12e corps d'armée (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 12e corps d'armée.
12e corps d’armée
Carte de la 12e région militaire

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Corps d'armée
Guerres 1870-1871
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille des Ardennes
1914 - Bataille de la Meuse
1914 - Bataille de la Marne
(Bataille de Vitry)
1915 - 1re bataille de Champagne
1915 - 1re bataille de la Woëvre
1915 - 3e bataille de l'Artois
1916 - Bataille de Verdun
1917 - Bataille des monts de Champagne
1918 - Bataille du Piave
1918 - Bataille de Vittorio Veneto

Le 12e corps d'armée est un corps d'armée de l'armée de terre française. Il rassemblait les unités de la 12e région militaire qui comprenait les départements de la Haute-Vienne, de la Corrèze, de la Creuse, de la Dordogne et de la Charente. Son quartier général était situé à Limoges.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

12e corps d'armée

  • 8 avril 1916 : renommé groupement Descoings
  • 12 mai 1916 : renommé groupement Nollet
  • 22 juin 1916 : renommé 12e corps d'armée

Les chefs du 12e corps d'armée[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

Bataille de Beaumont
Bataille de Sedan

De 1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Garnison : Limoges. Comprend les départements de la Haute-Vienne, de la Corrèze, de la Creuse, de la Dordogne et de la Charente.

Quartier général du 12e corps d'armée (Limoges)

Composition:

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

mobilisation de 1914[modifier | modifier le code]

Le 12e corps d'armée regroupe les unités de la 12e région militaire. Il mobilise 309 091 hommes en 1914. Sur cet effectif, on comptera à la fin de la guerre : 59 817 tués (soit un pourcentage de perte de 19,55) et 19 691 prisonniers [2].

En application du plan XVII, le 12e corps fait partie, au début de la Première Guerre mondiale, de la IVe Armée du général de Langle de Cary.

Le 12e corps est commandé par le général Roques.

État-major :

  • chef d'état-major : lieutenant-colonel Méric
  • sous-chef d'état-major : lieutenant-colonel Bernard
Organisation du 12e corps d'armée en 1914
Corps Division Brigade Unités[3]
XII 23e division d'infanterie 45e brigade d'infanterie 63e régiment d'infanterie (Limoges, Saint-Yrieix)
78e régiment d'infanterie (Limoges, Guéret)
46e brigade d'infanterie 107e régiment d'infanterie (Angoulême)
138e régiment d'infanterie (Magnac-Laval, Bellac)
Cavalerie 21e régiment de chasseurs à cheval (1 escadron) (Limoges)
Artillerie 21e régiment d'artillerie de campagne (3 groupes de 75) (Angoulême)
Génie 6e régiment du génie (compagnie 12/1) (Angers)
24e division d'infanterie 47e brigade d'infanterie 50e régiment d'infanterie (Périgueux)
108e régiment d'infanterie (Bergerac)
48e brigade d'infanterie 100e régiment d'infanterie (Tulle)
126e régiment d'infanterie (Brive)
Cavalerie 21e régiment de chasseurs à cheval (1 escadron) (Limoges)
Artillerie 34e régiment d'artillerie de campagne (3 groupes de 75) (Périgueux)
Génie 6e régiment du génie (compagnie 12/2) (Angers)
éléments non endivisionnés

et

organiques

Infanterie 300e régiment d'infanterie (Tulle)
326e régiment d'infanterie (Brive)
Cavalerie 21e régiment de chasseurs à cheval (4 escadrons) (Limoges)
Artillerie 52e régiment d'artillerie de campagne (4 groupes de 75) (Angoulême)
Génie 6e régiment du génie (compagnies 12/3,12/4,12/16,12/21) (Angers)
12e escadron du train des équipages militaires
12e section de secrétaires d'état-major et du recrutement
12e section d'infirmiers militaires
12e section de commis et ouvriers militaires d'administration

