1953 (Chronologie de Dada et du surréalisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'année, voir 1953.

Éphémérides[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

  • 15 avril
    Exposition rétrospective Dada, 1916-1923 à la galerie Sydney Janis à New York. Le catalogue, ainsi que l'affiche[1], conçu par Marcel Duchamp est un feuillet papier bible, étiqueté Handle with Care et présenté froissé en boule dans une corbeille aux visiteurs. Il contient des textes de Jean Arp, Richard Huelsenbeck et Tristan Tzara[2].

Juillet[modifier | modifier le code]

  • André Breton, Poème-objet, pan-(h)oplie pour Elisa (jour et nuit)

Août[modifier | modifier le code]

Cette année-là[modifier | modifier le code]

  • De retour en France, Max Ernst s'installe à Seillans (Var). Il devient « Satrape » du Collège de 'Pataphysique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jean Arp, Berger de nuages
  • Jean Arp
    • Berger de nuages, sculpture[6]
  • Yves Bonnefoy
    • Du mouvement et de l'immobilité de Douve : « Je ne suis que parole intentée à l'absence. »[7]
  • André Breton
    • La Clé des champs, recueil d'essais écrits entre 1936 et 1952. La jaquette de la première édition est de Joan Miró
    • Poème-objet, pan-(h)oplie pour Elisa (jour et nuit), coléoptères, tissu, plume, coquillage, gouache, papier collé, bois, épingle de métal, verre[8]
  • Simon Hantaï
    • Femelle-miroir II, huile sur toile, miroir et ossements[9]
  • Wifredo Lam
    • Série d'eaux-fortes pour le recueil de René Char, Le Rempart de brindilles[10]
  • Gérard Legrand
    • Des pierres de Mouvance, poèmes[11]
  • Ghérasim Luca
    • Héros-Limite, poèmes : « prête-moi ta cervelle / cède-moi ton cerveau / ta cédille ta certitude / cette cerise / cède-moi cette cerise / ou à peu près une autre / cerne-moi de tes cernes / précipite-toi / dans le centre de mon être / sois le cercle de ce centre / le triangle de ce cercle / la quadrature de mes ongles / sois ceci ou cela ou à peu près / un autre / mais suis-moi précède-moi / séduction »[12]
  • René Magritte
    • Golconde, huile sur toile[13]
  • Jean Malrieu
    • Préface à l'amour poèmes : « J'ai pris ta main au bout du soleil / Et le soleil m'a dit une longue histoire de soleil / Avec des radeaux sur la rivière / Et la rivière m'a parlé de ton corps / Et ton corps se termine par une main / que j'ai rendue au soleil / C'est toi / Je suis fait d'ombres à tes côtés / Je suis fait des silences que tu aimes / Nous sommes jeunes et nos jours sont longs. »[14]
  • Joyce Mansour
    • Cris, poèmes : « Fièvre ton sexe est un crabe / Fièvre les chats se nourrissent à tes mamelles vertes / Fièvre la hâte de tes mouvements de reins / L'avidité de tes muqueuses cannibales / L'étreinte de tes tubes qui tressaillent et qui clament / Déchirent mes doigts de cuir / Arrachent mes pistons / Fièvre éponge morte gonflée de mollesse / Ma bouche court le long de ta ligne d'horizon / Voyageuse sans peur sur une mer de frénésie. »[15]
  • Matta
    • À chaque aube je m’heure
    • Matinant[16], huiles sur toile
  • Joan Miró
    • La Clé des champs, gouache et encre de Chine sur papier, jaquette du livre d’André Breton[17]
    • Oiseau volant vers un arbre d'argent, huile sur toile[18]
  • Judith Reigl
    • Ils ont soif insatiable de l'infini, huile sur toile
  • Max Walter Svanberg
    • La Grossesse étrange de la rencontre étrange, encre sur papier[19]. André Breton : « Ici, portés par la houle cosmique, à nous de nous frayer notre propre chemin intérieur, quitte à affronter la plus séduisante et lascive théorie de monstres qu'on ait encore vus... avec [Svanberg], des yeux nous fixent, d'un regard byzantin, de chaque ongle, de chaque éminence ou repli intime, de chaque étoile[20]. »
  • Tristan Tzara
    • La Face intérieure

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reproduction dans Beaux Arts Magazine n° 69, juin 1989, p. 86.
  2. Le Bon, op. cit., p. 185.
  3. Étienne-Alain Hubert, André Breton, œuvres complètes, tome 3 : bibliographie, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1999, p. LIV.
  4. Préface reprise dans Le Surréalisme et la peinture, Gallimard, 1965, p. 237. Clébert, op. cit., p. 303.
  5. Pierre, op. cit., p. 254.
  6. Jardin du musée Kröller-Müller, Pays-Bas.
  7. Biro, op. cit., p. 56.
  8. 20,2 × 12 × 5,2 cm. Collection André Breton jusqu'à sa dispersion en 2003. [1]
  9. 142,5 × 173,7 × 22,5 cm. Centre Pompidou, Paris. Reproduction dans Connaissance des arts n° 716, juin 2013, p. 54.
  10. Louis Broder, éditeur, Paris. Lam et les poètes, Hazan, Paris, 2005, pp. 98 et 102.
  11. Bédouin, op. cit., p. 283.
  12. Bédouin, op. cit., p. 152.
  13. 80 × 100 cm. The Mesnil Collection, Houston, Texas. Reproduction dans Beaux Arts magazine no 104, septembre 1992, p. 56. « L'homme au chapeau melon est semé en innombrables silhouettes dans le ciel vide et devant les façades d'une rue bourgeoise. La signification du tableau demeure, ainsi le voulait Magritte, inconnaissable comme celle du monde », Biro, op. cit., p. 186.
  14. Bédouin, op. cit., p. 164.
  15. Bédouin, op. cit., p. 166 & 285.
  16. Pierre, op. cit., p. 27.
  17. 24,1 x 16,5 cm. Reproduction dans ‘’Beaux Arts magazine’’ no 353, novembre 2013, p. 68.
  18. 90 × 116 cm. Cité dans Beaux Arts magazine no 76, février 1990.
  19. 45,7 × 37,8 cm. Collection André Breton jusqu'à sa dispersion en 2003. [2]
  20. Médium no 3, mai 1954, p. 2.

Index