15e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
15e Division d'Infanterie
15e Division d'Infanterie Motorisée
Image illustrative de l'article 15e division d'infanterie (France)
Insigne de la 15e division d'infanterie.Insigne de la 15e division d'infanterie motorisée (1939).
Insigne de la 15e division d'infanterie.
Insigne de la 15e division d'infanterie motorisée (1939).

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie
Rôle Infanterie
Devise Utinam victrix
(1939)
Guerres Première Guerre mondiale

Seconde Guerre mondiale

Batailles 1914 - Bataille de Morhange
1914 - Bataille de Flirey
1915 - 1re bataille de la Woëvre
1915 - 2e Bataille de Champagne
1916 - Bataille de Verdun

La 15e division d'infanterie devenue 15e Division d'Infanterie Motorisée (15e DIM) est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première et à la Seconde Guerre mondiale.

Les chefs de la 15e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition au cours de la guerre[modifier | modifier le code]

Mobilisée dans la 8e Région, la division appartient au 8e corps d'armée, au sein de la 1re armée française.

1914[modifier | modifier le code]

2 – 10 août :

Transport par V.F dans la région de Bayon : concentration dans celle de Damas-aux-Bois et de Saint-Boingt.

10 – 14 août :

Mouvement vers la Meurthe, vers Vathiménil et Fraimbois ; stationnement.

14 – 21 août :

Offensive en direction de Sarrebourg, par Foulcrey et Gondrexange.
20 août : engagée dans la Bataille de Sarrebourg : combat vers Gosselming.

21 – 25 août :

Repli, par la région de Gondrexange, vers celle de d'Essey-la-Côte et d'Haillainville.

25 août – 13 septembre :

Engagée dans la Bataille de la Mortagne : combats vers Rozelieures, Giriviller, Magnières, Moyen et Vallois, puis le 12 septembre, progression jusqu'à la Meurthe.

13 – 27 septembre :

Retrait du front et transport par V.F, de la région de Bayon, dans celle de Saint-Mihiel ; repos.
À partir du 19, transport par V.F, dans la région de Sainte-Menehould ; repos.
À partir du 23, mouvement, par Chaumont-sur-Aire, vers Dombasle-sur-Argonne et Aubréville ; travaux.
À partir du 26, mouvement par la région d'Issoncourt, vers celle de Saint-Mihiel.

27 septembre 1914 – 4 avril 1915 :

Engagée dans la Bataille de Flirey : Combats au nord de Saint-Mihiel et vers la Forêt d'Apremont. Puis stabilisation, et occupation d'un secteur vers le Bois d'Ailly et la Meuse : nombreuses actions locales et guerre de mines.

1915[modifier | modifier le code]

4 avril – 27 septembre :

Engagée dans la 1re Bataille de la Woëvre : du 5 au 10 avril, du 22 au 24 avril, et le 30 avril, violentes attaques françaises au Bois ; d'Ailly ; puis stabilisation: du 30 avril au 11 mai, légère réduction du front, à droite.

27 – 29 septembre :

Retrait du front, et transport par V.F dans la région de Sainte-Menehould.

29 septembre – 9 décembre :

Transport par camion vers Perthes-lès-Hurlus.
3 octobre, occupation d'un secteur entre l'ouest de la Butte de Tahure et l'est de la cote 193.
À partir du 6 octobre, engagée dans la 2e Bataille de Champagne : combats de la route de Tahure à Somme-Py.
28 octobre - 5 novembre : repos; puis, occupation d'un secteur entre Tahure et la route de Tahure à Somme-Py.

9 – 27 décembre :

Retrait du front ; le 11, transport par V.F dans la région de Commercy ; travaux, instruction.

27 décembre 1915 – 14 janvier 1916 :

Mouvement vers Villotte-devant-Saint-Mihiel : instruction au camp de Belerain et travaux.

1916[modifier | modifier le code]

14 janvier – 21 juin :

Mouvement vers le front ; à partir du 19 janvier, occupation d'un secteur vers Apremont et Kœur-la-Grande

21 juin – 21 juillet :

Retrait du front ; repos vers Void.
À partir du 25 juin, mouvement par étapes vers Bayon.
Séjour au camp de Saffais.
À partir du 15 juillet, mouvement vers la région de Combles.

21 juillet – 11 août :

Mouvement vers le front. Engagée, à partir du 25 juillet, dans la Bataille de Verdun, vers le bois de Vaux Chapitre et Fleury-devant-Douaumont :
28 juillet, attaque française vers le bois de Vaux Chapitre.
1er et 5 août, attaques allemandes sur le bois de Vaux Chapitre.
2 et 5 août, attaques françaises sur Fleury-devant-Douaumont.

11 – 18 août :

Retrait du front, transport par camions vers la région de Saint-Dizier, puis, partir du 15 août, transport par V.F dans celle de Lunéville ; repos.

18 août – 21 septembre :

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Ancerviller et Emberménil.