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

21 août : combat vers Pin et Izel.
22 août : engagé dans la bataille des Ardennes, combat vers Menugoutte et Névraumont.
24 août : combat vers Les Deux-Villes.
26 août : repli derrière la Meuse, dans la région Beaumont, Mouzon.
27 - 28 août : combat devant Mouzon et vers Beaumont, Fabla et La Besace (bataille de la Meuse). À partir du 29 août, repli vers la région nord-est de Vouziers, puis le 31 août offensive vers la région Le Chesne, Semuy (combat vers Voncq).
1er septembre : continuation du repli par SommePy, jusque dans la région sud de Vitry-le-François (éléments transportés par V.F. de Vitry-le-François et de Loisy-sur-Marne, dans la région nord-ouest de Brienne-le-Château).
6 - 11 septembre : bataille de Vitry, combats vers Courdemanges et Châtelraould-Saint-Louvent. À partir du 11 septembre, poursuite, par Bussy-le-Repos et Auve jusque dans la région Minaucourt, Laval.
  • 13 - 18 septembre : stationnement dans la région Somme-Tourbe, Suippes ; puis, le 17 septembre, mouvement vers la ferme Jonchery.
  • 18 septembre 1914 - 25 mars 1915 : engagé dans la région ouest de Souain et vers Auberive-sur-Suippe.
19, 20, 21, 24 et 30 septembre : violentes attaques françaises.
27 septembre : extension du front à gauche jusqu'au nord de Baconnes. Stabilisation et occupation d'un secteur dans cette région.
1er octobre : extension du front à droite jusqu'au bois Sabot.
12 octobre : attaques françaises vers le moulin de Souain et au nord-est de Saint-Hilaire-le-Grand.
20 octobre : extension du secteur à gauche jusque vers la ferme des Marquises.
30, 31 octobre et 25 novembre : nouvelles attaques françaises vers le moulin de Souain et au nord-est de Saint-Hilaire-le-Grand.
À partir du 21 décembre engagé dans la 1re bataille de Champagne.
21 décembre : violente attaque française vers le moulin de Souain et au nord-est de Saint-Hilaire-le-Grand.
28 décembre : réduction du secteur à droite jusque vers la ferme des Wacques.

1915[modifier | modifier le code]

10 mai : front étendu à gauche jusque vers le bois de Mort Mare.
  • 10 juin - 21 juillet : retrait du front repos dans la région de Toul. À partir du 15 juin, transport par V.F. vers Amiens, repos dans la région de Villers-Bocage.
19 juillet : transport par camions dans la région de Sus-Saint-Léger.
  • 21 juillet 1915 - 14 mars 1916 : mouvement vers le front et à partir du 26 juillet, occupation d'un secteur entre le nord de Roclincourt et la lisière sud de Neuville-Saint-Vaast (guerre de mines).
25 septembre : engagé dans la 3e bataille de l'Artois. Attaques françaises vers Écurie, le Labyrinthe, Thélus et Neuville-Saint-Vaast.
30 septembre : front étendu à droite jusque vers la Scarpe. Occupation et organisation du terrain conquis.
8 octobre : extension du front à gauche jusque vers la ferme de la Folie et réduction à droite jusqu'au nord de Roclincourt.
11 octobre : attaques françaises vers Thélus et la ferme de la Folie.
30, 31 octobre : attaque allemande et contre-attaque française vers Neuville-Saint-Vaast.
23 décembre : réduction du front à gauche jusqu'au chemin Neuville-Saint-Vaast ferme de la Folie.

1916[modifier | modifier le code]

9 avril : attaque allemande sur la cote du Poivre. Combat au ravin de la Dame et aux carrières d'Haudromont.
17 avril : attaque allemande de la Meuse à Vaux-devant-Damloup.
21 mai : attaque française sur les carrières d'Haudromont.
25 mai : attaque allemande sur les carrières d'Haudromont et la ferme de Thiaumont.
1er, 8, 12 et 15 juin : attaques allemandes dans la région de l'ouvrage de Thiaumont.
17 juin : contre-attaques françaises.
19 - 22 juin : combat au bois Nawé et à l'ouvrage de Thiaumont.
  • 22 juin - 9 juillet : retrait du front dans la région de Saint-Dizier. À partir du 28 juin, transport par V.F. dans la région d'Épernay ; repos dans la région de Fère-en-Tardenois.
  • 9 juillet - 23 septembre : du 9 au 22 juillet, occupation d'un secteur vers Soupir, Pernant. Le 24 juillet, occupation d'un nouveau secteur vers le bois de Beau Marais et Soupir.
  • 23 septembre - 13 novembre : retrait du front ; repos et instruction dans la région de Ville-en-Tardenois. À partir du 14 octobre, mouvement vers la région de Crépy-en-Valois, Villers-Cotterêts ; repos. À partir du 2 novembre, transport par V.F. dans la région sud d'Amiens ; repos.
  • 13 novembre 1916 - 16 janvier 1917 : occupation d'un secteur vers Cléry-sur-Somme, Biaches, Barleux et la région au nord de Belloy-en-Santerre.

