1808 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1805 1806 1807  1808  1809 1810 1811

Décennies :
1770 1780 1790  1800  1810 1820 1830
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Littérature Musique populaire Musique classique Photographie Science Sociologie Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1808 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 1er mars : établissement de la noblesse d'Empire comme distinction honorifique[1]. Elle se recrute pour 22 % dans l’ancienne noblesse, pour 22 % dans le peuple et pour 56 % dans la bourgeoisie.
  • 7 mars : nomination de Fontanes comme grand maître de l'Université.
  • 17 mars :
    • réorganisation du culte juif[1] avec obligation de porter un nom de famille;
    • décret d'organisation de l'Université impériale : toute l'éducation se trouve désormais sous le contrôle de l'État[1];
    • création du baccalauréat.
  • 24 mars :
    • pose de la première pierre de la Bourse de Paris;
    • épuration de la magistrature. Malgré la règle de l’inamovibilité, 68 juges sont destitués et 94 sont priés de remettre leur démission par deux décrets, en application du senatus-consulte du 12 octobre 1807[2].
  • 17 novembre : décret promulguant le code d’instruction criminelle[4], qui établit les fonctions du juge d’instruction et introduit le principe du secret de l’instruction, supprime le jury d’accusation et donne aux préfets le pouvoir de choisir les jurés du jury de jugement sur les listes censitaires[5],[6].


  • La Guerre d’Espagne, qui dure cinq ans, coûte à la France 300 000 morts et blessés[7] et contribue à affaiblir le régime. Enrôlements massifs : 250 000 conscrits sont mobilisés (80 000 en 1806 et autant en 1807[8]). Les contributions des pays vaincus et l’augmentation des impôts indirects dans l’Empire assurent les ressources nécessaires à la guerre.

Naissances en 1808[modifier | modifier le code]

Décès en 1808[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c François Clément, Nicolas Viton de Saint-Allais, Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, L'art de vérifier les dates des faits historiques, des inscriptions, et autres anciens monuments, chez Moreau,‎ 1824 (présentation en ligne)
  2. Jean Yves Piboubès, Guide de recherches aux Archives nationales sur les hauts fonctionnaires, 1789-1914, Archives Nationales,‎ 2009 (ISBN 9782860003322, présentation en ligne)
  3. Jacques-Olivier Boudon, Religion et politique en France depuis 1789, Armand Colin,‎ 2007 (ISBN 9782200356095, présentation en ligne)
  4. Code d'instruction criminelle, novembre et décembre 1808 : n° 611, Bulletin des lois n° 214 bis,‎ 1808 (présentation en ligne)
  5. Simone Goyard-Fabre, État moderne, 1715-1848, Vrin,‎ 2000 (ISBN 9782711614288, présentation en ligne)
  6. Caze, Aperçus historiques et pratiques sur le jury en matière criminelle, Toulouse, Bonnal et Gibrac,‎ 1853 (présentation en ligne)
  7. Jean Paul Bertaud, Le Premier Empire : legs de la Révolution, Presses Universitaires de France,‎ 1973 (présentation en ligne)
  8. Thierry Lentz, Nouvelle histoire du Premier Empire : La France et l'Europe de Napoléon (1804-1814), Fayard,‎ 2007 (ISBN 9782213640235, présentation en ligne)