Œuvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une œuvre (du latin opera = « travail ») est l'objet physique ou virtuel résultant d'un travail anthropique, c'est-à-dire réalisé par l'homme, ou plus généralement d'interactions naturelles. Plus prosaïquement, c'est aussi un synonyme d'ouvrage, c'est-à-dire le travail et son résultat, produit par l'ouvrier, par extension, celui de l'artisan ou de l'artiste.

On peut ainsi distinguer:

  • l'œuvre, synonyme d'ouvrage;
  • les œuvres de l'esprit : conçues par un être vivant doué d'intelligence, elles sont la manifestation tangible d'une pensée, même infime par la réalisation d'un objet, d'une action fonctionnelle ou non. En particulier, un chef-d'œuvre était anciennement la preuve de l'excellence que devait présenter le compagnon pour être promu à la maîtrise dans sa corporation;
  • les œuvres caritatives;
  • les œuvres de la nature : objets casuels résultant uniquement de l'interaction de forces de la nature.

Œuvre, synonyme d'ouvrage[modifier | modifier le code]

Article connexe : ouvrage.
Corps de bâtiment classique :
  1. dans œuvre en façade
  2. engagé
  3. demi hors œuvre
  4. hors œuvre
  5. en encoignure
Corps de bâtiments.gif

Fin XVIIIe siècle, Œuvre désigne le travail d'un artisan; il est synonyme avec ouvrage - Ce mot a différentes significations dans l'art de bâtir. On dit hors-œuvre lorsqu'on prend les mesures de quelque partie de dehors en dehors, comme d'un pavillon. Dans-œuvre, lorsqu'on prend les mesures de quelque partie eu dedans, comme d'une chambre; Sous-œuvre - Se dit d'un bâtiment qu'on soutient par des chevalements et dont on reconstruit les fondements; c'est le reprendre en sous-œuvre - On dit mettre en œuvre, c'est employer quelque matière, lui donner une forme, et la mettre en place; Gros œuvre - Ensemble des ouvrages de l'édifice qui concourent à la reprise des efforts subis en permanence par la construction; Second œuvre ou œuvre léger - ce qui n'est pas du gros œuvre[1].

Ouvrage d'art et œuvre d'art
Alfred Stieglitz, photographie[2] de la Fountain de Marcel Duchamp, 1917.
Articles détaillés : Ouvrage d'art et Œuvre d'art.

On le voit, le XIXe siècle n'établit pas de distinction véritable entre ouvrage et œuvre. L' ouvrage renseigne éventuellement sur l'objet final, et œuvre (sur la mise en œuvre), sur la manière d'y parvenir, son exécution (Distinction que l'on retrouve en construction dans les termes maître d’œuvre, qui désigne les parties chargées de la réalisation, les entreprises et le maître d’ouvrage qui désigne le propriétaire de l'ouvrage). Il en est de même pour les termes ouvrage d'art et œuvre d'art. On emploie l'un ou l'autre de manière indifférente, pour désigner une réalisation artisanale ou artistique.

Les réalisations de l'ingénieur, (L'avènement de la machine comme instrument de production, va nécessité une étude approfondie des procédés de fabrication. L'ingénieur est une réponse de l'industrie aux nouveaux défis lancés par la révolution industrielle [3]) sont désignées couramment par le terme ouvrage d'art. La distinction entre ouvrage d'art et œuvre d'art tend donc à se renforcer et peut devenir l'objet de débats qui engagent notamment les critiques d'art:

Ainsi pour un critique d'art au XIXe siècle, le terme ouvrage d'art pourra correspondre à une sorte de syntagme figé renvoyant à une catégorie bien prévisible issus du génie civil. L'œuvre d'art engage à plus que sa matérialité mise au service de sa fonctionnalité immédiate. Un ouvrage d'art est envisagée comme œuvre d'art lorsqu'elle participe à l'activité critique habituellement dévolue à l'œuvre d'art[4]. L'ouvrage d'art a une utilité que n'a pas l'œuvre d'art.

