1889 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1886 1887 1888  1889  1890 1891 1892

Décennies :
1850 1860 1870  1880  1890 1900 1910
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1889 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble de l'exposition de 1889
Élection législatives : affiche pour le candidat antisémite Adolphe Léon Willette
  • 31 mars : exposition universelle à Paris. Ouverture au public de la Tour métallique, construite par Gustave Eiffel, son inauguration officielle aura lieu le 6 mai. Elle devient alors le plus haut édifice au monde (303 m), pèse 10 100 tonnes et comporte 18 038 pièces métalliques réunies par 2 500 000 rivets. 1 665 marches conduisent au sommet. Œuvre maîtresse de l'exposition universelle, elle est aussi le premier monument du monde dont la visite est payante. Située à l'extrémité du Champ-de-Mars, en bordure de la Seine, elle va devenir le monument symbole de Paris et de la France aux yeux du monde.
  • La journée du 1er mai est choisie, par les groupes syndicaux de travailleurs, comme symbole de la lutte des travailleurs d'Europe et d'Amérique à la suite des manifestations sanglantes américaines des 1er mai 1886 et 1887.
  • 28 juin : adoption d’une nouvelle loi sur la nationalité qui renoue avec le droit du sol, après près d'un siècle d'interruption. Elle attribue la nationalité française à tous les individus nés en France, sauf s’ils la refusent dans l’année qui suit leur majorité.
  • 3 juillet : catastrophe à Saint-Étienne, un coup de grisou ensevelit plus de deux cents mineurs.
  • 9 juillet : loi abolissant les droits de parcours et de vaine pâture (amendée le 22 juin 1890, elle peut être maintenue à la demande des usagers)[3].
  • 14 juillet : fondation de la IIe Internationale à Paris. Réunie à l’initiative des sociaux-démocrates allemands, la nouvelle Internationale, qui reconnaît l’autonomie des partis, se refuse à intervenir dans les affaires intérieures des partis. Il lui faudra plus de dix ans pour se doter d’institutions permanentes.
  • 15 juillet : la loi Freycinet sur le recrutement de l’armée fixe la durée du service militaire actif à trois ans dans le cadre d'un service personnel (plus de remplacement depuis 1872), obligatoire et universel, mais inégal. Un tirage au sort lors du conseil de révision indique au conscrit la durée de son futur service militaire : 1 ou 3 ans. Elle limite les dispenses, le recrutement s’applique désormais aux étudiants[4] et aux élèves ecclésiastiques, d'où son nom de loi des "curés sac au dos".[5].


  • Naturalisation des étrangers européens nés en Algérie.
  • Fondation de la Société des automobiles Peugeot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hubert Bonin, Histoire de la société générale, vol. 1, Librairie Droz,‎ 2006 (ISBN 9782600010382, résumé)
  2. a et b Philippe Vervaecke, À droite de la droite : droites radicales en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle, Presses Univ. Septentrion,‎ 2012 (ISBN 9782757403693, résumé)
  3. Pierre Couturier, Sections et biens sectionaux dans le Massif Central : héritage et aménagement de l'espace, Presses Univ Blaise Pascal,‎ 2000 (résumé)
  4. Loi du 16 juillet 1889 sur le recrutement de l'armée. : Demande formulée par les établissements d'enseignement suivants : Ecole centrale Lyonnaise, Institut industriel du Nord à Lille, Ecole de chimie industrielle de Lyon, pour être compris dans le paragraphe 2 de l'article 23. Dossier des pièces justificatives, Miribel, imp. de Naegelin,‎ 1890 (lien notice BnF?)
  5. 1907 Les mutins de la République : la révolte du Midi viticole, Pech Rémy et Maurin Jules, Toulouse, Privat, 2007, 329 p

Articles connexes[modifier | modifier le code]