Œnotrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Durant l'Antiquité, l'Œnotrie était la région d'Italie, peuplée par les Œnotres. Ce terme renvoie directement à une légende grecque : celle de l'arrivée de la première expédition de colons grecs à une époque très reculée. Cette période correspondrait à environ 17 générations avant le début de la guerre de Troie. L'expédition coloniale se serait composée d’Arcadiens qui auraient traversé la mer Ionienne sous la conduite des deux fils de Lycaon et de la nymphe Cyllène (naïade) : Peukêtios et Oenotros. Ils se seraient ensuite installés sur la côte tyrrhénienne et auraient chacun donné leur nom à une région de la péninsule : la Peucétie et l’Œnotrie.

L’Œnotrie était peuplée de différents peuples, tels les Chônes, les Morgèles, les Sicules et les Iapyges. L’ensemble de ces peuples habitant l’Œnotrie était désigné par le terme d’ « Œnotre » et renvoyait à un peuple organisé, disposant d’une constitution et d’institutions proches de celles des Grecs et parlant une langue proche de la langue osque. Le terme d’ « Œnotre » est d’ailleurs employé de manière générique pour désigner les peuples indigènes que les Grecs rencontrèrent lors de leur installation sur la côté ionienne même si en réalité il s’agissait de plusieurs ethnies.

Il est fait mention de l'Œnotrie dans un passage de la Périodos Gês de Pseudo-Scymnos[1], portant sur la description de la Grande Grèce. L'auteur y présente Italos, le Roi des Œnotres. Pausanias le Périégète fait également mention de l'histoire de la région, et Virgile a repris ses indications. Strabon, dans le livre VI de sa Géographie, tente de définir les limites exactes de la région.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Les Géographes grecs. Tome I, Introduction générale. Pseudo-Scymnos : circuit de la terre, éd. et trad. par Didier Marcotte, Paris, 2000 (CUF, 403) (ISBN 2-251-00487-4).


Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Karl Müller, éditeur du Geographi Graeci minores, contenant la Periodos iambique dite de Scymnos.