1926 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1923 1924 1925  1926  1927 1928 1929

Décennies :
1890 1900 1910  1920  1930 1940 1950
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1926 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 6 mars : chute du gouvernement du président du Conseil Aristide Briand.
  • 9 mars : Aristide Briand président du Conseil (9).
  • 30 mars[1]: fondation à Paris du Comité de Défense de la Race Nègre par Lamine Senghor et lancement de La Voix des Nègres (1er numéro le 15 janvier 1927).
  • 4 avril : loi fiscale créant une taxe sur le chiffre d'affaire des entrerpises.
  • 29 avril : accord de Washington sur les dettes de guerre.
  • 5 juin : inauguration du barrage hydroélectrique d'Éguzon.
  • 10 juin: traité d’amitié entre la Roumanie et la France[2].
  • 14 juin : départ de Robert Sexé et Henri Andrieux, à la Porte Maillot de Paris, pour le 1er tour du monde à moto (arrivé le 3 décembre 1926 à Bruxelles)
  • 24 juin : Aristide Briand président du Conseil (10).
  • 12 juillet : accords franco-britanniques sur les dettes de guerre.
  • 17 juillet : Le gouvernement demande les pleins pouvoirs financiers, mais l'intervention du président de la chambre (Édouard Herriot)contre ce projet provoque la chute du président du Conseil Aristide Briand.
  • 20 juillet : Édouard Herriot président du Conseil (2), dans un « gouvernement d'union nationale » (fin le 21 juillet).
  • 21 juillet : crise des changes (1 livre = 243 francs), le soir même Herriot est renversé par les radicaux qui basculent à droite
  • 23 juillet : rappel de Raymond Poincaré à la présidence du Conseil (4). Il prend le portefeuille des finances. Son retour ramène la confiance et apaise aussitôt la crise financière.
  • Août :
  • 3 août : réforme fiscale. Le président du conseil Poincaré fait entériner par la chambre des députés une hausse de la fiscalité.
    • hausse des droits de douane (par décret)
    • majoration des droits sur les boissons et le tabac
    • taxe sur le capital immobilier
    • impôt unifié sur le chiffre d'affaires
    • suppression de la double décime
    • réduction de 50 à 30 % du taux de l'impôt général sur le revenu
  • 10 août : création de la "Caisse d'amortissement des bons du Trésor", chargé d'affecter certaines recettes fiscales au remboursement de la dette.
  • 17 septembre : rencontre entre Aristide Briand et Gustav Stresemann à Thoiry, près de Genève, qui scelle le début de la réconciliation franco-allemande. Les conversations de Thoiry, connues à la suite d’indiscrétions, provoquent en France une vague d’indignation. Poincaré doit déclarer, fin septembre, que le gouvernement ne sacrifiera pas les droits donnés à la France par les traités.
  • Octobre : redressement du franc, avec la collaboration des banques françaises et étrangères (1 livre = 243 francs en décembre). Poincaré estime, à la différence de Briand, que les concessions politiques à l’Allemagne deviennent inutiles.
  • 29 décembre : l’Église condamne le mouvement des Camelots du roi. Les catholiques qui liront l’Action française seront excommuniés.
  • Création de l'AFNOR (Association française pour la normalisation).
  • Création de la société « Schlumberger » (Instrumentation pour la recherche pétrolière).
  • La population française est de 40,6 millions de personnes.

Économie[modifier | modifier le code]

  • PIB à 280 milliards de francs.
  • Forte hausse de l'inflation à 31,6 %.
  • Le retour de Poincaré amorce une période de désinflation en France.
  • Stagnation du chômage, du PIB et de la dette à 81 % du PIB..
  • Le budget redevient excédentaire, une première depuis 1907.

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 1926 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 1926[modifier | modifier le code]

  • x

Autres films sortis en France en 1926[modifier | modifier le code]

  • x

Naissances en 1926[modifier | modifier le code]

Décès en 1926[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]