12e Régiment blindé du Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
12e Régiment blindé du Canada
Insigne du régiment
Insigne du régiment

Période 6 mai 1968
Pays Drapeau du Canada Canada
Branche Armée canadienne
Type Blindée
Rôle Reconnaissance
Effectif Deux régiments personnes
Fait partie de 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada
Garnison Force régulière : BFC Valcartier
Première réserve : Trois-Rivières
Devise Adsum (Je suis présent) (Latin)
Marche rapide - Marianne s'en va-t-au moulin
lente - Quand vous mourrez de nos amours
Commandant Lieutenant-colonel Pierre Huet, CD MSM

Le 12e Régiment blindé du Canada ou 12e RBC est une unité blindée régulière de l'Armée canadienne des Forces canadiennes. Il est souvent appelé simplement « 12e ». Il fait partie du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada et est stationné sur la base des Forces canadiennes (BFC) Valcartier au Québec. Le régiment possède également une unité de la Première réserve composée de réservistes travaillant à temps partiel située à Trois-Rivières au Québec.

Structure[modifier | modifier le code]

Force régulière[modifier | modifier le code]

Coyotes du 12e RBC

L'unité régulière du 12e RBC est opérationnelle et fait partie du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada dans le secteur du Québec de la Force terrestre. Elle est basée sur la BFC Valcartier. Elle est divisée en cinq escadrons : A, B, C, D et CS (quatre escadrons blindés et un escadron de commandement et services)[1].

Commandants du 12e RBC (Force régulière)[2]
Nom Années Nom Années
J.P.R. La Rose, CD 1968 à 1969 J.O.M. Maisonneuve, CMM, CSM, CD 1989 à 1991
C.E. Salvard, OMM, CD 1969 à 1971 R.R. Vanier, CD 1991 à 1993
W.R. Campbell, CD 1971 à 1973 D.C. Moore, CD 1993 à 1995
J.C. Gervais, CMM, CD 1973 à 1975 J.P.P.J. Lacroix, CD 1995 à 1997
A.L. Geddry, CD 1975 à 1977 T.A. Davis, CD 1997 à 1999
P.G. Addy, CMM, CD 1977 à 1979 J.C. Collin, OMM, CD 1999 à 2001
J.G. Reny, CD 1979 à 1981 G.J. Maillet, CD 2001 à 2003
G.T. Service, CD 1981 à 1983 J.L. Frappier, CD 2003 à 2005
D.G. Taylor, OMM, CD 1983 à 1985 J.M. Lanthier, CD 2005 à 2007
G.A Bordet, CD 1985 à 1988 S. Tremblay, CD 2007 à 2009
V.M. Caine, CMM, CD 1987 à 1988 S. Lacroix CD 2009 à 2011
V.M. Caines, CMM, CD 1987 à 1988 S. Boivin, CD 2011 à 2013
J.P. Huet, MSM, CD 2013 à présent

Première réserve[modifier | modifier le code]

L'unité de réserve du 12e RBC est composé de militaires travaillant à temps partiel appelés réservistes. Elle est basée au manège militaire Jean-Victor Allard à Trois-Rivières. Elle fait partie du secteur du Québec de la Force terrestre[3].

Commandants du 12e RBC (Première réserve)[4]
Nom Années Nom Années
Major F.-X. Lambert 1871 à 1880 Lieutenant-colonel F.N. Spénard, ED 1946 à 1950
Lieutenant-colonel F. Houde, MP 1880 à 1884 Lieutenant-colonel F.W. Johnson, DSO, ED 1950 à 1953
Lieutenant-colonel A.-F. Dame, Dr 1885 à 1888 Lieutenant-colonel F.I. Ritchie, Jr, CD, ADC 1953 à 1956
Lieutenant-colonel A.-R. Dufresne 1888 à 1893 Major R. Larocque 1956
Lieutenant-colonel H. Dixon 1893 à 1899 Lieutenant-colonel L.A. Dubuc, CD 1956 à 1960
Lieutenant-colonel J. Houliston 1900 à 1906 Lieutenant-colonel R.A. Gauthier, CD 1960 à 1964
Lieutenant-colonel Hon. G.-A Tessier, MPP 1906 à 1912 Lieutenant-colonel R.A. Piché, CD, ADC 1964 à 1968
Lieutenant-colonel L.-P. Mercier 1912 à 1914 Lieutenant-colonel R. Duquet, CD, ADC 1968 à 1971
Lieutenant-colonel C.R. Whitehead 1915 à 1921 Lieutenant-colonel A. Rousseau, GM, CD 1971 à 1974
Lieutenant-colonel F.I. Ritchie, Sr 1921 à 1922 Lieutenant-colonel R.O. Gauthier, CD 1974 à 1977
Lieutenant-colonel R. Pellerin, VD 1922 à 1927 Lieutenant-colonel P. Cécil, CD, ADC 1977 à 1982
Lieutenant-colonel W.A. Aird, ED 1927 à 1931 Lieutenant-colonel Y. Roberge, CD, ADC 1982 à 1986
Lieutenant-colonel J.G. Vining, ED 1931 à 1936 Lieutenant-colonel M. Grondin, OMM, CD 1986 à 1989
Lieutenant-colonel H.J. Keating, ED 1936 à 1940 Lieutenant-colonel J.-M. Bergeron, CD 1989 à 1993
Lieutenant-colonel G.E.A. Dupuis, MC 1940 Lieutenant-colonel P. Bruneau, CD 1993 à 1999
Lieutenant-colonel J.G. Vining, ED 1940 à 1943 Lieutenant-colonel J.-M. Hamelin, CD 1999 à 2002
Colonel R. Pellerin, VD (2e Bn) 1940 à 1944 Lieutenant-colonel G. Lamontagne, CD 2002 à 2005
Lieutenant-colonel E.L. Booth, DSO 1943 à 1944 Lieutenant-colonel F. Chevrette, CD 2005 à 2009
Lieutenant-colonel J.F. Bingham, CBE 1944 Lieutenant-colonel S. Young, CD 2009 à 2010
Lieutenant-colonel F. Caron, DSO, ED 1944 à 1945 Lieutenant-colonel S. Leblanc, CD Depuis 2010

