(137924) 2000 BD19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

(137924) 2000 BD19

Caractéristiques orbitales
Époque
(JJ 2451600.5)
Demi-grand axe (a) 131,109×106 km
(0,876 ua)
Aphélie (Q) 248,470×106 km
(1,661 ua)
Périhélie (q) 13,749×106 km
(0,092 ua)
Excentricité (e) 0,895
Période de révolution (Prév) 299,681 j
(0,82 a)
Vitesse orbitale moyenne 23,85 km/s
Inclinaison (i) 25,639°
Nœud ascendant (Ω) 333,878°
Argument du périhélie (ω) 324,184°
Anomalie moyenne (M0) 202,259°
Catégorie Aten,
herméocroiseur,
cythérocroiseur,
géocroiseur,
aréocroiseur
Caractéristiques physiques
Dimensions ~ 1,6 km
Masse volumique (ρ) 2 000 ? kg/m3
Magnitude absolue (M) 16,74
Albédo (A) 0,1 ?
Température (T) ~ 297 à 920 K
Découverte
Découvreur LINEAR
Date
Nommé d'après (désignation provisoire)
Désignation 2000 BD19

(137924) 2000 BD19 est un astéroïde herméocroiseur, cythérocroiseur, géocroiseur Aten et aréocroiseur découvert par LINEAR le peu après avoir été localisé par DANEOPS dans les archives photographiques de 1997 de l'observatoire du Mont Palomar. Ceci conduisit à une détermination d'orbite précise et permit de le retrouver le 27 février 2001 et le 21 janvier 2002.

2000 BD19 a le plus petit périhélie connu (en 2006) à 0,092 ua, soit 30 % de celui de Mercure. Avec sa forte excentricité (0,895) et son inclinaison de 25,6 °, tout semble indiquer qu'il s'agit d'une comète inactive ou éteinte, bien qu'il n'ait jamais encore été observé manifestant une activité cométaire. On estime que sa température de surface atteint 920 K au périhélie, suffisante pour fondre le plomb ou le zinc et presque l'aluminium.

Du fait de son passage très près du Soleil, il est considéré comme un excellent candidat pour la mesure des effets de la relativité générale d'Albert Einstein qui devrait provoquer le déplacement de son périhélie de 27 secondes d'arc par siècle[1].

Lors de sa découverte, il détrôna 1995 CR de son statut d'astéroïde ayant le plus faible périhélie et d'astéroïde Aten ayant la plus forte excentricité. Il est un des quelques Aten aréocroiseurs et le troisième Aten de plus grande aphélie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Observations du déplacement du périhélie des astéroïdes pour tester la relativité générale », Jean-Luc Margot, Cornell University (consulté en 27/12/2006)

Liens externes[modifier | modifier le code]