16e armée (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La 16e armée (allemand : 16. Armee) est une armée de l'armée de terre allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

La 16e armée est formée le 22 octobre 1939 sur le front Ouest. Elle participe ainsi à la campagne de l'Ouest en s'établissant défensivement au sud de la Belgique pour protéger le flanc de l'offensive pendant la première phase au mois de mai puis elle prend part à l'encerclement de la ligne Maginot au mois de juin. À l'été 41 elle participe à l'invasion de l'URSS au sein de l'offensive nord. Pendant l'hiver, elle est en partie encerclée à Demiansk où les troupes sont alors ravitaillées par les airs. L'encerclement est brisé en avril 1942 et la 16e armée continue à défendre le saillant formé jusqu'en février 1943 où elle se retire sur une ligne de front plus courte. Au cours de l'été 1944 elle est repoussée et recule jusqu'à être acculée en Courlande où elle tient jusqu'à la fin de la guerre.

Historique[modifier | modifier le code]

Drôle de guerre, préparatifs[modifier | modifier le code]

Articles connexes : drôle de guerre et plan Jaune.

La 16e armée est créée le 22 octobre 1939 sur le front de l'Ouest avec le transfert de troupes venant de Pologne, principalement à partir de la 3e armée[1]. Commandée par Ernst Busch, elle fait partie du groupe d'armées A. Au cours de l'hiver 1939-1940, la 16e armée est impliquée dans les plans d'offensive à l'Ouest, entre la 12e armée à sa droite et la 1re armée (du groupe d'armées C) sur sa gauche :

  • Dans le premier ordre de déploiement (19 octobre) sa mission avec dix divisions d'infanterie est défensive, elle doit d'abord traverser le Luxembourg pour s'établir sur la Semois en amont de Bouillon et au sud d'Arlon pour protéger le flanc sud de l'offensive en Belgique[2].
  • Dans le deuxième ordre de déploiement (29 octobre) cette mission défensive est reportée plus au sud pour l'aile gauche : dans ce plan la 16e armée (dix divisions d'infanterie) doit alors s'aligner sur la ligne Carignan (sur la Chiers) – LongwySierck[3]. Au cours du mois de novembre, un groupement rapide est formé pour faciliter la progression dans le secteur des 12e et 16e armées en direction de Sedan[4].
  • Avec le troisième ordre de déploiement (30 janvier) la 16e armée conserve ses objectifs, sauf Carignan pour l'aile gauche qui doit désormais pousser sur Mouzon, sur la Meuse[5].
  • Le dernier ordre de déploiement (24 février) ne modifie pas ces objectifs elle dispose alors de douze divisions d'infanterie. Il s'agit toujours de défendre l'offensive principale mais celle-ci se déroule désormais à travers l'Ardenne[6].

Pour s'assurer de devancer la cavalerie française au Luxembourg afin de ne pas retarder la mise en place des unités en défense, le XXIIIe corps d'armée avec la collaboration de l'OKH monte l'opération aéroportée Hedderich pour s'emparer de cinq carrefours important au sud du Luxembourg, le Luftkommando devra être rapidement rejoint par des Jagdgruppen puis les détachements d'avant-garde, enfin pour que les gros ne soient pas retardés par la ligne Schuster sur la Moselle qui marque ici la frontière avec l'Allemagne un Sonderkommando devra s'emparer des barrières de cette ligne juste avant le déclenchement des opérations pour empêcher leur verrouillage définitif, et les pionniers traversant la Moselle en canots gonflables devront dégager les obstacles bétonnés dès que possible[7].

Campagne de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Pendant la bataille de France, du 10 au 14 mai 1940, la 16e armée traverse le Luxembourg en direction de la ligne Maginot. Du 15 au 28 mai 1940, elle établit une tête de pont à Sedan tout en se battant encore sur la ligne Maginot. Du 9 au 13 juin 1940, elle effectue une percée en direction de Verdun, qu'elle encercle le 15 juin 1940. Du 16 au 25 juin 1940, la 16e armée se bat autour de Toul, puis sur la Moselle, entre Thionville et Metz. Du 26 juin au 2 juillet, elle occupe le secteur entre l'Argonne et la Moselle[8].

