(What's the Story) Morning Glory?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

(What's the Story) Morning Glory?

Album de Oasis
Sortie 2 octobre 1995
Enregistré mai-juin 1995
Studios Rockfield, Monmouth
Durée 50:05
Genre Britpop
Producteur Owen Morris, Noel Gallagher
Label Creation Records

Albums de Oasis

Singles

  1. Some Might Say
    Sortie : 30 avril 1995
  2. Roll with It
    Sortie : 14 août 1995
  3. Morning Glory
    Sortie : 15 septembre 1995
  4. Wonderwall
    Sortie : 30 octobre 1995
  5. Don't Look Back in Anger
    Sortie : 19 février 1996
  6. Champagne Supernova
    Sortie : 13 mai 1996

(What's the Story) Morning Glory? est le deuxième album du groupe de rock britannique Oasis, sorti le 2 octobre 1995 chez Creation Records. L'enregistrement de l'album est interrompu par une violente bagarre entre les frères Gallagher et se fait donc en deux temps. Il contient les premiers tubes d'Oasis, Some Might Say, Champagne Supernova, Don't Look Back in Anger, et bien sûr Wonderwall qui connaît un très grand succès. Le son du groupe se fait moins brut que celui de Definitely Maybe avec des arrangements plus variés.

Il sort au plus fort de la rivalité du groupe avec Blur et occupe à sa sortie la première place des classements musicaux au Royaume-Uni et dans plusieurs autres pays. Il est désormais le plus grand succès commercial du groupe avec plus de 22 millions d'albums vendus à travers le monde. Il reçoit plusieurs récompenses, dont le Brit Award du meilleur album britannique en 1996, et est suivi par une tournée ayant engendré quelques-uns des plus grands concerts de la carrière du groupe, notamment celui de Knebworth, renforçant ainsi l'« Oasismania » qui marque le sommet de leur popularité en 1995 et 1996. Accueilli tout d'abord de façon mitigée par la critique, il est par la suite considéré comme l'album phare de la britpop et figure dans plusieurs listes des meilleurs albums de tous les temps.

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Souhaitant surfer sur la vague du succès de Definitely Maybe, leur premier album sorti en 1994, Oasis retourne en studio d'enregistrement en mai 1995. Le batteur Tony McCarroll est renvoyé le mois précédent et est remplacé par Alan White[1]. Accompagné par le producteur Owen Morris, le groupe réserve les studios Rockfield, situés à Monmouth dans la campagne galloise, pour six semaines[2].

Les premières séances d'enregistrement sont très productives, Roll with It étant même enregistrée en une seule prise[3], mais la tension monte entre Noel et Liam Gallagher lorsque le premier annonce son intention d'assurer le chant sur Wonderwall, écrit pour sa petite amie, et Don't Look Back in Anger. Finalement, Noel se montre satisfait de la version de Wonderwall chantée par son frère mais ce dernier éprouve par contre des problèmes à monter dans les aigus sur Champagne Supernova, ce qui ravive la tension. Alors que Noel enregistre le chant de Don't Look Back in Anger, Liam fait irruption dans le studio avec un groupe de personnes rencontrées dans un pub local. Cette interruption de la session exaspère Noel et les deux frères se battent sauvagement, Noel finissant par frapper son frère avec une batte de cricket et lui cassant le bras. L’enregistrement est par conséquent suspendu après une semaine de sessions[4],[2].

Les deux frères échangent des excuses et l'enregistrement reprend trois semaines plus tard. Il est bouclé en deux semaines et Owen Morris décrit cette deuxième session comme la « moins stressante et la plus joyeusement créative » qu'il ait connu dans toute sa carrière de producteur[5]. Paul Weller rejoint le groupe pour assurer la guitare solo et les chœurs de Champagne Supernova et jouer de l'harmonica sur les deux morceaux instrumentaux[6]. La dernière chanson, Cast No Shadow, est écrite par Noel Gallagher dans le train qui le ramène au pays de Galles et évoque ses difficultés à exprimer des sentiments profonds[2]. À la fin de l'enregistrement, Owen Morris déclare que l'album va tout balayer sur son passage et que ce sera le Never Mind the Bollocks de la décennie[7].

