1824 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1821 1822 1823  1824  1825 1826 1827

Décennies :
1790 1800 1810  1820  1830 1840 1850
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique, Amérique (Canada (, Nouveau-Brunswick et Québec) et États-Unis (Louisiane)) et Europe ( et France)


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1824 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 6 mars : élection de la Chambre retrouvée.
    • Chambre retrouvée (ultras) de 1824 à 1827. Assuré que les nouvelles élections, dans l’euphorie de la victoire en Espagne, lui assureront une large majorité, le roi dissout la Chambre en décembre 1823. Les mesures de dégrèvement d’impôt des opposants, qui perdent ainsi le cens nécessaire, les instructions données aux fonctionnaires, invités par le ministre de la Guerre à prendre l’engagement écrit de voter pour le candidat officiel assurent un succès éclatant : seulement 15 opposants dans une Chambre de 430 députés, dont 264 fonctionnaires désignés au choix des électeurs par le roi. Pour consolider cette victoire, le gouvernement supprime le renouvellement annuel par cinquième. Villèle fixe la durée de l’assemblée à sept ans[Quoi ?].
    • La Chambre retrouvée propose d’abroger les « lois impies de la Révolution » et de « punir le sacrilège » comme premiers points d’un programme prévoyant une diminution du nombre de fonctionnaires et leur recrutement dans des milieux qui ne soient pas « dépourvus de fortune ». Le ministère propose une loi punissant de mort le vol avec effraction d’objets consacrés au culte de la religion de l’État.
    • Le ministre des Affaires ecclésiastiques et de l’Instruction publique Frayssinous (1824-1828) fait adopter plusieurs mesures réactionnaires : fermeture de l’École normale supérieure et des cours des écoles de médecine, transfert aux évêques du contrôle universitaire sur les écoles primaires, etc.
  • 2 décembre : mise à la retraite, le jour anniversaire d’Austerlitz, des officiers généraux ayant le maximum d’ancienneté dans leur grade, presque tous d’anciens soldats de l’Empire. Cette maladresse soulève des remous dans les milieux militaires.

Économie & Société[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]