Œuf cosmique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'œuf cosmique ou œuf du monde est un concept symbolique utilisé pour expliquer, selon de nombreuses cultures et civilisations, l'apparition du monde.

Premier chapitre du Livre de la Genèse, écrit sur un œuf, musée d'Israël à Jérusalem.
L'Œuf orphique de Jacob Bryant, 1774.

Dans les textes sanskrits[modifier | modifier le code]

Des textes anciens en sanskrit évoquent un Cosmos en forme d'œuf. Le mot Sanskrit est Brahmanda (où Brahman signifie Cosmos et anda signifie Œuf). Certains Purana comme le Brahmanda Purana en parlent en détail.

Le Rig Veda (RV 10.121) utilise un nom similaire pour les sources de l'univers : Hiranyagarbha, qui signifie littéralement le « fœtus doré » ou l'« Utérus d'or ». Les Upanishads indiquent que le Hiranyagarbha flotta dans le vide pendant un certain temps puis se brisa en deux moitiés qui formèrent Dyaus Pitar (le Ciel) et Prithvi (la Terre). Ce récit existe dans presque toutes les cultures antiques.

Dans la mythologie chinoise[modifier | modifier le code]

Dans le mythe de Pangu, créé par les moines Taoistes des centaines d'années après Lao Tseu, au début l'univers est un œuf. Un dieu nommé Pangu, né dans cet œuf le brise en deux moitiés: la partie supérieure devient le Ciel et la moitié inférieure devient la Terre. Quand le Dieu grandit alors le Ciel et la Terre s'élargissent et se séparent encore plus. Finalement Pangu meurt et son corps devient les différentes parties de la terre[1],[2],[3].

Dans la mythologie égyptienne[modifier | modifier le code]

Selon le mythe de Ogdoade d'Hermopolis, la voie lactée a émergé des eaux sous la forme d'une colline de détritus, qui deviendra le dieu Hathor. Ra était dans un œuf déposé sur ce monticule par un oiseau céleste. Dans une version antérieure de ce mythe, l'oiseau est une oie. Plus tard après l'apparition du culte de Thoth, l'œuf est présenté comme étant un cadeau donné par Thoth et déposé par un ibis, l'oiseau auquel Thot était associé.

Dans la mythologie finnoise[modifier | modifier le code]

Dans la mythologie finnoise et dans le Kalevala[4],[5], le monde est créé à partir des fragments d'un œuf déposé, par un canard plongeur, sur les genoux de la déesse de l'air Ilmatar.

Dans la cosmologie moderne[modifier | modifier le code]

Durant les années 1930 à 1950, des scientifiques modernes ré-exploreront le concept dans une tentative de réconcilier l'Expansion de l'Univers observée par Edwin Hubble et prédite par Alexander Friedmann à partir des équations de la relativité générale de Einstein et partant de la notion d'un univers éternellement vieux. Les modèles cosmologiques actuels prenant pour hypothèse qu'il y a 13,7 milliards d'années la masse entière de l'univers était compressée en une singularité gravitationnelle, dite œuf cosmique[réf. nécessaire], qui s'est étendue vers son état actuel par le Big Bang.

En 1927, Georges Lemaitre propose l'idée selon laquelle le cosmos a pour origine l’atome primitif.

À la fin des années 1940, Ralph Alpher, chercheur en Cosmologie, propose le mot « ylem » pour nommer la substance primitive ayant existé entre le Big crunch de l'univers précédent et le Big bang de notre propre univers[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Mespoulet, « Pangu 盘古 dans la cosmologie chinoise »,‎ (consulté le 6 juillet 2012)
  2. « Pan Gu », Mythologica.fr (consulté le 6 juillet 2012)
  3. Marc Kalinowski, Mythe, cosmogénèse et théogonie dans la Chine ancienne, Persée,‎ année 1996 (lire en ligne), p. 41-60
  4. (fi) Elias Lönnrot, « La structure du Kalevala »,‎ 1849 (consulté le 6 juillet 2012)
  5. (fi) Le Kalevala en version complète, Projet Runeberg,‎ 1849 (lire en ligne)
  6. The Cosmos -- Voyage Through the Universe, New York, Time-Life Books,‎ 1988, p. 75

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]