Le mixage et le matriçage de l'album se déroulent à Londres. La technique de matriçage utilisée, avec une très forte compression, a conduit certains journalistes à prétendre qu'elle était responsable d'avoir déclenché la course au volume[8]. Andy Bennet et John Stratton notent dans leur livre sur la britpop que cette technique a pour résultat des chansons particulièrement bruyantes, la voix de Liam Gallagher étant mise au premier plan à un tel point qu'elle est plus proche d'un son live que d'un enregistrement traditionnel[9].

Composition[modifier | modifier le code]

Le style musical de l'album diffère sensiblement de Definitely Maybe, les compositions étant plus axées sur les ballades et mettant l'accent sur des refrains percutants qui restent dans la tête, alors que l'instrumentation et les arrangements plus variés contrastent avec le son brut du premier album. Le single Whatever, enregistré entre les deux albums avec l'Orchestre symphonique de Londres, sert de modèle pour définir le son plus doux de la plupart des chansons de (What's the Story) Morning Glory?[10]. Pour Noel Gallagher, Definitely Maybe évoque le fait de rêver d'être une star de la musique alors que (What's the Story) Morning Glory? évoque celui d'être réellement une star de la musique[11]. Dans un documentaire sur BBC Two, l'ancien rédacteur en chef du New Musical Express affirme que Noel Gallagher commence avec cet album à assumer sérieusement le fait d'être la voix de toute une génération[10]. Le timbre de voix et l'accent mancunien de Liam Gallagher contribue à l'efficacité des mélodies et des paroles et son « sens de la sentimentalité » dans Wonderwall augure du « découragement de sa génération »[9].

L'album est parsemé d'emprunts et de références musicales. Ainsi, Hello est fortement influencée par Hello, Hello, I'm Back Again de Gary Glitter qui est d'ailleurs cocrédité comme auteur ; She's Electric s'inspire de While My Guitar Gently Weeps des Beatles et du thème musical de l'émission pour enfants des années 1970 You and Me ; et Morning Glory de The One I Love de R.E.M.. La chanson Step Out présente une telle ressemblance avec Uptight (Everything's Alright) de Stevie Wonder qu'elle est retirée de l'album au dernier moment devant la menace de poursuites judiciaires[12].

Titre et pochette[modifier | modifier le code]

Le titre de l'album est tiré des paroles du single Morning Glory. L'expression Morning Glory signifie en français l'érection matinale[13].

La pochette est une photographie où l'on voit un homme de dos qui marche dans une rue et croise un autre homme, dont le visage est flou. L'homme de dos est le directeur artistique Brian Cannon, qui a conçu la pochette, alors que celui qui arrive en face est Sean Rowley, un DJ londonien. Sur la gauche, entre le second réverbère et l'épaule de Sean Rowley, un homme se tient de profil en se masquant le visage avec un objet. Il s'agit du producteur de l'album Owen Morris tenant le master de ce dernier dans sa main. La photo a été prise à 5h du matin pour de meilleures conditions de lumière (les réverbères sont allumés) sur Berwick Street (en venant d'Oxford Street) dans le quartier de Soho à Londres, célèbre pour ses disquaires indépendants[14],[15].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

La sortie de l'album est précédée par celle de deux singles au Royaume-Uni. Le premier, Some Might Say, sort six mois avant l'album et se classe à la première place de l'UK Singles Chart. La sortie du second, Roll with It, donne lieu à un évènement resté dans les annales de la musique : le groupe Blur, apprenant la date de sortie de ce single, décide de retarder celle du sien, Country House, d'une semaine pour que les deux chansons sortent en même temps et ainsi les confronter. C'est le point de départ de la fameuse Battle of Britpop, très largement médiatisée par les journaux et la télévision et supposée symboliser la lutte entre la classe moyenne du sud du pays et la classe ouvrière du nord. Finalement Country House se classe première des charts britanniques et Roll with It deuxième, avec des ventes respectives de 274 000 et 216 000 exemplaires, l'ensemble des ventes de singles cette semaine-là ayant augmenté de 41 pour cent[16]. Un mois plus tard, lors d'une interview, Noel Gallagher est interrogé au sujet de la rivalité d'Oasis avec Blur et lance au sujet de Damon Albarn et d'Alex James : « j'espère qu'ils choperont le SIDA et qu'ils crèveront parce que je les déteste tous les deux ». Cette phrase provoque une forte controverse et Noel écrit une lettre d'excuses[17].

