Années 660 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -664)
Aller à : navigation, rechercher

VIIIe siècle av. J.-C. | VIIe siècle av. J.-C. | VIe siècle av. J.-C.

../.. | Années 680 av. J.-C. | Années 670 av. J.-C. | Années 660 av. J.-C. | Années 650 av. J.-C. | Années 640 av. J.-C. | ../..

Événements[modifier | modifier le code]

Sous le règne d’Assurbanipal, l’empire assyrien est à son apogée : il domine du golfe Arabo-Persique au lac de Van et à l’Euphrate supérieur, du rebord du plateau iranien à l’Égypte. C’est le plus grand empire jamais conquis par la force des armes.
L'empereur Jimmu représenté par Tsukioka Yoshitoshi (1839-1892).
  • 669 av. J.-C. :
  • 668-627 av. J.-C. : Règne d’Assurbanipal sur l’Assyrie[1]. Désigné comme prince héritier dès 672 av. J.-C., il est à la fois cruel et dévot, fastueux et raffiné, cultivé et amateur des lettres. Il vit le plus souvent dans son palais de Ninive où il rassemble une bibliothèque exceptionnelle.
  • 668-648 av. J.-C. : Règne de Shamash-shumukin, roi assyrien de Babylone[1].
  • 668 (?)-653 av. J.-C. : Règne de Tept-Humban-Inshushinak (Teumman), roi d’Élam[1]. Il s’empare du trône et oblige tous les princes de la famille d’Urtaki à fuir en Assyrie.
  • 668 av. J.-C. : La statue de Marduk revient d’Assur à Babylone[1].
  • 667-632 av. J.-C. : Hégémonie de Qi en Chine. Le royaume de Qi se fait confirmer son rôle de chef de la confédération des cités de l’Est et de gardien des traditions par un serment d’alliance, et il parvient à protéger les principautés de la Grande plaine contre les entreprises du royaume de Chu.
  • 667 av. J.-C. :
  • 666 av. J.-C. : Assurbanipal réprime une rébellion des rois de Basse-Égypte puis leur pardonne et met Néchao sur le trône de Saïs et de Memphis[1]. Taharka, vaincu, doit se replier à Napata.
  • 665 av. J.-C. : Destruction d’Albe la Longue par Tullus Hostilius à la suite d’une révolte. Déportation de ses habitants à Rome[4].
  • 663 av. J.-C. :
    • Les Assyriens font volte-face en Égypte et détruisent Thèbes mettant fin à la XXVe dynastie. Les habitants de la ville sont réduits en esclavage. Le pontife de Thèbes, Montouemhêt, réorganise la province, mais la ville perd son rôle de centre politique. Deux ans plus tard, le pharaon Tanoutamon réoccupe la Thébaïde mais en est définitivement chassé par Psammétique Ier cinq ans après[6]. Il se réfugie au sud à Napata (au Soudan en aval de la quatrième cataracte) où il règne jusque vers 655 av. J.-C.. Ses descendants règnent sur Napata jusqu'à la conquête romaine et au sac de la ville en 22 av. J.-C..
    • Après la prise de Thèbes, Assurbanipal fait venir d’Égypte deux obélisques pour décorer Ninive[1].
    • Syracuse fonde Acrae[7] à une trentaine de kilomètres à l'intérieur du pays afin de renforcer son contrôle de l'espace agricole du sud-est de la Sicile.
    • À Locres, activité de Zaleucus, premier législateur grec selon la tradition[8].
  • 662 av. J.-C. : Assurbanipal achève le siège de Tyr dont le roi Ba’al s’était révolté[1]. La prise de Tyr par les Assyriens grandit l’influence de Carthage en Méditerranée occidentale.
  • 11 février 660 : Début du règne du légendaire empereur du Japon Jimmu, un descendant selon la foi shintô de la déesse du soleil Amaterasu, selon la datation traditionnelle du Japon. Selon la mythologie nationale, la terre japonaise est l’œuvre des dieux, plus exactement d’un couple de divinités, Izanagi et Izanami, chargé de stabiliser le chaos originel. Leur fille, Amaterasu o-mikami, déesse du soleil, serait l’ancêtre du clan impérial, notamment de l’empereur Jimmu, premier souverain mythique — de la longue lignée des empereurs japonais.
  • 660 av. J.-C. : L'Assyrien Assurbanipal inflige une défaite importante au royaume manéen dans la région du lac d'Urmiah[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil,‎ 1995 (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  2. Émile Lefranc, Histoire romaine : depuis la fondation de Rome jusqu'a la chute de l'empire d'Occident, Jacques Lecoffre et cie,‎ 1849 (présentation en ligne)
  3. Bulletin de la Société de géographie, vol. 10, Paris, Arthus-Bertrand,‎ 1828 (présentation en ligne)
  4. Daniel Paret, A. Legoüez, Encyclopédie classique, Paris, Firmin Didot,‎ 1853 (présentation en ligne)
  5. Françoise Ruzé, Le monde grec antique, Hachette Éducation Technique,‎ 2011 (ISBN 9782011818348, présentation en ligne)
  6. Jean Jolly, Histoire du continent africain : de la préhistoire à 1600, vol. 1, Éditions L'Harmattan,‎ 1996 (ISBN 9782738446886, présentation en ligne)
  7. Michael Gagarin, The Oxford Encyclopedia of Ancient Greece and Rome, vol. 1, Oxford University Press,‎ 2010 (ISBN 9780195170726, présentation en ligne)
  8. Histoire de l'Academie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 14, Paris, Imprimerie Royale,‎ 1743 (présentation en ligne)
  9. Daniel Arnaud, Assurbanipal : Roi d'Assyrie, Fayard,‎ 2007 (ISBN 9782213639185, présentation en ligne)