Œuf de Fabergé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec l'entreprise de parfumerie Fabergé.
L'Œuf des muguets de la Madone réalisé par Fabergé en 1899 pour Nicolas II.

Les œufs de Fabergé sont des objets précieux créés par le joailler Pierre-Karl Fabergé. Les œufs les plus célèbres produits par la Maison de Fabergé ont été créés pour Alexandre III et Nicolas II de Russie, qui les offraient à leurs épouses respectives, Maria Fedorovna et Alexandra Fedorovna[1], pour la fête de Pâques. Sur les 50 réalisés, 43 existent encore. Deux autres œufs ont été prévus mais non livrés, les œufs Constellation et Bouleau de Carélie pour 1918.

Sept gros œufs ont été faits pour la famille Kelch de Moscou.

Les œufs sont faits de métaux précieux ou de pierres dures décorées avec des combinaisons d'émail et de pierres précieuses. Le terme « œuf de Fabergé » est devenu un synonyme de luxe et les œufs sont considérés comme des chefs-d'œuvre de l'art du joaillier. Les œufs de Pâques Pierre-Karl Fabergé impériaux sont considérés comme la dernière grande série de commissions pour objets d'art.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire commença lorsque le tsar Alexandre III décida d'offrir à sa femme l'Impératrice Maria Fedorovna un œuf de Pâques en 1885, peut-être pour célébrer le vingtième anniversaire de leurs fiançailles. On pense que l'inspiration du Tsar pour la pièce fut un œuf possédé par la tante de l'Impératrice, la princesse Wilhelmine Marie de Danemark, qui avait captivé l'imagination de Maria dans son enfance. Connu sous le nom d'œuf à la poule, il est en or. Sa coquille blanche opaque émaillée s'ouvre pour révéler sa première surprise, un jaune d'or jaune mat. Cela s'ouvre pour révéler une poule, de couleur or, qui s'ouvre également. Il contient une réplique de diamants minute de la Couronne Impériale à partir duquel un petit pendentif rubis a été suspendu. Malheureusement, ces deux dernières surprises ont été perdues[2].

L'impératrice Marie était tellement enchantée par cet œuf qu'Alexandre III nomma Fabergé « orfèvre par nomination spéciale à la couronne impériale ». Un autre œuf fut commandé l'année suivante. Peter Carl Fabergé, qui a dirigé la Chambre, avait apparemment une totale liberté pour l'avenir des oeufs Impériaux de Pâques. Leurs dessins et modèles deviennent plus complexes. Selon la tradition familiale Fabergé, pas même le tsar ne savait quelle forme ils allaient prendre : la seule obligation était que chacun devait contenir une surprise. À la mort de Alexandre III le 1er novembre 1894, son fils offrit un œuf de Fabergé à la fois à son épouse, l'impératrice Alexandra Fedorovna et à sa mère, l'impératrice douairière Maria Fedorovna.

En raison de la guerre russo-japonaise, aucun œuf ne fut réalisé en 1904 et 1905.

Une fois un dessin ou modèle initial approuvé par Peter Carl Fabergé, le travail était réalisé par toute une équipe d'artisans, parmi lesquels Michael Perkhin, Henrik Wigström et Erik August Kollin.

Outre les œufs impériaux d'autres œufs de Fabergé furent commandés par quelques clients privés, tels que la duchesse de Marlborough, les Rothschild et le Prince Youssoupov. Parmi eux se trouve une série de sept œufs réalisés pour l'industriel Alexander Kelch.

Carl Fabergé est issu d'une famille française picarde exilée en Allemagne puis en Russie suite à la Révocation de l'Edit de Nantes. La famille, chassée par la révolution de 1917, se réfugia en Suisse. Carl décéda à Lausanne. En 2007, le nom Fabergé a été racheté avec l’accord de l'arrière-petite-fille de Pierre-Karl, Tatiana. L'artiste joaillier français Frédéric Zaavy préside aux nouvelles créations, en veillant à préserver l’esprit du fondateur[3]. En 2010, s’est ouverte la première boutique Fabergé depuis 1915, à Genève, pour une présentation de cent créations de haute joaillerie.