(What's the Story) Morning Glory? sort finalement le 2 octobre 1995 et entre directement à la première place du classement de ventes d'albums britannique. Il reste dans les trois premières places pendant sept mois. À la suite du succès international de Wonderwall, l'album connaît également le succès à l'étranger, se classant premier en Australie, au Canada, en Espagne, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, en Suède et en Suisse ainsi que dans le Top 10 de tous les autres principaux classements internationaux. L'album se vend à plus de quatre millions d'exemplaires aux États-Unis, soit presque autant qu'au Royaume-Uni[18]. Il est le troisième album britannique le plus vendu de tous les temps, avec plus de 4,4 millions d'exemplaires, derrière Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles et le Greatest Hits de Queen[19].

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classements[modifier | modifier le code]

Meilleures positions de (What's the Story) Morning Glory? dans les classements musicaux
Classement musical Meilleure
position
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control AG)[20] 3
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[21] 1
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[22] 3
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop)[23] 7
Drapeau de la Belgique Belgique (Wallonie Ultratop)[24] 3
Drapeau du Canada Canada (Canadian Albums Chart)[25] 1
Drapeau du Danemark Danemark (Tracklisten)[26] 3
Drapeau de l'Espagne Espagne (Productores de Música de España)[27] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard 200)[28] 4
Drapeau de la Finlande Finlande (Suomen virallinen lista)[29] 8
Drapeau de la France France (SNEP)[30] 8
Drapeau de l'Irlande Irlande (Irish Recorded Music Association)[31] 1
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[32] 5
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[29] 5
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[33] 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Mega Album Top 100)[34] 4
Drapeau du Portugal Portugal (Associação Fonográfica Portuguesa)[35] 6
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Albums Chart)[36] 1
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[29] 1
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[37] 1

Certifications[modifier | modifier le code]

Certifications de (What's the Story) Morning Glory?
Pays Ventes Certifications
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 250 000 + Disque d'or Or[38]
Drapeau de l’Argentine Argentine 30 000 + Disque d'or Or[39]
Drapeau de l'Australie Australie 420 000 + Disque de platine 6 × Platine[40]
Drapeau de l'Autriche Autriche 10 000 + Disque d'or Or[41]
Drapeau du Canada Canada 800 000 + Disque de platine 8 × Platine[42]
Drapeau de l'Espagne Espagne 200 000 + Disque de platine 2 × Platine[43]
Drapeau des États-Unis États-Unis 4 000 000 + Disque de platine 4 × Platine[44]
Drapeau de la Finlande Finlande 27 000 + Disque d'or Or[45]
Drapeau de la France France 300 000 + Disque de platine Platine[46]
Drapeau de l'Italie Italie 100 000 + Disque de platine Platine[47]
Drapeau du Japon Japon 200 000 + Disque de platine Platine[48]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 4 200 000 + Disque de platine 14 × Platine[49]
Drapeau de la Suisse Suisse 25 000 + Disque d'or Or[50]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'album a été accueilli à sa sortie de manière mitigée par la critique. Ainsi, David Stubbs, du Melody Maker, évoque un album « occasionnellement sublime mais trop souvent laborieux et paresseux »[51], alors qu'Andy Gill, de The Independent, estime qu'il faut attendre la fin de l'album pour avoir des œuvres vraiment brillantes comme Morning Glory et Champagne Supernova[52]. David Cavanagh, du magazine Q, estime quant à lui que les paroles des chansons « n'ont aucune signification et aucune portée »[53].

