Þorgerðr Hölgabrúðr et Irpa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Þorgerðr Hölgabrúðr et Irpa sont des déesse des Ases dans la mythologie nordique, apparaissant dans la Jómsvíkinga saga, la Saga de Njáll le Brûlé, et Þorleifs þáttr jarlsskálds (no). Ce sont les seules mentions connues de Irpa, mais Þorgerðr (Thorgerd) apparaît aussi dans le livre de l'Edda de Snorri, Skáldskaparmál, dans la Saga des Féroïens, et la Harðar saga ok Hólmverja (en), et est mentionnée dans Ketils saga hœngs (en). Þorgerðr est particulièrement associée avec Håkon Sigurdsson, et, dans Jómsvíkinga saga et Þorleifs þáttr jarlsskálds, elle et Irpa sont décrites comme des sœurs. Les rôles des déesses dans ces sources, de même que les implications de leur nom, ont résulté en maints discours et théories académiques.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Þorgerðr Hölgabrúðr en vieux norrois signifie « Þorgerðr, la femme de Hölgi »[1]. Selon Skáldskaparmál chapitre 42, Hölgi (une éponymie de la province norvégienne la plus septentrionale, Hålogaland) est aussi le père de Þorgerðr[1]. Le prénom Þorgerðr est un nom composé du nom du dieu Þor (Thor) et de celui de la géante Gerðr (Gerd), ce dernier signifiant « enclôturé »[2].

Dans les sagas[modifier | modifier le code]

Jómsvíkinga Saga[modifier | modifier le code]

Irpa apparaît au chapitre 21 de la Jómsvíkinga saga, qui traite surtout de la bataille du détroit de Hjörung, vers la fin du Xe siècle, entre la flotte des Jomsvikings sous Sigvaldi Strut-Haraldsson et celle de Haakon Sigurdsson et Svein Håkonsson. Durant une accalmie des combats, Haakon réclame une discussion et dit que la bataille va contre lui et ses alliés. Haakon va alors à une île appelée Primsigned, au nord de la baie d'Hjórunga[3]. Sur l'île, Haakon s'agenouille et prie sa déesse protectrice, Þorgerðr Hǫlgabrúðr.

Saga de Njáll le Brûlé[modifier | modifier le code]

Dans la saga de Njáll le Brûlé, Þorgerðr et Irpa sont toutes deux mentionnées au chapitre 88.

Skáldskaparmál[modifier | modifier le code]

Þorgerðr est mentionnée dans le Skáldskaparmál.

Saga des Féroïens[modifier | modifier le code]

Dans la saga des Féroïens.

Harðar saga ok Hólmverja[modifier | modifier le code]

Au chapitre 19 de la Harðar saga ok Hólmverja.

Ketils saga hœngs[modifier | modifier le code]

Au chapitre 5 de la Ketils saga hœngs.

Þorleifs þáttr jarlsskálds[modifier | modifier le code]

Dans la Þorleifs þáttr jarlsskálds.

Théories[modifier | modifier le code]

Il existe nombre de théories au sujet de Þorgerðr et Irpa[4].

Déesse gardienne[modifier | modifier le code]

Þorgerðr et Freyja[modifier | modifier le code]

Irpa[modifier | modifier le code]

L'identité de Lagertha et Þorgerðr Hölgabrúð[modifier | modifier le code]

Lagertha, lithographie par Morris Meredith Williams (1913)

Hilda Ellis Davidson estime qu'il est possible, et Nora K. Chadwick très probable[5], que Lagertha soit en fait Þorgerðr Hölgabrúðr (Thorgerd), la déesse étant dépeinte dans plusieurs histoires. En dépeignant les nombreuses femmes guerrières dans ses contes, Saxo Grammaticus s'est appuyé sur la légende des Amazones de l'antiquité classique, mais aussi sur une variété de sources en vieux norrois (en particulier en islandais), qui n'ont pas été clairement identifiées[6].

Thorgerd était une déesse, ainsi que - tel qu'il est parfois affirmé - l'épouse, du dirigeant norvégien Haakon (c. 937–995), qui vivait à Hlaðir (Lade). Ceci peut être à l'origine du nom Hlaðgerðr[7]. Gaulardal, la vallée de la rivière Gaula (en) – là où selon Saxo, vivait Lagertha – se situe non loin et constitue le centre du culte de Thorgerd. C'est aussi, selon Snorri, le lieu de résidence de l'épouse de Haakon, Thora[8]. Finalement, la description de Lagertha venant en aide à Ragnar avec les cheveux au vent est semblable à la description que fait le Flateyjarbók de Thorgerd et sa sœur Irpa assistant Haakon[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Simek (2007:326-327).
  2. Orchard (1997:54).
  3. Hollander (1955:94). La situation de l'île est au nord d'un skerry au centre de la baie d'Hjórung. Au sud du skerry se trouve l'île de Horund.
  4. Pour un résumé des théories et autres détails académiques, sur Þorgerðr, voir Røthe (2006).
  5. Nora K. Chadwick, The Early Cultures of North-West Europe, Cambridge University Press,‎ 1950 (ISBN 9781107686557, lire en ligne), « Þorgerðr Hölgabrúðr and the trolla þing: a note on sources », p. 414
  6. (en) Judith Jesch, Women in the Viking Age, Woodbridge, Suffolk, Boydell Press,‎ 2001 (ISBN 9780851153605, lire en ligne), p. 178
  7. a et b (en) Saxo Grammaticus; edited by Hilda Ellis Davidson; translated by Peter Fisher, The history of the Danes: books I-IX, Woodbridge, D. S. Brewer,‎ 1979 (ISBN 9780859915021, lire en ligne), p. 151
  8. Davidson, 152.

Sources[modifier | modifier le code]