(9) Métis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Métis (homonymie).

(9) Métis
(9) Metis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Orbite de (9) Métis

Caractéristiques orbitales
Époque 14 juillet 2004 (JJ 2453200,5)
Demi-grand axe (a) 357,052×106 km
(2,387 ua)
Aphélie (Q) 400,548×106 km
(2,678 ua)
Périhélie (q) 313,556×106 km
(2,096 ua)
Excentricité (e) 0,122
Période de révolution (Prév) 1 346,815 j
(3,69 a)
Vitesse orbitale moyenne 19,21 km/s
Inclinaison (i) 5,576°
Nœud ascendant (Ω) 68,982°
Argument du périhélie (ω) 5,489°
Anomalie moyenne (M0) 274,183°
Catégorie Astéroïde de la ceinture principale
Caractéristiques physiques
Dimensions 235×165 km
Masse (m) 4,6×1018 kg
Masse volumique (ρ) ? 2000 kg/m3
Gravité équatoriale à la surface (g) 0,036 m/s2
Vitesse de libération 0,081 km/s
Période de rotation (Prot) 0,2116 j
Classification spectrale S
Magnitude absolue (M) 6,28
Albédo (A) 0,160
Température (T) ~177 K
Découverte
Découvreur Andrew Graham
Date 25 avril 1848
Nommé d'après Métis (Océanide)
Désignation 1974 QU2

(9) Métis (désignation internationale (9) Metis) est un des gros astéroïdes de la ceinture principale. Elle semble composée de silicates, de nickel et de fer.

Elle fut découverte par Andrew Graham le 25 avril 1848 ; ce fut sa seule découverte. C'est également le seul astéroïde découvert depuis le sol irlandais. Elle prend son nom de Métis, une Titanesse, fille de Téthys et d'Océan (et donc une Océanide), qui fut la première femme de Zeus et la mère d'Athéna. Zeus la dévora pour qu'elle ne puisse mettre au monde un enfant plus puissant que lui.

Les premiers astéroïdes découverts possèdent un symbole astronomique et celui de Métis est Symbole de Métis.

La courbe de luminosité de Métis laissa croire qu'elle pourrait avoir une lune. Les observations subséquentes, cependant, ne permirent pas de confirmer cette hypothèse[1],[2]

Métis fut observée par le télescope spatial Hubble en 1993. Il fut capable de résoudre la forme irrégulière de l'astéroïde, mais aucune lune ne fut détectée[3]

Métis a occulté des étoiles au moins cinq fois.

Métis est également le nom d'un satellite de Jupiter.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wang Sichao, Wu Yuezhen, Bao Mengxian, Deng Liwu, Wu Sufang, A possible satellite of 9 Metis, Icarus 46, 285–287 (1981)
  2. Other reports of asteroid/TNO companions
  3. Alex Storrs, Ben Weiss, Ben Zellner, Win Burleson, Rukmini Sichitiu, Eddie Wells, Charles Kowal, David Tholen, Imaging Observations of Asteroids with Hubble Space Telescope, Icarus 137, 260–268 (1999)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]