Parmi les critiques positives, Jon Wiederhorn, de Rolling Stone, affirme que l'album est un « courageux bond en avant qui révèle un important développement à la fois musical et personnel, sans parler d'une plus grande connaissance du catalogue des Beatles » et que le groupe « plutôt que de cacher ses influences, s'épanouit dans celles-ci de façon irrévérencieuse jusqu'au point d'en jeter quelques-unes au visage des critiques »[54]. Mike Flaherty, d'Entertainment Weekly, met en avant la « profondeur bienvenue » des ballades Cast No Shadow et Don't Look Back in Anger, le « culot irrésistible » de She's Electric et « le coda élégant » qu'est Champagne Supernova, et estime que seul « le contagieux Roll with It » est gâché par des « paroles insipides »[55]. Robert Christgau estime que c'est un album « plaisant » à « l'esthétique prépondérante » et met particulièrement en avant Roll with It et She's Electric[56].

Par la suite, les critiques se font quasi-unanimement très favorables. Pour Stephen Erlewine, d'Allmusic, Noel Gallagher « se livre à quelques emprunts » et n'est pas un grand innovateur mais il est « sans égal pour concevoir des mélodies pop rock » alors que le groupe atteint « une majesté sonore qui rend des ballades comme Wonderwall ou des morceaux plus rock comme Some Might Say positivement transcendants » et que le chant de Liam Gallagher est devenu « plus fin et nuancé »[57]. Pricilia Decoene, de Music Story, évoque un album qui « marque une nette évolution musicale du quintette », « apparaît tout de suite plus abouti » que le premier album du groupe et fait « entrer Oasis dans la légende »[58]. John Harrsi, dans son livre sur la britpop, estime que les critiques négatives de l'époque sont passées à côté des forces universelles de l'album et que la nature « ordinaire » de nombre de chansons de l'album « s'est révélée faire partie intégrante de son charme extrêmement démagogique »[53].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Lors des Brit Awards 1996, Oasis remporte les prix du meilleur album britannique, du meilleur groupe britannique et de la meilleure vidéo britannique pour le single Wonderwall, qui est aussi nommé, avec Roll with It, dans la catégorie de la chanson de l'année, prix remporté par Back for Good de Take That[59].

Tournée[modifier | modifier le code]

Affiche promotionnelle pour les concerts de Knebworth es 10 et 11 août 1996.

Le groupe entame le 22 juin 1995 à Bath une série de 103 concerts, principalement en Europe et en Amérique du Nord avec également quelques dates au Japon, qui s'achève le 4 décembre 1996 à Rochester. La tournée est interrompue plusieurs fois et plusieurs concerts sont annulés en raison des querelles régulières entre les frères Gallagher.

En septembre 1995, le bassiste Paul McGuigan quitte le groupe après s'être fait insulter par Liam Gallagher. Il est remplacé par Scott McLeod mais celui-ci n'arrive pas à s'adapter au mode de vie frénétique du groupe et le quitte à son tour pendant une tournée américaine. Le groupe joue quelques concerts à quatre avant que McGuigan ne soit convaincu de réintégrer la formation début novembre[60].

Les 10 et 11 août 1996, le groupe joue deux concerts à Knebworth devant 250 000 spectateurs sur les deux soirs, un record d'audience pour un concert sur le sol britannique[61]. Le 23 août, juste avant un MTV Unplugged au Royal Festival Hall, Liam prétexte des douleurs à la gorge pour y renoncer et Noel doit prendre sa place au chant. Liam assiste au concert depuis les balcons, fumant et buvant, et interpelle bruyamment son frère entre deux chansons[62]. Quatre jours après, Liam décide de ne pas participer à la tournée américaine du groupe avant de finalement la rejoindre le 30 août. Mais après de nouveaux incidents avec son frère, Noel quitte la tournée. Toutes les dates prévues en Australie et en Nouvelle-Zélande sont annulées et des rumeurs circulent sur une possible dissolution du groupe avant que les deux frères ne se réconcilient[63].