Union Soviétique[modifier | modifier le code]

Plus tard, elle a été déployée avec le groupe d'armées Nord au cours de l'opération Barbarossa, l'invasion allemande de l'Union soviétique. Elle se fraye un chemin dans le Nord de la Russie où, en janvier 1942, elle est encerclée par les Soviétiques près de Demiansk. Hitler interdit le retrait de la 16e Armée et doit alimenté par l'air jusqu'à un couloir terrestre ouvert en avril 1942. Plus tard, elle a été impliqué dans le siège de Leningrad. Les Soviétiques délivre Leningrad en janvier 1944.

Le 19 février 1944, la 22e armée soviétique lance une nouvelle série d'attaques contre la 16e armée allemande autour de Kholm. La 22e armée russe fait de bons progrès dans l'assaut initial. Ces attaques diminuent grandement la 16e Armée. La 16e Armée avec le 18e corps d'armée sont coupés dans la péninsule de Courlande, lorsque les Soviétiques lancent leur offensive d'été et l'automne de 1944. Elle reste coincée là jusqu'à la fin de la guerre. Après la guerre, 250 000 soldats allemands pris au piège dans la poche de Courlande sont emmenés en captivité, dont beaucoup disparurent.

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandants[1]
Date Grade Oberbefehlshaber
22 octobre 1939 - 11 octobre 1943 Generalfeldmarschall Ernst Busch
11 octobre 1943 - 1er juillet 1944 General der Artillerie Christian Hansen
2 juillet 1944 - 30 août 1944 General der Infanterie Paul Laux
3 septembre 1944 - 10 mars 1945 Generaloberst Carl Hilpert
10 mars 1945 - 16 mars 1945 General der Infanterie Ernst-Anton von Krosigk
17 mars 1945 - 10 mai 1945 General der Gebirgstruppen Friedrich-Jobst Volckamer von Kirchensittenbach


Chefs d'état-major[1]
Date Grade Chef des Generalstabes
25 octobre 1939 - 13 novembre 1940 Generalleutnant Walther Model
15 novembre 1940 - 16 janvier 1942 Oberst Rolf Wuthmann
16 janvier 1942 - 1er juillet 1943 Generalmajor Hans Boeckh-Behrens
1er juillet 1943 - 29 octobre 1944 Generalmajor Paul Reinhold Herrmann
10 octobre 1944 - 8 mai 1945 Generalmajor Curt-Ulrich von Gersdorff


Chefs de la section opérations[1]
Date Grade 1. Generalstabsoffizier (Ia)
23 octobre 1939 - 15 janvier 1942 Oberst Hans Boeckh-Behrens
16 janvier 1942 - 1er mai 1943 Oberst Kurt Brandstädter
1er mai 1943 - 5 décembre 1943 Major Hans-Horst von Necker
5 décembre 1943 - 30 août 1944 Oberstleutnant Kurt Hartmann
Août 1944 - septembre 1944 Major Siegfried Ettwein
10 septembre 1944 - avril 1945 Oberstleutnant Albert Bach
Avril 1945 - mai 1945 Major Gerhard Thunich

Ordres de batailles[modifier | modifier le code]

Subordination[modifier | modifier le code]

Création (22 octobre 1939) - mai 1940 : groupe d'armées A

Date Groupe d'armées
1940
Juin Heeresgruppe C
Juillet Heeresgruppe A
1941
Janvier Heeresgruppe A
Avril Heeresgruppe C
Juin Heeresgruppe Nord
1942
Janvier Heeresgruppe Nord
1943
Janvier Heeresgruppe Nord
1944
Janvier Heeresgruppe Nord
1945
Janvier Heeresgruppe Nord
Fin janvier Heeresgruppe Kurland

Unités rattachées[modifier | modifier le code]