21 septembre – 25 novembre :

Retrait du front et mouvement vers le camp de Saffais ; instruction.

25 novembre – 22 décembre :

Transport par V.F dans la région de Crèvecoeur-le-Grand ; repos (à partir du 7 décembre, des éléments de la D.I participent à l'occupation d'un secteur vers Belloy-en-Santerre).

22 décembre 1916 – 8 janvier 1917 :

Occupation d'un secteur à l'est de Belloy-en-Santerre et de Berny-en-Santerre.

1917[modifier | modifier le code]

8 - 20 janvier :

Retrait du front et repos vers Grandvilliers.
À partir du 16, transport par V.F dans la région de Châlons ; repos.

20 janvier – 9 août :

Occupation d'un secteur vers l'est de l'Epine de Vedegrange et Auberive-sur-Suippe ; 22 mars, mouvement de rocade, et occupation d'un nouveau secteur vers Maisons de Champagne et la Courtine : actions locales, particulièrement violentes les 24, 29 et 30 mars.

9 – 29 août :

Retrait du front ; repos vers Mairy-sur-Marne.

29 août 1917 – 20 mars 1918 :

Mouvement vers le front, et, le 1er septembre, occupation d'un secteur vers Maisons de Champagne et la Butte-du-Mesnil.
14 février, attaque sur la Galoche ; 1er mars, violente contre-attaque allemande dans cette région.

1918[modifier | modifier le code]

20 – 27 mars :

Retrait du front ; repos vers Saint-Germain-la-Ville.

27 mars – 29 mai :

Transport par V.F vers le front dans la région de Choisy-au-Bac.
À partir du 2 avril, occupation d'un secteur vers Orvillers-Sorel et la Berlière.

29 mai – 18 août :

Retrait du front, et, à partir du 1er juin, occupation d'un secteur vers Nampcel et le mont de Choisy, réduit, le 10 juin, au front bois Saint-Mard, ferme Quennevières : combats vers la ferme Puiseux (3e Bataille de l'Aisne).

18 août – 15 septembre :

Engagée, en direction de l'Oise, dans la 2e Bataille de Noyon, et, à la fin août, dans la poussée vers la ligne Hindenburg : progression sur la rive gauche de l’Oise jusqu'à la haute forêt de Coucy ; organisation des positions conquises entre le sud de Servais et l'Oise.

15 septembre – 3 octobre :

Retrait du front ; repos vers Neuilly-en-Thelle.

3 octobre – 2 novembre :

Transport dans la région de Nesle ; engagée, à partir, du 9 octobre, dans les batailles de Saint-Quentin et de Mont d'Origny : prise de Fontaine-Notre-Dame (Aisne), d'Aisonville, de Bernoville et de Tupigny ; puis organisation et occupation d'un secteur sur les positions conquises.

2 – 11 novembre :

Retrait du front, mouvement par étapes vers Ribécourt, puis vers Estrées-Saint-Denis et Luzarches ; repos et instruction.
À partir du 10 novembre, travaux pour le G.M.P.

Rattachements[modifier | modifier le code]

Affectation organique: 8e corps d'armée d'août 1914 à novembre 1918

1re armée

2 août – 16 septembre 1914
27 septembre 1914 – 27 septembre 1915
11 – 27 décembre 1915
16 – 27 janvier 1916
15 – 17 juillet 1916
14 septembre – 11 novembre 1918

2e armée

16 – 19 septembre 1914
27 septembre – 11 décembre 1915
17 juillet – 15 août 1916

3e armée

19 – 20 septembre 1914
23 – 27 septembre 1914
27 – 30 mars 1918
31 mars – 11 juin 1918
2 – 11 août 1918
30 août – 14 septembre 1918

4e armée

20 – 23 septembre 1914
16 janvier 1917 – 27 mars 1918

6e armée

30 – 31 mars 1918

10e armée

25 novembre 1916 – 16 janvier 1917
11 juin – 2 août 1918
11 – 30 août 1918

D.A.L.

27 janvier – 15 juillet 1916
15 août – 25 novembre 1916

Région Fortifiée de Verdun

27 décembre 1915 – 16 janvier 1916

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La loi du 13 juillet 1927, sur l’organisation générale de l’armée et la loi des cadres et effectifs du 28 mars 1928, fixent le nombre des divisions d’infanterie métropolitaines à vingt.
Ces dernières sont considérées comme des forces de territoire affectées à la défense du sol métropolitain.
Ces grandes unités d’infanterie sont de trois types, dix divisions d’infanterie de type « nord-est », sept divisions d’infanterie motorisées et trois divisions d’infanterie alpine.
La 15e Division d'Infanterie Motorisée est stationnée à Dijon. Sa composition est la suivante :

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 1940 la 15e DIM, sous les ordres du général Juin, est rattachée au 4e Corps d'Armée qui est intégré à la 1re armée.

A cette date la 15e Division d'Infanterie Motorisée se compose de :


Batailles et combats[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]