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation du régiment (1651-1938)[modifier | modifier le code]

Dès 1651, la Milice canadienne commence à entraîner des gens à Trois-Rivières par le biais de Pierre Boucher, capitaine du bourg de Trois-Rivières[5]. En effet, il reçoit les directives de se procurer des armes, d'entraîner des gens à leur maniement et de les relayer à la garde[5]. D'ailleurs tous les hommes de 16 à 60 ans doivent servir au sein de la Milice à partir de 1669[5]. La compagnie de Trois-Rivières sert notamment pour la guerre anglo-américaine de 1812, contre les raids des Féniens en 1865[5]. Pendant tout ce temps, les troupes sont sous le commandement britannique. En effet, ce n'est qu'en 1867 avec la création de la Confédération canadienne que les troupes britanniques quittent le Canada et que la défense devient une responsabilité canadienne[5]. En 1868, le ministère de la Milice et de la Défense est créé et l'unité de Trois-Rivières tombe sous sa responsabilité[5]. En 1870, des volontaires de la compagnie de Trois-Rivières se rendent dans l'Ouest canadien lors de la Rébellion du Nord-Ouest[5].

Le ­­24 mars 1871, les compagnies rurales de Trois-Rivières, de Louiseville, de Berthierville et de Saint-Gabriel-de-Brandon sont regroupées en un bataillon temporaire sous le nom de Three Rivers Provisional Battalion of Infantry, littéralement « Bataillon d'infanterie provisoire de Trois-Rivières »[5]. Le premier commandant de ce bataillon est le capitaine François-Xavier Lambert qui avait servi lors de la Rébellion du Nord-Ouest[5]. Le bataillon devient permanent le 4 juin avec l'ajout de deux autres compagnies, est renommé 86th Three Rivers Battalion of Infantry, littéralement « 86e Bataillon d'infanterie de Trois-Rivières », et est placé sous le commandement du lieutenant-colonel Frédéric Houde de Louiseville[5],[6]. Le 8 mai 1900, le bataillon devient un régiment en adoptant le nom de 86th Three Rivers Regiment, littéralement « 86e Régiment de Trois-Rivières »[5]. Le 27 juin 1905, le régiment est appelé à faire partie d'un camp militaire divisionnaire ouvert à Trois-Rivières avec quatre autres régiments comprenant un total de 1 500 hommes[5]. La construction du manège militaire de Trois-Rivières commence la même année et celui-ci est occupé l'année suivante[5].

affiche appelant à la mobilisation pour la Première Guerre mondiale au sein du 178e.

En 1912, le régiment est réorganisé[5]. Durant la Première Guerre mondiale, il n'est pas mobilisé comme toutes les autres unités de la Milice, mais il contribue à la mobilisation du 178e Bataillon canadien-français du Corps expéditionnaire canadien[5]. D'ailleurs, il reçoit les honneurs de bataille du 178e Bataillon. Il est dissous le 1er octobre 1915[5]. Durant l'entre-deux-guerres, le Canada diminue le nombre d'unités d'infanterie et crée des unités blindées au sein de la réserve[5]. Le régiment est réorganisé en The Three Rivers Regiment (Tank), littéralement « Le Régiment de Trois-Rivières (char) », le 1er avril 1920 le 15 décembre 1936[5]. Cependant, l'entraînement est difficile puisque l'école des véhicules blindés ne dispose pas de véhicules blindés avant 1938[5].