Les Œufs de Fabergé « impériaux »[modifier | modifier le code]

Œufs offerts par le tsar Alexandre III à sa femme, l'impératrice Maria Fedorovna[modifier | modifier le code]

Année Nom de l’Œuf Description Propriétaire
1885 Œuf à la poule Premier œuf créé par Fabergé Collection Viktor Vekselberg, Russie
1886 Œuf à la poule dans un panier disparu
1887 Œuf en émail bleu à nervures Retrouvé en 2014 aux États-Unis alors qu'on avait perdu sa trace en 1964. Alors acheté par le joailler Wartski pour un collectionneur anonyme[4],[5] Collection privée
1888 Ange avec un œuf dans un chariot disparu
1889 Œuf aux perles Dit aussi Œuf Nécessaire. disparu
1890 Œuf aux palais danois Matilda Geddings Gray Foundation, États-Unis
1891 Œuf au Pamyat Azova Palais des Armures, Moscou
1892 Œuf au treillis de diamants Collection privée, Angleterre
1893 Œuf du Caucase Matilda Geddings Gray Foundation, États-Unis
1894 Œuf Régence Dit aussi l'Œuf Renaissance. Dernier œuf offert par Alexandre III à sa femme. Collection Viktor Vekselberg

Œufs offerts par le tsar Nicolas II à sa mère, l'impératrice douairière Maria Fedorovna[modifier | modifier le code]

Année Nom de l’Œuf Description Propriétaire
1895 Œuf à la pendulette à serpent Albert II de Monaco, Monaco
1896 Œuf aux douze monogrammes Hillwood Museum, États-Unis
1897 Œuf Mauve disparu, sauf miniatures, Russie
1898 Œuf au pélican Virginia Museum of Fine Arts, États-Unis
1899 Œuf aux pensées Collection privée, États-Unis
1900 Œuf au coucou Russie
1901 Œuf du palais de Gatchina Walters Art Museum, États-Unis
1902 Œuf Empire Néphrite Néphrite disparu
1903 Œuf du jubilé danois disparu
1906 Œuf au cygne Fondation Edouard et Maurice Sandoz, Suisse
1907 Œuf au trophée d'amour Collection privée, États-Unis
1908 Œuf au paon Fondation Edouard et Maurice Sandoz, Suisse
1909 Œuf commémoratif d'Alexandre III disparu
1910 Œuf d'Alexandre III équestre Palais des Armures, Moscou
1911 Œuf à l'oranger Russie
1912 Œuf napoléonien Matilda Geddings Gray Foundation, États-Unis
1913 Œuf de l'hiver Collection privée, Qatar
1914 Œuf en grisaille Hillwood Museum, États-Unis
1915 Œuf de la Croix-Rouge aux portraits impériaux Virginia Museum of Fine Arts, États-Unis
1916 Œuf à la croix de Saint-Georges Russie
1917 L'Œuf en Bouleau Ne fut jamais présenté à Marie Fedorovna Moscou

Œufs offerts par le tsar Nicolas II à sa femme l'impératrice Alexandra Fedorovna[modifier | modifier le code]