Le DVD …There and Then, sorti le 19 novembre 1996, est constitué de chansons interprétées lors des concerts au Earls Court Exhibition Centre de Londres les 4 et 5 novembre 1995 et au Maine Road de Manchester le 28 avril 1996.

Postérité[modifier | modifier le code]

(What's the Story) Morning Glory? a remporté des éloges et des prix longtemps après sa sortie, et il est largement considéré comme l'un des albums majeurs des années 1990[13]. Oasis devient avec lui l'un des groupes britanniques les plus connus de tous les temps et les médias établissent souvent des comparaisons avec les Beatles alors que les frères Gallagher font régulièrement la une des tabloïds pendant deux ans[64]. Analysant le phénomène de la britpop déclenché en grande partie par l'album, John Harris affirme que ce dernier, et Wonderwall en particulier, a redéfini les règles de la musique britannique, car « la ballade aérienne devient un passage obligé et l'ère des blousons en cuir du rock'n'roll est désormais révolue »[65]. Pour Gilles Verlant, « il n'y a strictement rien de révolutionnaire dans les chansons de Noel Gallagher, qui recyclent des plans piqués aux Beatles, aux Kinks, aux Jam et aux Stones, mais le savoir-faire se mue en réel talent quand il s'agit de transcender ses sources pour créer une musique universellement acceptée »[13].

En automne 1997, dans un grand classement nommé Music Of The Millenium Poll organisé par HMV et Channel 4, l'album a été nommé 5e meilleur album de tous les temps[66]. En 2006, il a été nommé 39e du top 100 des meilleurs albums de tous les temps par un vote en Australie nommé My Favourite Album et réunissant près de 5 millions de personnes[67]. En 2010, il remporte aux Brit Awards le prix du meilleur album britannique des trente dernières années, trophée que Liam Gallagher jette dans le public après l'avoir reçu[68].

En 2003, l'album a été classé 376e de la liste des 500 plus grands albums de tous les temps du magazine Rolling Stone et, en 2012, lors de la réactualisation du classement, il apparaît à la 378e place [69]. Dans un classement similaire établi par le New Musical Express en 2013, il figure à la 67e place[70]. Spin Magazine l'a classé à la 21e place dans sa liste des 125 meilleurs albums des 25 dernières années en avril 2010[71].

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par Noel Gallagher, sauf mention contraire. L'édition vinyle comporte en plus la chanson Bonehead's Bank Holiday intercalée entre The Swamp Song (version 1) et Some Might Say.

Édition d'origine[modifier | modifier le code]

No Titre Durée
1. Hello (Noel Gallagher, Gary Glitter, Mike Leander) 3:21
2. Roll with It 3:59
3. Wonderwall 4:18
4. Don't Look Back in Anger 4:48
5. Hey Now! 5:41
6. The Swamp Song (version 1) 0:44
7. Some Might Say 5:29
8. Cast No Shadow 4:51
9. She's Electric 3:40
10. Morning Glory 5:03
11. The Swamp Song (version 2) 0:39
12. Champagne Supernova 7:27

Réédition de 2014[modifier | modifier le code]

Crédits[modifier | modifier le code]

Interprètes[modifier | modifier le code]