La Seconde Guerre mondiale (1939-1945)[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, avec d'autres unités blindées, "The Three Rivers Regiment (Tank)" crée la Première brigade blindée canadienne. Le nom du régiment devient alors le "12th Army Tank Battalion, The Three Rivers Regiment (Tank)".

Le 15 mai 1942, l'Unité devient le "12th Canadian Army Tank Regiment TRR".

Le 26 août 1943, l'Unité devient le "12th Canadian Armoured Regiment (TRR)"

L'après-guerre et la guerre froide (1946-1968)[modifier | modifier le code]

Le 1er avril 1946, l'Unité est redésignée régiment antichar et prend le nom de "46th Anti-Tank Regiment, The Three Rivers Regiment".

Le 19 juin 1947, l'Unité trifluvienne reprend son titre d'unité blindée d'avant-guerre sous le nom de "24th Canadian Armoured Regiment, The Three Rivers Regiment".

Le 4 février 1949, le Régiment adopte son appellation française "Le Régiment de Trois-Rivières, 24th Canadian Armoured Regiment".

Le 19 mai 1958, son nom est de nouveau modifié en celui de "Le Régiment de Trois-Rivières, RCAC".

À la suite de l'unification de toutes les Forces armées canadiennes, on forme le 6 mai 1968 un nouveau régiment de la Force régulière apparenté au Régiment de Trois-Rivières: le 12e Régiment blindé du Canada. Ce nouveau régiment adopte les coutumes et traditions du 12th Canadian Armour Regiment (TRR) et perpétue les honneurs de bataille du 12th CAR et donc du 178e Bataillon canadien-français.

Guerre d'Afghanistan (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Le 12e RBC fournit un escadron de reconnaissance, l'Escadron A, au groupement tactique du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment pour la dixième rotation de l'opération Athéna en Afghanistan à partir de novembre 2010[7]. Cet escadron inclut plusieurs réservistes de différentes unités[7]. Aussi, l'escadron C, comprenant des véhicule de type Leopard 2 a été déployé entre novembre 2010 et juin 2011. Il s'agit du premier escadron de char du régiment, déployé outre-mer depuis la 2e guerre mondiale.

Honneurs et records[modifier | modifier le code]

À ce jour, le régiment détient plusieurs records inégalés des forces armées canadiennes, soit pour la plus longue période au combat (65 jours consécutifs), pour le moins de pertes de vie de la Seconde Guerre mondiale, pour le plus d'honneurs au combat (débarquement en Sicile, Italie, Hollande), et pour avoir été commandé par le plus jeune colonel, le colonel Fernand Ludger Caron (1918-1997) qui avait alors 24 ans.

Symboles et traditions[modifier | modifier le code]

Couleurs[modifier | modifier le code]

Les trois couleurs régimentaires du 12e RBC sont dans l'ordre de préséance l'azur, le vieil or et le marron. Ces trois couleurs sont utilisées pour l'insigne et le drapeau régimentaires. En fait le drapeau est composé de trois bandes horizontales de chacune des couleurs en suivant l'ordre de préséance de haut en bas en plus de l'insigne régimentaire en son centre[6]. Les membres du régiment portent les armoiries de la ville de Trois-Rivières comme insigne de col depuis le 8 mai 1968[6].

Régiments affiliés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Escadrons à Valcartier sur le site du 12e Régiment blindé du Canada, page consultée le 18 mars 2011
  2. Anciens commandants à Valcartier sur le site du 12e Régiment blindé du Canada, page consultée le 16 décembre 2011
  3. Le 12e RBC(M) de Trois-Rivières sur le site du 12e Régiment blindé du Canada, page consultée le 18 mars 2011
  4. Anciens commandants à Trois-Rivières sur le site du 12e Régiment blindé du Canada, page consultée le 16 décembre 2011
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Historique sur le site du 12e Régiment blindé du Canada, page consultée le 18 mars 2011
  6. a, b et c Daniel Robert M.A., Les couleurs régimentaires et le drapeau de camp du 12e RBC, Musée militaire de Trois-Rivières (Le musée du 12e Régiment blindé du Canada), document consulté en ligne le 12 avril 2011
  7. a et b Caporal Denis Séguin, Des réservistes se déploient avec l'Escadron de reconnaissance, Journal Servir, volume 17, numéro 15, 23 février 2011, p. 23, document consulté en ligne le 28 février 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Gravel, Histoire du Régiment de Trois-Rivières, 1871-1978, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public,‎ 1981, 153 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]