Année Nom de l’Œuf Description Propriétaire
1895 Œuf à la rose Russie
1896 Œuf aux miniatures tournantes Virginia Museum of Fine Arts, États-Unis
1897 Œuf au carrosse du couronnement En 1982, il a été utilisé pour le film de la série des James Bond, Octopussy ainsi que dans le film Ocean's Twelve dont il est la convoitise. Russie
1898 Œuf au muguet Russie
1899 Œuf des muguets de la Madone Palais des Armures, Moscou
1900 Œuf au Transsibérien Réalisé par Michel Perkine. L'œuf est en argent, le sommet est recouvert d'émail vert. La carte du Transsibérien et sa date d'ouverture (1900) sont gravés dessus. Trois griffons le portent. À l'intérieur est logé un modèle en or du premier Transsibérien. Il est doté d'un moteur miniaturisé et d'une lanterne en rubis. La locomotive est en platine, les vitres des wagons en cristal. Palais des Armures, Moscou
1901 Œuf au Panier de fleurs sauvages Élisabeth II du Royaume-Uni, Angleterre
1902 Œuf aux trèfles Palais des Armures, Moscou
1903 Œuf de Pierre le Grand Virginia Museum of Fine Arts, États-Unis
1906 Œuf à la cathédrale Ouspensky Palais des Armures, Moscou
1907 Œuf au treillis de roses Walters Art Gallery, États-Unis
1908 Œuf au palais d'Alexandre Palais des Armures, Moscou
1909 L'Œuf au Standaart Palais des Armures, Moscou
1910 Œuf à la pendulette à colonnade Élisabeth II du Royaume-Uni, Angleterre
1911 Œuf du quinzième anniversaire Russie
1912 Œuf du tsarévitch Virginia Museum of Fine Arts, États-Unis
1913 Œuf du tricentenaire des Romanov Palais des Armures, Moscou
1914 Œuf en mosaïque Élisabeth II du Royaume-Uni, Angleterre
1915 Œuf de la Croix-Rouge au triptyque de la Résurrection Cleveland Museum of Art, États-Unis
1916 Œuf militaire en acier Palais des Armures, Moscou
1917 L'Œuf Blue du Constellation Tsarévitch Ne fut jamais présenté à Alexandra Fedorovna Fersman Mineralogical Museum, Moscou

Œufs pour la famille Kelch[modifier | modifier le code]

Année Nom de l'Œuf Description Propriétaire
1898 L'Œuf à la poule Collection Viktor Vekselberg
1899 L'Œuf aux douze panneaux Collection royale britannique
1900 L'Œuf à la pomme de pin Collection privée, U.S.A.
1901 L'Œuf aux fleurs de pommier Collection privée, U.S.A.
1902 L'Œuf rocaille Collection privée, U.S.A.
1903 L'Œuf bonbonnière Collection privée, U.S.A.
1904 L'Œuf de Chanteclair Collection Viktor Vekselberg

Autres œufs[modifier | modifier le code]

Année Nom de l'Œuf Description Propriétaire
1885-1891 L'Œuf au treillis de diamants Collection privée, Angleterre
1885-1889 L'Œuf Resurrection Collection Viktor Vekselberg
1902 L'Œuf de la duchesse de Mariborough Acquis en Russie par la duchesse, née Consuelo Vanderbilt Collection Viktor Vekselberg
1902 L'Œuf de Rothschild Musée National Russe
1899-1903 L'Œuf à la poule de la collection Quisling Localisation actuelle inconnue
1907 L'Œuf de la famille Youssoupoff Collection Maurice Sandoz, Musée de l'Horlogerie, Le Locle, Suisse
Vers 1914-1916 L'Œuf Snowflake Œuf réalisé pour Emanuel Nobel Collection privée, France

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marina Gorboff 1995, p. 100
  2. article sur le premier œuf de poule
  3. Le Figaro, « Fabergé, le joaillier aux oeufs d'or »,‎ 30 mai 2012
  4. Un œuf impérial Fabergé retrouvé sur un marché aux puces
  5. « Un œuf de Fabergé a été retrouvé sur un marché aux puces », RTS Info, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ 12 avril 2014 (lire en ligne [[vidéo]])
    « C'est un ferrailleur américain qui a découvert que l'objet qui traînait chez lui était une création du célèbre joaillier russe. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marina Gorboff, La Russie fantôme: l'émigration russe de 1920 à 1950, L'Age d'Homme,‎ 1995 (ISBN 9782825106143)
  • Michelin, Michelin Moscou, Saint-Petersbourg, Michelin,‎ 2009 (ISBN 9782067139169)