1917[modifier | modifier le code]

  • 16 - 20 janvier 1917 : retrait du front ; transport par V.F. de Longueau vers Cuperly.
  • 20 janvier - 11 octobre : occupation d'un secteur entre Maisons de Champagne et l'ouest de la ferme de Navarin.
15 février : attaque allemande vers Maisons de Champagne et la Main de Massiges.
8, 12 mars : attaques françaises sur Maisons de Champagne.
22 mars : extension du secteur à droite jusqu'à l'Aisne et à gauche jusqu'à Auberive-sur-Suippe.
16 avril : réduction à gauche jusqu'au chemin Souain, Sainte-Marie-à-Py.
25 avril : extension à gauche jusqu'à Auberive-sur-Suippe.
À la fin avril et au début mai, vifs engagements dans la région d'Auberive-sur-Suippe et au nord de Souain (bataille des monts de Champagne).
10 mai : front réduit à droite, à La Courtine.
  • 11 octobre - 11 novembre : retrait du front, mouvement vers Dormans puis vers Ville-en-Tardenois ; repos.
  • 11 novembre 1917 - 5 février 1918 : transport par V.F. de la région d'Épernay vers l'Italie. Repos et instruction dans la région de Castelnuovo, puis le 3 décembre dans celle de Vicence.

1918[modifier | modifier le code]

  • 5 février - 14 mars : mouvement vers Asolo, à partir du 9 février occupation d'un secteur au nord de cette région.
  • 14 - 24 mars : retrait du front (relève par l'armée italienne), mouvement vers Mason Vicentino ; repos.
  • 24 mars - 25 octobre : relève d'éléments italiens et occupation d'un secteur sur le plateau d'Asiago.
15 juin : offensive autrichienne repoussée. Combat à Capitello-Pennar et la cime Echar.
26 octobre : franchissement du Piave, poursuite vers Cavrera, Villapajera.
À partir du 31 octobre, des éléments du 12e corps d'armée sont rattachés au 13e corps d'armée italien et prennent part à une offensive sur l'Altipiano d'Asiago et progressent sur le monte Ferragh, le monte Nos et le monte Cimon.
  • 4 - 11 novembre : Armistice avec l'Autriche, les éléments du 12e corps d'armée sont portés vers la région d'Asolo.

Rattachement[modifier | modifier le code]

30 mars - 15 juin 1915
29 octobre - 2 novembre 1916
15 juin - 19 juillet 1915
30 mars - 28 juillet 1916
16 - 29 octobre 1916
2 août - 18 septembre 1914
7 octobre 1914 - 30 mars 1915
16 janvier - 11 octobre 1917
28 juillet - 16 octobre 1916
11 octobre - 13 novembre 1917
2 - 11 novembre 1916
18 septembre - 7 octobre 1914
19 juillet 1915 - 30 mars 1916
11 novembre 1916 - 16 janvier 1917
13 novembre 1917 - 14 octobre 1918
14 octobre - 11 novembre 1918

Entre deux guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À partir du 31 mars 1918, le général commandant le 12e CA, exerce également les fonctions de commandant des Forces françaises en Italie.
  2. « http://vestiges.1914.1918.free.fr/Pertes.htm », sur http://vestiges.1914.1918.free.fr/
  3. « http://chtimiste.com/ »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Service historique de l'armée de terre, Inventaire sommaire des archives de la Guerre 1914-1918, Troyes, Imprimerie « la Renaissance »,‎ 1969, 691 p., (notice BnF no FRBNF35127448f).
    • AFGG, vol. 1, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : grands quartiers généraux, groupe d'armées, armées, corps d'armée,‎ 1923, 966 p. (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]