1814 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1811 1812 1813  1814  1815 1816 1817

Décennies :
1780 1790 1800  1810  1820 1830 1840
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1814 du calendrier grégorien.

Chronologie de la France

1813 en France - 1814 en France - 1815 en France

Événements[modifier | modifier le code]

Campagne de France : situation stratégique en 1814
Bonaparte in Trouble, Amos Doolittle, publié en 1814 par Shelton & Kensett
11 avril : Abdication de Napoléon Ier
Antoine Alphonse Montfort: Adieux de Napoléon à la Garde impériale dans la cour du Cheval-Blanc du château de Fontainebleau

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

  • 4 juin : charte constitutionnelle octroyée par le roi établissant un régime représentatif[6]. L'article 2 de la Charte abolit la conscription et fait appel à des engagés volontaires.
    • Les derniers émigrés entrés en France avec le roi critiquent la Charte et veulent un retour à l’Ancien Régime. Malgré son désir d’union nationale, le roi écoute souvent les conseils des ultraroyalistes : l’ordonnance du 7 juin rétablit le dimanche comme fête chômée. Les cabarets doivent être fermés pendant la messe. La procession publique de la Fête-Dieu est rétablie en juin.

Août[modifier | modifier le code]

  • Août : un débat s’ouvre à l’assemblée sur la restitution des biens nationaux non vendus, qui fait craindre à l’opinion une opération plus vaste dirigée contre tous les biens nationaux. Quinze mille emplois civils et douze mille emplois militaires sont supprimés, de nombreux emplois ne perçoivent plus qu’une demi-solde, alors que six mille emplois militaires sont créés dans la garde royale au profit des émigrés. La Presse royaliste parle de rétablissement des dîmes et de droits féodaux. Toutes ces mesures rendent le roi suspect de mener en sous-main une politique réactionnaire.

Septembre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Louis XVIII hérite du déficit budgétaire de l’Empire et doit maintenir tout l’appareil fiscal, notamment percevoir les « droits réunis » (impôts indirects), source de mécontentement. Joseph-Dominique Louis dit baron Louis parvient à équilibrer le budget en alimentant le Trésor avec dix millions, la vaisselle de métal précieux de l’empereur et les diamants de l’impératrice et par dix millions de bons à trois mois sur les caisses publiques. Il abat des deux tiers les crédits de l’armée et de moitié ceux de la marine. Il « oublie » de payer la rente promise à Napoléon, lui donnant une raison supplémentaire de quitter Elbe. L’abolition du blocus entraîne la dépréciation des denrées coloniales accumulées à prix d’or, ruine les manufactures de sucre de betterave. Marseille ne parvient pas à retrouver ses anciennes franchises.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Christophe Bourachot, Les Hommes de Napoléon, Place Des Éditeurs,‎ 2011 (ISBN 9782258089822, résumé)
  2. Le Combat de Nogent-sur-Seine - Explosion du Pont, le 12 février 1814 (D'après une vieille gravure)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Bertrand Goujon, Histoire de la France contemporaine. Monarchies postrévolutionnaires : (1814-1848), vol. 2, Éditions La Martinière (ISBN 9782021094459, résumé)
  4. Marie-Hélène Baylac, Napoléon. Empereur de l'île d'Elbe : Avril 1814 - Février 1815, Éditions La Martinière (ISBN 9791021001893, résumé)
  5. Christophe-Guillaume Koch, Histoire abrégée des traités de paix entre les puissances de l'Europe depuis la paix de Westphalie, vol. 3, Meline, Cans et Compagnie,‎ 1838 (résumé)
  6. Jean Gicquel, Jean-Éric Gicquel, Droit constitutionnel et institutions politiques, LGDJ,‎ 2013 (ISBN 9782275041339, résumé)
  7. Henry Houssaye, 1815, Paris, Perrin et cie,‎ 1921, 566 p. (OCLC 796388989, lire en ligne)
  8. Jean Baptiste Honoré Raymond Capefigue, Le Congrès de Vienne et les traités de 1815, vol. 2, Aymot,‎ 1864 (résumé)
  9. « Chronologie », dans Manière de voir, Le Monde diplomatique, Paris « Les révoltés du travail », no 103, 2009, p. 8