Oasis
Musiciens additionnels

Équipe de production et artistique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) £550,000 for sacked Oasis drummer, BBC,‎ 3 mars 1999 (consulté le 16 décembre 2013)
  2. a, b et c (en) Ouvrage collectif, The Mojo Collection: 4th Edition, Canongate Books,‎ 2007 (ISBN 184767643X), p. 622
  3. Philippe Manœuvre, La Discothèque rock idéale, Albin Michel,‎ 2005 (ISBN 2-226-15209-1), p. 201
  4. Harris 2004, p. 226-227
  5. (en) « Owen Morris on producing Morning Glory », sur oasis-recordinginfo.co.uk (consulté le 16 décembre 2013)
  6. (en) John Reed, Paul Weller: My Ever Changing Moods, Music Sales Group,‎ 2005 (ISBN 1844494918), p. 238
  7. Harris 2004, p. 227
  8. (en) « Loudness War », sur tvtropes.org (consulté le 16 décembre 2013)
  9. a et b (en) Andy Bennet et John Stratton, Britpop and the English Music Tradition, Ashgate,‎ 2010 (ISBN 1409409325), p. 148-149
  10. a et b Émission documentaire Seven Ages of Rock, partie 7, What the World Is Waiting For, diffusée le 30 juin 2007 sur BBC Two
  11. (en) Steven Hyden, « 1997: The ballad of Oasis and Radiohead », The A.V. Club,‎ 25 janvier 2011 (consulté le 16 décembre 2013)
  12. Harris 2004, p. 253-254
  13. a, b et c Gilles Verlant et Thomas Caussé, La Discothèque parfaite de l'odyssée du rock, Presses de la Cité,‎ 2009 (ISBN 2-2580-8007-X), p. 270
  14. (en) « Oasis (What’s The Story) Morning Glory? Album Cover Photo Location », sur feelnumb.com,‎ 12 octobre 2009 (consulté le 16 décembre 2013)
  15. (en) « Google's got it covered: Rock 'n' roll history is just a click or two away as Street View captures the locations of iconic album photos », Daily Mail,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 16 décembre 2013)
  16. Harris 2004, p. 229-235
  17. Harris 2004, p. 250
  18. Harris 2004, p. 261
  19. (en) « Top 40 Best Selling Albums 28 July 1956–14 June 2009 », BPI (consulté le 16 décembre 2013)
  20. (de) Charts.de – Oasis – (What's the Story) Morning Glory?. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH.
  21. (en) Australian-charts.com – Oasis – (What's the Story) Morning Glory?. ARIA Top 50 album. Hung Medien.
  22. (de) Austriancharts.at – Oasis – (What's the Story) Morning Glory?. Ö3 Austria Top 40. Hung Medien.
  23. (nl) Ultratop.be – Oasis – (What's the Story) Morning Glory?. Ultratop 200 albums. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch.
  24. Ultratop.be – Oasis – (What's the Story) Morning Glory?. Ultratop 200 albums. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch.
  25. (en) « Top Albums/CDs - Volume 62, No. 25, February 05 1996 », sur collectionscanada.gc.ca (consulté le 13 mai 2013)
  26. (en) « Hits of the World - Denmark », Billboard,‎ 27 avril 1996, p. 61 (lire en ligne)
  27. (en) « Hits of the World - Spain », Billboard,‎ 23 mars 1996, p. 48 (lire en ligne)
  28. (en) « Oasis awards », Allmusic (consulté le 13 mai 2013)
  29. a, b et c « Oasis - (What's the Story) Morning Glory? », sur lescharts.com (consulté le 13 mai 2013)
  30. « Détail des albums - Oasis », sur infodisc.fr (consulté le 13 mai 2013)
  31. (en) « Hits of the World - Ireland », Billboard,‎ 18 novembre 1995, p. 63 (lire en ligne)
  32. (en) « Hits of the World - Italy », Billboard,‎ 18 mai 1996, p. 44 (lire en ligne)
  33. (en) Charts.org.nz – Oasis – (What's the Story) Morning Glory?. RIANZ. Hung Medien.
  34. (nl) Dutchcharts.nl – Oasis – (What's the Story) Morning Glory?. Mega Album Top 100. Hung Medien.
  35. (en) « Hits of the World - Portugal », Billboard,‎ 8 juin 1996, p. 84 (lire en ligne)