La démarche d'un Marcel Duchamp est symptomatique des questionnement sur l'art au XXe siècle. Duchamp est l'un des premier à qualifier « œuvre d'art » n'importe quel objet[5], en accolant son nom à celui-ci. L'attitude du ready-made consiste, initialement, à simplement choisir un objet manufacturé et le désigner comme œuvre d'art. Initiée par Duchamp, cette démarche a donné naissance à une grande partie des pratiques artistiques actuelles, qu'elles s'en réclament ou s'en défendent[6].

Œuvres de l'esprit[modifier | modifier le code]

Œuvre d'art[modifier | modifier le code]

Exemple d'œuvre d'art : demi-coupole du mihrab de la Grande Mosquée de Kairouan, ornée d'arabesques végétales peintes en jaune doré sur fond bleu nuit, IXe siècle.

Quand une œuvre sert la création d'un art elle devient un moyen de communiquer en se rapprochant de valeurs esthétiques, car l’œuvre d'art possède un statut autotélique, c’est-à-dire qu’elle n’existe que par elle-même. Dans cette échelle de valeurs, l'esthétique ne s'entend que comme une philosophie de l'art, une réflexion sur les procédés techniques élaborés par l'homme, et sur les conditions sociales qui font tenir pour artistique un certain type d'action.

Chef-d'œuvre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chef-d'œuvre.

Un chef-d'œuvre est une œuvre accomplie en son genre.

Grand œuvre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand œuvre.

Le grand œuvre est, en alchimie, la réalisation de la pierre philosophale, de la pierre philosophale en poudre, dite « poudre de projection », ou de l'élixir philosophal, teinture active aux mêmes propriétés que la pierre. Cette pierre ou cet agent est susceptible de transmuter les métaux, de guérison infaillible (panacée), et d'apporter l'immortalité[7].

Par extension, le grand œuvre d'un écrivain, d'un penseur ou d'un artiste est son œuvre principale.

Œuvres caritatives[modifier | modifier le code]

Une œuvre est dans ce cas de l'ordre de l'action, menée par :

  • une Église ou une congrégation, en faveur des plus faibles ;
  • une entité laïque, ou liées à un engagement de personnes croyantes mais laïques. Cette catégorie d'œuvres relève souvent du bénévolat ou de la philanthropie.

En France, l'uniopss[8], est une union nationale qui regroupe la plupart de ces œuvres laïques ou cléricales pour les accompagner dans leur dialogue avec l'État en matière d'action sanitaire et sociale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.M. Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment, Carilian, 1814 (Maçonnerie)
  2. Image publiée dans The Blind Man, 2, New York, mai 1917, p. 4. Voir une reproduction d'un tirage au gélatino-bromure d’argent original ici.
  3. L'avènement de la machine comme instrument de production, va nécessité une étude approfondie des procédés de fabrication. En réponse à cette exigence, l'industrie va donner naissance à un nouveau type d'intellectuel: l'ingénieur; « c'est à lui que seront dévolues la recherche et l'innovation technologique. Spécialiste en science appliquée, l'ingénieur est aussi un cadre technique qui organise le processus de production. Les ingénieurs s'inscrivent dans la division moderne du travail ». Dans René Vittone. Bâtir : Manuel de construction. Presses polytechniques et universitaire romandes. 2010.
  4. Dominique Rouillard. Mobilité et esthétique: Deux dimensions des infrastructures territoriales. Editions L'Harmattan, 2000
  5. http://www.visuelimage.com/verso/verso_56/bonnes_feuilles/livre_05.htm
  6. Source: article ready-made
  7. (fr) Le grand œuvre alchimique
  8. L'Uniopss (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux) est une association loi 1901 reconnue d'utilité publique. http://www.uniopss.asso.fr/section/unio_unio_cont_html_qusn_hist.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]