ʿAbd al-Latîf al-Baghdâdî

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Baghdadi.
Abdul al-Latif al-Baghdadi
Égyptologue
Naissance 1162
Bagdad
Décès 1231 (à 68 ans)
Bagdad
Autres activités médecin, historien

Muwaffak al-Din Abu Muhammad ben Yusuf ʿAbd al-Latîf al-Baghdâdî (1162 - 1231), également connu sous le nom d'al-Baghdadi[1], né et mort à Bagdad, en Irak actuel, est un célèbre médecin, historien et égyptologue arabe. Son amour des voyages l'a amené lors de ses vieux jours à se rendre dans différentes parties de l'Arménie et de l'Asie Mineure. C'est à la suite d'un pèlerinage à la Mecque qu'il est mort à Bagdad.

Il a enseigné, durant un certain nombre d'années, la philosophie et la médecine au Caire et à Damas, et ensuite, pour une période plus courte, à Alep.

Parmi les nombreuses œuvres (pour la plupart sur la médecine), que attribue Ibn-Abu-Osaiba dans son History of physicians, une seule, Account of Egypt (en deux parties), semble nous être connue. Ce travail a été l'un des premiers ouvrages égyptologiques. Il contient une description d'une famine, qui a eu lieu lors d'un de ses séjours en Égypte, provoquée par la crue du Nil. Al-Baghdadi écrit que, « lors de la famine en Égypte en 1200, il a eu l'occasion d'observer et d'examiner un grand nombre de squelettes ». Ce fut l'un des premiers exemples d'une autopsie post mortem, grâce à laquelle il a découvert que l'affirmation du médecin grec Claude Galien était erronée en ce qui concerne la formation de l'os de la mâchoire inférieure et du sacrum.

Il a également écrit des descriptions détaillées sur les monuments égyptiens antiques. En 1203, il impute la destruction de la bibliothèque d'Alexandrie au calife Omar qui aurait donné en 642 l'ordre de la détruire à son chef militaire 'Amr Ibn al-'As[réf. nécessaire].

Le manuscrit en arabe a été découvert en 1665 par Edward Pococke, l'orientaliste, qui l'a ensuite publié dans les années 1680. Son fils, Edward Pococke le Jeune, l'a traduit en latin, mais il a seulement été en mesure d'en publier moins de la moitié. Thomas Hunt a tenté de publier la traduction complète en 1746, mais sa tentative a échoué. La traduction latine complète de la traduction de Pococke a été publiée par le professeur Joseph White de l'université d'Oxford, Abdollatiphi historiæ Ægypti compendium, en 1800. Les travaux ont été ensuite traduits en français, avec des notes précieuses, par Silvestre de Sacy, Relation de l'Égypte, en 1810.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Al-Baghdadi ou seulement Baghdadi est un surnom qui, en arabe, signifie de Bagdad. Il est habituellement ajouté à la suite du nom.

Sources[modifier | modifier le code]

Cet article reprend du texte de l'Encyclopædia Britannica (onzième édition, 1911), publication désormais dans le domaine public.