  36. (en) « Oasis Albums », sur officialcharts.com (consulté le 13 mai 2013)
  37. (en) Swisscharts.com – Oasis – (What's the Story) Morning Glory?. Schweizer Hitparade. Hung Medien.
  38. (de) « Gold-/Platin-Datenbank - Oasis », sur musikindustrie.de (consulté le 13 mai 2013)
  39. (es) « Disco de oro y platino », sur capif.org.ar (consulté le 13 mai 2013)
  40. (en) « ARIA Charts - Accreditations - 1999 Albums », ARIA (consulté le 13 mai 2013)
  41. (de) « Gold & Platin - Oasis », sur ifpi.at (consulté le 13 mai 2013)
  42. (en) « Gold Platinum Database - Oasis », sur musiccanada.com (consulté le 13 mai 2013)
  43. (es) Fernando Salaverri, Sólo éxitos: año a año : 1959-2002, Iberautor Promociones Culturales,‎ 2005 (ISBN 8480486392), p. 942
  44. (en) « Searchable Database - Oasis - (What's the Story) Morning Glory? », RIAA (consulté le 13 mai 2013)
  45. (fi) « Tilastot - Oasis », sur ifpi.fi (consulté le 13 mai 2013)
  46. « Certifications Albums Platine - année 1996 », Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 13 mai 2013)
  47. (it) « Oasis: Cari tenori, cantate con noi », La Repubblica (consulté le 13 mai 2013)
  48. (ja) « The Record October 1997 », sur riaj.or.jp (consulté le 17 décembre 2013)
  49. (en) « Certified Awards Search - Oasis », BPI (consulté le 13 mai 2013)
  50. (en) « Awards Database - Oasis », sur swisscharts.com (consulté le 13 mai 2013)
  51. (en) David Stubbs, « Tale Ending? », Melody Maker,‎ 30 septembre 1995 (consulté le 16 décembre 2013)
  52. (en) Andy Gill, « (What's the Story) Morning Glory? Review », The Independent,‎ 29 septembre 1995 (consulté le 16 décembre 2013)
  53. a et b Harris 2004, p. 254
  54. (en) Jon Wiederhorn, « (What's the Story) Morning Glory? Review », Rolling Stone,‎ 19 octobre 1995 (consulté le 16 décembre 2013)
  55. (en) Mike Flaherty, « (What's the Story) Morning Glory? Review », Entertainment Weekly,‎ 6 octobre 1995 (consulté le 16 décembre 2013)
  56. (en) Robert Christgau, Christgau's Consumer Guide: Albums of the '90s, Macmillan Publishers,‎ 2000 (ISBN 0312245602), p. 231
  57. (en) Stephen Erlewine, « (What's the Story) Morning Glory? Review », Allmusic (consulté le 16 décembre 2013)
  58. (en) Pricilia Decoene, « Chronique de (What's the Story) Morning Glory? », Music Story (consulté le 16 décembre 2013)
  59. (en) « Brit Awards 1996 », sur brits.co.uk (consulté le 16 décembre 2013)
  60. Harris 2004, p. 255
  61. Harris 2004, p. 298-299
  62. (en) John Haydon, « The List: Liam Gallagher’s worst moments », The Washington Times,‎ 17 septembre 2012 (consulté le 16 décembre 2013)
  63. Harris 2004, p. 310-313
  64. Harris 2004, p. 230 et 327
  65. (en) John Harris, « Remember the first time », The Guardian,‎ 12 août 2005 (consulté le 16 décembre 2013)
  66. (en) « Album of the Millenium », sur rocklistmusic.co.uk (consulté le 16 décembre 2013)
  67. (en) « My Favourite Album », sur abc.net.au (consulté le 16 décembre 2013)
  68. (en) « Lady Gaga wins Brit Awards triple », sur news.bbc.co.uk,‎ 16 février 2010 (consulté le 16 décembre 2013)
  69. (en) « 500 Greatest Albums of All Time », Rolling Stone (consulté le 16 décembre 2013)
  70. (en) « 500 Greatest Albums Of All Time », New Musical Express (consulté le 16 décembre 2013)
  71. (en) « 125 Best Albums of the Past 25 Years », Spin Magazine (consulté le 16 décembre 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Harris, Britpop!: Cool Britannia and the Spectacular Demise of English Rock, Da Capo Press,‎ 2004 (ISBN 0-306-81367-X)