Date Unités
1940
Mai XXIII. Armeekorps
XIII. Armeekorps
VII. Armeekorps
Großdeutschland
6. Infanterie-Division
33. Infanterie-Division
15. Infanterie-Division
26. Infanterie-Division
71. Infanterie-Division
73. Infanterie-Division
52. Infanterie-Division
Juin VII. Armeekorps
Höh. Kdo. XXXI
Höh. Kdo. XXXVI
16. Infanterie-Division
76. Infanterie-Division
68. Infanterie-Division
212. Infanterie-Division
1941
Juillet II. Armeekorps
XXVIII. Armeekorps
I. Armeekorps
X. Armeekorps
L. Armeekorps
Août XXVIII. Armeekorps
XXXIX. Armeekorps
I. Armeekorps
X. Armeekorps
LVI. Armeekorps
Octobre II. Armeekorps
XXXIX. Armeekorps
I. Armeekorps
X. Armeekorps
Gruppe von Roques
1942
Janvier XXXVIII. Armeekorps
X. Armeekorps
II. Armeekorps
XXXIX. Armeekorps
Juillet X. Armeekorps
II. Armeekorps
XXXIX. Armeekorps
1943
Janvier X. Armeekorps
II. Armeekorps
Tiemann
Juillet II. Armeekorps
Korps Höhne
X. Armeekorps
223. Infanterie-Division
Korück 584
Août II. Armeekorps
VIII. Armeekorps
X. Armeekorps
XXXXIII. Armeekorps
122. Infanterie-Division
Septembre II. Armeekorps
VIII. Armeekorps
X. Armeekorps
XXXXIII. Armeekorps
Octobre X. Armeekorps
VIII. Armeekorps
II. Armeekorps
XXXXIII. Armeekorps
I. Armeekorps
Novembre X. Armeekorps
II. Armeekorps
XXXXIII. Armeekorps
I. Armeekorps
VIII. Armeekorps
23. Infanterie-Division
1944
Janvier X. Armeekorps
II. Armeekorps
XXXXIII. Armeekorps
VIII. Armeekorps
I. Armeekorps
Février X. Armeekorps
II. Armeekorps
XXXXIII. Armeekorps
VIII. Armeekorps
I. Armeekorps
VI. SS-Freiwilligenkorps
Mars II. Armeekorps
VIII. Armeekorps
X. Armeekorps
I. Armeekorps
Avril II. Armeekorps
X. Armeekorps
I. Armeekorps
L. Armeekorps
Mai II. Armeekorps
X. Armeekorps
I. Armeekorps
L. Armeekorps
VI. SS-Armeekorps
Mi-mai II. Armeekorps
X. Armeekorps
I. Armeekorps
L. Armeekorps
VI. SS-Armeekorps
12. Panzer-Division
Juin II. Armeekorps
X. Armeekorps
I. Armeekorps
L. Armeekorps
VI. SS-Armeekorps
12. Panzer-Division
69. Infanterie-Division
24. Infanterie-Division
Mi-juin II. Armeekorps
X. Armeekorps
I. Armeekorps
L. Armeekorps
VI. SS-Armeekorps
69. Infanterie-Division
24. Infanterie-Division
Juillet X. Armeekorps
I. Armeekorps
II. Armeekorps
AK Kleffel
Novembre XXXXIII. Armeekorps
XVI. Armeekorps
VI. SS-Armeekorps
1945
Avril XVI. Armeekorps
VI. SS-Armeekorps
XXXVIII. Armeekorps
Korück 583

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (de) « 16. Armee, AOK 16 », sur Lexikon der Wehrmacht (consulté le 14 avril 2015).
  2. Eric van den Bergh, Mai 1940 : une victoire éclair,‎ (lire en ligne), chap. 40.
  3. van den Bergh 2009, chap. 41.
  4. van den Bergh 2009, chap. 44.
  5. van den Bergh 2009, chap. 46.
  6. van den Bergh 2009, chap. 52.
  7. Jean-Yves Mary, La bataille des trois frontières : mai-juin 1940, Bayeux, Heimdal,‎ , 471 p. (ISBN 978-2-84048-331-1), p. 154-155.
  8. 16.Armee-Oberkommando sur feldgrau.com

Liens externes[modifier | modifier le code]