Żagań

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sagan et Zagan.
Żagań
Blason de Żagań
Héraldique
Drapeau de Żagań
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Lubusz
Maire Sławomir Kowal
Code postal 68-100 à 68-103
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 68
Immatriculation FZG
Démographie
Population 26 503 hab. (2008)
Densité 664 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 37′ 00″ N 15° 19′ 00″ E / 51.616667, 15.31666751° 37′ 00″ Nord 15° 19′ 00″ Est / 51.616667, 15.316667  
Superficie 3 992 ha = 39,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Żagań

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Żagań
Liens
Site web http://umzagan.nazwa.pl/um

Żagań [ˈʒagaɲ][1], connue également sous son nom allemand de Sagan, est une ville de Pologne d’environ 26 700 habitants dans la voïvodie de Lubusz, dont la partie sud (y compris Żagań) appartient historiquement à la Basse-Silésie. De 1975 à 1999 elle appartenait à la voïvodie de Zielona Góra. Elle se trouve sur la rivière Bober approximativement à mi-chemin entre Cottbus et Wrocław. On remarque le château construit vers 1670 en style baroque. La ville comporte de grandes places pour l’exercice des troupes et des casernes avec le commandement de la 11e division de chars de l’armée polonaise, nommée division roi Jan III Sobieski.

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est en 1202 que pour la première fois Sagan est mentionnée dans un document. Dès 1285, elle reçoit les droits de Magdebourg. La ville est longtemps le siège d’une principauté silésienne. À partir de 1252 elle est rattachée au duché de Glogau/Głogów (pl), elle est de 1413 à 1472 le siège d’une principauté autonome appartenant à la maison des Piast.

En 1284, un chapitre de chanoines augustins est fondé. Grand centre culturel de la région à la fin du Moyen Âge, la ville est également un centre économique basé sur le tissage, la brasserie et l’industrie du fer.

En 1476 le prince Piast Jean II le Fou (Jan II Szalony (pl)) vendit la principauté et la ville aux Wettin. Sous le règne du duc Henri le Pieux (1539-1541), la Réforme se diffuse sans obstacle. En 1549 l’électeur Maurice céda Żagań au roi de Bohême Ferdinand Ier de Habsbourg (frère de Charles Quint). En 1627 Albrecht von Wallenstein entre en possession de la ville. À son invitation l’astronome et mathématicien Johannes Kepler y travaille de 1628 à 1630. En 1646, c’est Wenzel Eusebius, prince de Lobkowicz, qui en fait l’acquisition, il fait reconstruire par la suite le château d’après les plans de l’architecte italien Antonio della Porta.

En 1786 le fief de Sagan fut acquis par Peter von Biron (Pierre von Biron), duc de Courlande, et en 1843, passa à sa fille Dorothée (1793-1862), devenue successivement en 1809 comtesse Edmond de Périgord - un neveu de Talleyrand - en 1817 duchesse de Dino, et en 1848 duchesse de Talleyrand, dont le célèbre diplomate fit probablement sa jeune maitresse, voire en eut une fille, Pauline ; elle y vécut ses dernières années, soutenue par Adolphe Fourier de Bacourt. Un brevet du roi de Prusse du 6 janvier 1845 l'avait titrée duchesse de Sagan [Qui ?], et Napoléon III reconnut le titre en France en faveur de son fils Louis.

C'est ainsi qu'en France il y a un prince et un duc de Sagan. Le double titre, prussien et français, servit à assurer au duc de Sagan une position neutre au cours de la Deuxième Guerre mondiale : son Château de Valençay put devenir un asile sûr pour les trésors du Louvre pendant l'occupation allemande.

C'est à Sagan que, pendant cette guerre, se trouvaient le Stalag Luft III et le Stalag VIII C de triste mémoire où 10 000 prisonniers de guerre en transit étaient détenus. Le 24 mars 1944, 76 prisonniers alliés tentèrent de s'échapper par un tunnel de 110 m de long et de 9 m de profondeur, mais les fuyards furent rattrapés presque tous à la sortie de tunnel. Seuls trois hommes parvinrent à s’enfuir.Cet épisode de l'histoire du Stalag de Sagan a été immortalisé par le film de John Sturges : La grande évasion.

En février 1945 les troupes soviétiques occupèrent Sagan après des combats acharnés. La ville fut placée sous administration polonaise. Les deux années suivantes virent l’expulsion des habitants et leur remplacement par des Polonais qui venaient à la fois des Kresy ainsi que d'autres régions de Pologne.

Le déblayage des ruines commença en 1947, suivi par la mise en service d’usines et d’entreprises artisanales ainsi que par l'ouverture d’écoles. Dans les années 1970 fut créé un nouveau quartier et, en 1983, on acheva le travail de reconstruction du palais résidentiel[2]..

En 1996 Żagań était parmi les sept premières villes de Pologne qui avaient mis en œuvre le programme gouvernemental de sauvetage des villes historiques.

La communauté juive de Sagan[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres en relation avec la Ville[modifier | modifier le code]

  • Franz Liszt - Compositeur hongrois, a deux fois visité Żagań/Sagan.
  • Stendhal - Écrivain français, était à Żagań/Sagan comme agent de l'armée de Napoléon pour le ravitaillement.
  • Johannes Kepler - Astronome, a passé les 2 dernières années de sa vie à Żagań/Sagan.
  • Dorothée de Courlande - Dorothée, princesse de Courlande, puis duchesse de Talleyrand (1838) et duchesse de Sagan (1845).
  • Božena Němcová - Écrivain tchèque.

Photos[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Żagań est le nom polonais fixé après la Guerre. Le nom polonais traditionnel était Żegań. cf. Site de la municipalité
  2. Site Internet de la ville