(84922) 2003 VS2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

(84922) 2003 VS2

Description de cette image, également commentée ci-après

2003 VS2, d'une magnitude apparente de 19,8, observé par un télescope optique de 24 pouces (600 mm).

Caractéristiques orbitales
Époque 27 août 2011 (JJ 2455800.5)
Demi-grand axe (a) 5,93×109 km
(39,641 ua)
Aphélie (Q) 6,41×109 km
(42,854 ua)
Périhélie (q) 5,45×109 km
(36,427 ua)
Excentricité (e) 0,081
Période de révolution (Prév) 89 870,237 j
(246,05 a)
Vitesse orbitale moyenne 4,75 km/s
Inclinaison (i) 14,8°
Nœud ascendant (Ω) 302,7°
Argument du périhélie (ω) 112,4°
Anomalie moyenne (M0) 3,987°
Catégorie Plutino[1],[2]
Caractéristiques physiques
Dimensions 520 km[3]
Magnitude absolue (M) 4,1
Découverte
Découvreur NEAT[4]
Date 14 novembre 2003[5],[1]
Désignation 2003 VS2

(84922) 2003 VS2 est un objet transneptunien découvert par le programme Near Earth Asteroid Tracking. Tout comme Pluton, il est en résonance orbitale 2:3 avec Neptune ce qui fait de lui un plutino. Le professeur Michael E. Brown considère qu'il pourrait probablement être une planète naine[6]. Toutefois Brown croit que VS2 est beaucoup plus gros qu'on le suppose. Et l'analyse des courbes de lumière remet en question le fait qu'il soit véritablement en équilibre hydrostatique[7].

Orbite[modifier | modifier le code]

Orbites contemporaines de l'objet trans-neptuniens 2003 VS2

L'orbite de 2003 VS2 possède un demi-grand axe de 39,641 ua et une période orbitale d'environ 250 ans. Son périhélie l'amène à 36,427 ua du Soleil et son aphélie l'en éloigne jusqu'à 42,854 ua. Tout comme Pluton, c'est un objet en résonance 2:3 avec Neptune, toutefois son orbite est beaucoup moins excentrique que celle de Pluton. Son inclinaison orbitale est également légèrement inférieure. L'amplitude de la courbe de lumière de 2003 VS2 est importante, de l'ordre de 0,21 ± 0,01. On peut déduire de ces valeurs une période de rotation de 7,41 ± 0,02 heures[8].


Caractéristiques[modifier | modifier le code]

2003 VS2 à une surface légèrement rougeâtre avec des index de couleur : B-V=0.93, V-R=0.59[9]. Son albédo géométrique est d'environ 15 %[3]. Des observations du télescope spatial Spitzer[10] ont permis d'estimer son diamètre à environ 725 km± 200 km. Toutefois en 2012, à la suite d'observations à partir du télescope spatial Herschel[3], cette estimation a été réduite à approximativement 520 km, ce dernier résultat semblant plus fiable. Si on lui attribue une densité similaire à celle de Pluton -soit 2 g/cm3-, on obtient une masse approximative de 1.5×1020 kg.

Couleurs des Objets Trans Neptuniens plus Phoebé, Pholus, Triton et Mars. Mars et Triton ne sont pas à l'échelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Marc W. Buie, « Orbit Fit and Astrometric record for 84922 », SwRI (Space Science Department),‎ 5 février 2008 (consulté le 23 juillet 2008)
  2. « MPEC 2006-X45 : Distant Minor Planets », Minor Planet Center & Tamkin Foundation Computer Network,‎ 21 décembre 2006 (consulté le 23 juillet 2008)
  3. a, b et c DOI:10.1051/0004-6361/201118562
  4. Brian G. Marsden, « MPEC 2003-W02 : 2003 VS2 », IAU Minor Planet Center, Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics,‎ 16 novembre 2003 (consulté le 6 janvier 2010)
  5. « JPL Small-Body Database Browser: 84922 (2003 VS2) »,‎ 5 février 2008 last obs (consulté le 23 juillet 2008)
  6. (en) Michael E. Brown, « How many dwarf planets are there in the outer solar system? (updates daily) », California Institute of Technology (consulté le 25 août 2011)
  7. (en) Gonzalo Tancredi, « Physical and dynamical characteristics of icy "dwarf planets" (plutoids) », Proceedings of the International Astronomical Union Symposium S263, vol. 5,‎ 2009, p. 173–185 (DOI 10.1017/S1743921310001717, Bibcode 2010IAUS..263..173T) (Dwarf Planet & Plutoid Headquarters)
  8. (en) Scott S. Sheppard, « Light Curves of Dwarf Plutonian Planets and other Large Kuiper Belt Objects: Their Rotations, Phase Functions, and Absolute Magnitudes », The Astronomical Journal, vol. 134, no 2,‎ 2006, p. 787–798 (DOI 10.1086/519072, Bibcode 2007AJ....134..787S, arXiv 0704.1636)
  9. (en) Stephen C. Tegler, « Kuiper Belt Object Magnitudes and Surface Colors »,‎ 1 février 2007 (consulté le 30 décembre 2009)
  10. (en) John Stansberry, Will Grundy, Mike Brown, Dale Cruikshank, John Spencer, David Trilling, Jean-Luc Margot, « Physical Properties of Kuiper Belt and Centaur Objects: Constraints from Spitzer Space Telescope », dans M. Antonietta Barucci, Hermann Boehnhardt, Dale P. Cruikshank, The Solar System Beyond Neptune, University of Arizona press,‎ 2008, 161–179 p. (ISBN 0-8165-2755-5, arXiv astro-ph/0702538, lire en ligne [PDF])

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]