Œsophagite à éosinophiles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Œsophagite à éosinophiles
Classification et ressources externes
Eosinophilic esophagitis - very high mag.jpg
Œsophagite à éosinophiles, coloration à l'hématoxyline et à l'éosine.
CIM-10 K20
CIM-9 530.13
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'œsophagite à éosinophiles est une maladie chronique digestive de découverte récente. Elle touche aussi bien les enfants que les adultes.

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Cette maladie est une infiltration massive et anormale de leucocytes éosinophiles et isolée de l'œsophage et du tube digestif haut, avec inflammation de l'œsophage. Contrairement aux autres organes du tube digestif, l'œsophage sain ne doit pas contenir de polynucléaires éosinophiles ; cette présence est donc pathologique et représente cette maladie. On pense que c'est une maladie de type allergique, même si cela n'est pas encore réellement prouvé et certain. Mais, il ne s'agit pas vraiment d'une allergie banale, mais plus d'une réponse immunitaire massive à des allergènes dits exogènes. Cette maladie est apparue vers la fin des années 1980, en particulier dans les pays industrialisés et développés. On remarque depuis cette apparition une croissance exponentielle de l'évolution du nombre de malades. Différentes études montrent que la maladie est en constante progression dans des continents tels que l'Europe, les États-Unis ou en Australie mais que l'œsophagite à éosinophiles ne semble pas avoir apparu dans les pays pauvres et sous-développés.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Terrain[modifier | modifier le code]

Elle est plus présente chez les hommes ; de plus, près de 60 % des malades, en général jeunes, souffrent déjà d'une diathèse atopique. Près de 75 % des patients sont des jeunes hommes.

Le terrain est celui de l'atopie. On constate en effet que pratiquement la moitié des patients malades souffre de pathologies telles que des rhinoconjonctivite allergique, de l'asthme ou encore des allergies alimentaires. De plus, on estime que 8 à 10 % des enfants avec reflux gastro-œsophagien présentent en fait une œsophagite à éosinophiles. La prévalence de cette maladie est d’environ 4,3 sur 10 000 enfants ; l’allergie alimentaire serait en fait la cause principale d’œsophagite à éosinophiles et cette maladie a une composante génétique : près de 35 % des parents d’enfants atteints d’œsophagite à éosinophiles présentent eux-mêmes les signes de cette maladie. De plus, des aliments comme le lait, les œufs, le blé ou encore le soja seraient des allergènes possibles responsables de la maladie.

Symptomatologie[modifier | modifier le code]

Les symptômes de cette maladie sont semblables à ceux d'un reflux gastro-œsophagien en complément d'une dysphagie.

Le principal symptôme est donc la dysphagie, en particulier lors de l'ingestion d'aliments solides. Les patients atteints évitent les viandes, le riz sec et boivent beaucoup entre chaque bouchée. Ils mangent lentement et mâchent le plus possible. Un patient sur cinq se plaint également de dyspepsie et parfois aussi de reflux.

Les enfants atteints présentent un ensemble de symptômes beaucoup plus développé : douleurs rétrosternales, douleurs abdominales, diarrhées, vomissements, et parfois même des retards de croissance.

Examen clinique et examens complémentaires[modifier | modifier le code]

À l'examen clinique, les anomalies sont extrêmement discrètes et l'endoscopie ne permet pas le diagnostic. Autrement, on peut parfois apercevoir des lésions blanchâtres sur la paroi interne de l'œsophage. Le diagnostic final peut tout de même être établi grâce au comptage des polynucléaires éosinophiles grâce à des biopsies œsophagiennes ; la biopsie est demandée si le médecin suspecte une œsophagite ou une maladie voisine ; lors de la biopsie, il faut qu'il y ait un taux de plus de 15 éosinophiles par champ de vision microscopique (x 40) pour conclure un diagnostic jusque-là supposé d'œsophagite à éosinophiles. Plusieurs biopsies peuvent se révéler nécessaires.

Traitement[modifier | modifier le code]

En fonction du patient et de la gravité, le traitement peut être fait par des IPP ou par des corticoïdes.

Éviction de l’allergène.

Maladies voisines[modifier | modifier le code]

D'autres maladies voisines existent, comme la gastro-entérite à éosinophiles et les entérocolites à éosinophiles (d’origine allergique).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]