Ōoka Shunboku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Shunboku, Ōoka Shunboku, est né en 1680 dans la région du Kansai (Kyoto, Osaka) et mort en 1763. C'était un peintre actif à Osaka.

Biographie[modifier | modifier le code]

Faucon d'après Soga Chokuan (fin XVIe siècle - début XVIIe siècle) gravé en 1720
Carpes et carassins, d'après Yamada Dôan (? - 1571) gravé en 1720

Il a d'abord travaillé sur l'illustration et la mise sous forme de gravures des peintures de maîtres anciens, comme, par exemple, celles de l'école Kanō. Ces livres de peinture ont permis de mettre à la disposition d'un large public des reproductions d'œuvres dont l'accès était limité quelques initiés.

Il a réalisé un grand nombre de livres illustrés et d'albums contenant des reproductions de peintures entre la fin des années 1710 et le début de 1760.

L' Ehon tekagami réalisé en 1720 réunit des reproductions de peintures réalisés à partir de cahiers de modèles et non à partir des peintures originales. Il veut montrer la manière, le style caractéristique de chaque artiste.

Certains artistes cités par Shunboku dans ces livres de peinture a permis d'en conserver les noms et le souvenir de certaines de leurs œuvres.

En 1746, il a réalisé Minchô shiken livre illustré en couleurs inspiré, d'après le collectionneur d'art et mécène d'Osaka Kimura Kenkadô (1736-1802), par le livre Jieziyuan Huazhuan présentant les différents aspects des albums chinois et qui a été commencé à partir de 1659.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Wakan meihitsu ehon tekagami (Le miroir pour l'étude de la peinture d'après les grands maîtres du Japon et de la Chine), 1720
  • Gagô sengan (Présentation de l'art de peindre), 1740
  • Minchô shiken (La pierre à encre violette de la dynastie des Ming), 1746
  • Soga banran (Répertoire d'études peintes), 1761 et 1793

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ōoka Shunboku, Tachibana Morikuni, Esquisses au fil du pinceau, Éditions Philippe Picquier/INHA, Arles, 2007 (ISBN 978-2-87730-971-4)
  • Christophe Marquet, Le rôle des livres de peinture (Gafu) dans la transmission du savoir artistique au Japon de l'époque Edo, pp. 223-250, sous la direction de Flora Blanchon, La question de l'art en Asie orientale, Presses de l'Université Paris Sorbonne, Paris, 2008 (ISBN 978-2840505464)
  • Christophe Marquet, La réception au Japon des albums de peinture chinois (huapu) au XVIIe siècle, pp. 91-134, dossier édité sous la direction de Michela Bussotti et Jean-Pierre Drège, Chine-Europe: histoires de livres, Revue histoire et civilisation du livre, 2007, n°3, Villeurbanne (ISBN 978-2-600-01172-3)

Articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]