison d’effets cancérogènes possibles mais pour lesquelles les informations disponibles ne permettent pas une évaluation satisfaisante (Joce, 1998) et l'EPA uax USA l'a classé B2 (B2 : probablement cancérigène pour l’homme, en raison de "preuves suffisantes chez l’animal", mais "preuves non adéquates ou pas de preuves chez l’homme").

Écotoxicité[modifier | modifier le code]

C'est un polluant des eaux de surface et, dans une moindre mesure, de l'air, et il peut être bioaccumulé par les plantes aquatiques (pas de données pour les espèces terrestres)[8].

Chez l'animal (en laboratoire), le foie et les reins sont les organes qui l'accumulent, mais on le trouve aussi, à des niveaux plus faibles dans le cerveau, les muscles et les tissus adipeux (avec demi-vies de 1,4 à 1,8 heures, selon Pekari et al., 1986, cité par la Fiche INERIS 2005).

Chez le rat, en laboratoire, pour une dose de 1 ppm radiomarqué donnée chaque jour durant 15 jours par sonde gastrique (Bahig et al., 1981). La bioaccumulation se stabilise au troisième jour et 92,5 % de la radioactivité quotidiennement administrée se retrouve dans les fèces (libre et sous forme de composés conjugués)… 72 heures après l'arrêt de l'expérience, il n'est plus présent qu'à des taux 4,3 % dans l'urine et 1,9 % dans les fèces.

Chez le rat, c'est le foie qui semble le plus touché lorsqu'il y a ingestion :

  • 4,2 mg·kg-1·j-1 dans l’eau de boisson durant 18 semaines, induit une toxicité hépatique (Exon et Koller, 1985).
  • 1 000 mg·kg-1·j-1 ingérés dans de l'huile (gavage) durant onze semaines n’a pas induit de lésions hépatiques chez le rat (Blackburn et al., 1986).

Des effets chroniques ont été observés sur le système hématologique : augmentation de cellules hyperplasiques de la moelle osseuse et parfois monocytoses et leucocytoses (NCI, 1979). On a aussi observé un effet sur l'immunité à la suite d'une exposition à moyen terme : la rate gagne en poids et les macrophages sont plus nombreux (Exon et Koller, 1985)…

2 300 mg·kg-1·j-1 ingérés avec des aliments durant sept semaines produit des infiltrations graisseuses et un gonflement des cellules hépatiques (NCI, 1979), mais à un taux plus faible (500 mg·kg-1·j-1), sur 107 semaines, la même étude ne détecte pas de lésion hépatique. (NOAEL), alors que 650 mg·kg-1·j-1 administrées durant 105 semaines dans l’alimentation de souris produit des lésions cellulaires (NCI, 1979).

Sources[modifier | modifier le code]

Du 2,4,6-trichlorophénol est notamment trouvé dans certains effluents de l'industrie du plastique, de la métallurgie (production de fer, acier, composants électriques. On en trouve aussi dans les effluents d'unités d'équipements photographiques, pharmaceutiques des produits organiques, des matières plastiques et du papier.
La désinfection de l'eau par le chlore peut former des chlorophénols, dont le 2,4,6-TCP. Idem pour le traitement à la chloroperoxydase de matières organiques (ATSDR 1999, cité par l'INERIS).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 2, 4, 6 - TRICHLOROPHENOL, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. a, b et c « IUCLID-DataSheet », sur http://ecb.jrc.ec.europa.eu/ (consulté le 16 février 2009)
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. a, b, c et d Entrée de « 2,4,6-Trichlorophenol » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 16 février 2009 (JavaScript nécessaire)
  5. « Trichloro-2,4,6 phénol » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  6. Numéro index 604-018-00-5 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  7. (en) « 2,4,6-Trichlorophenol » sur ChemIDplus, consulté le 16 février 2009
  8. a et b Source Fiche Ineris 2005