Îles du Détroit de Torrès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec les îles Torres du Vanuatu.

9° 52′ 49″ S 142° 35′ 26″ E / -9.88028, 142.59056

Localisation du détroit de Torrès
Les îles Torres

Les îles du détroit de Torrès sont un groupe d'environ 274 petites îles situées dans le détroit de Torrès, détroit qui sépare le nord de l'Australie (péninsule du cap York) de l'île de Nouvelle-Guinée. Ces îles font partie du Queensland, un des états australiens mais avec un statut spécial pour les droits de terre de la population mélanésienne et sont administrées par la Torres Strait Regional Authority.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est à l'île Possession que James Cook proclama pour la première fois la souveraineté britannique sur la partie orientale de l'Australie en 1770. La London Missionary Society envoya une mission dirigée par le Révérend Samuel Macfarlane qui arriva sur l'île Erub le premier juillet 1871. Cet évènement est appelé par les indigènes du détroit « The Coming of the Light » (« La venue de la lumière ») et son souvenir est célébré tous les ans par l'ensemble des communautés du détroit le premier juillet[1] Les îles furent annexées en 1879 par le Queensland et devinrent par la suite partie de la colonie britannique du Queensland bien que certaines soient situées à proximité des côtes de la Nouvelle-Guinée.

En 1888-1889 les îles furent visitées par les membres de la Cambridge Anthropological Expedition.

La proximité de la colonie du Territoire de Papouasie-Nouvelle-Guinée posa un problème au cours du processus menant à son indépendance en 1975 sous le nom de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les indigènes du détroit insistèrent sur l'appartenance des îles à l'Australie mais le gouvernement papouan s'opposa au contrôle complet de l'Australie sur les eaux du détroit

Un accord fut finalement trouvé statuant que les îles et leurs habitants resteraient sous souveraineté australienne mais que la frontière entre les deux pays courrait au milieu du détroit. En pratique les deux gouvernements coopèrent étroitement en ce qui concerne la gestion des ressources du détroit[2].

En 1982, Eddie Mabo et quatre autres indigènes des îles originaires de l'île Mer entamèrent une procédure légale pour faire reconnaître leurs propriété sur leur territoire. Mabo ayant été le premier plaignant nommé l'affaire devint connue sous le nom de Mabo case. En 1992, après deux ans d'auditions auprès de la cour suprême du Queensland et devant la Haute Cour d'Australie, celle-ci conclut que le peuple Mer était propriétaire de ses terres avant l'annexion par le Queensland.

Ce jugement allait à l'encontre du principe de terra nullius longtemps utilisé en Australie qui statuait que les peuples natifs d'Australie ne disposaient pas de droits particuliers sur les terres qu'ils habitaient avant la colonisation. Cette affaire fit jurisprudence et fut important dans le combat mené par les aborigènes d'Australie et les indigènes du Détroit pour la reconnaissance de leurs droits.

Le premier juillet 1994 la Torres Strait Regional Authority (TSRA), une agence gouvernementale australienne a été mise en place afin de gérer au niveau local la vie des communauté des îles du détroit ainsi que deux communautés d'îliens établis dans le cap York[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les îles sont dispersées sur une surface de 45 000 km². La largeur du détroit au point le plus étroit est d'environ 150 km, les îles s'étendent de 200 à 300 km à l'est comme à l'ouest autour de cette ligne.

le Détroit de Torres est un ancien isthme qui réunissait l'actuel continent australien et la Nouvelle-Guinée, l'ensemble de ces terres étant appelé le Sahul. Ce pont terrestre a été submergé il y a environ 8000 ans[4] formant le détroit actuel qui relie la mer d'Arafura et la mer de Corail. Beaucoup des îles actuelles du détroit sont d'anciennes éminences de l'isthme qui n'ont pas été submergées lors de la montée de l'océan.

Les îles ainsi que les eaux et les récifs les entourant abritent un riche écosystème comprenant plusieurs espèces endémiques. Parmi les animaux marins présents à proximité des îles on compte le dugong, la tortue verte, la tortue imbriquée et la tortue à dos plat. On y trouve aussi le Ducula bicolor un oiseau qui est devenu le symbole des îles.

Les Îles du Détroit de Torres peuvent être divisées en cinq groupes selon des critères géographiques et morphologiques.

Top Western islands[modifier | modifier le code]

Les îles de ce groupe se situent à proximité immédiate des côtes néo-guinéennes, la plus proche se trouvant à seulement 4 km de la Papouasie. L'île Saibai (l'une des plus grandes du détroit) et celle de Boigu sont basses et ont été formées par l'accumulation de sédiments provenant des cours d'eau de Nouvelle-Guinée qui se sont déposés en mer sur les plates-formes de corail. Leur végétation consiste surtout en mangrove et elles sont souvent inondées.

L'autre île principale de ce groupe est Dauan, plus petite et constituée de collines de granite escarpées

Near Western islands[modifier | modifier le code]

Les îles de ce groupe sont toutes situées au sud du milieu du détroit et sont principalement constituées de collines de granite et on y trouve des affleurements de basalte. Moa est la seconde île du détroit en superficie et sa voisine Badu est légèrement plus petite et recouverte de mangrove. Les autres îles importantes de ce groupe sont Mabuiag, Pulu et plus à l'est Naghir.

Inner islands[modifier | modifier le code]

Ce groupe, aussi connu sous le nom de Thursday Island group est plus proche de la péninsule de York et leur topographie et histoire géologique comportent beaucoup de ressemblances. L'île Prince of Wales est la plus grande du détroit et forme le centre de ce groupe d'îles proches. L'île Thursday bien plus petite est le centre administratif de la région et la plus peuplée de toutes. On y trouve aussi l'île Dumaralug de petite taille et située au sud de l'île Prince of Wales. Plusieurs de ces îles ont des sources d'eau fraîche permanentes et certaines ont été prospectées en raison de leurs ressources aurifères à la fin du XXe siècle et au début du XIXe. En raison de leur proximité avec le continent elles ont aussi servi de centres pour la collecte de perle et la pêche. Sur l'île Horn se trouve l'aéroport régional. L'île Hammong est l'autre île du groupe comptant des habitants permanents. L'île Possession est connue pour avoir été le lieu de débarquement de James Cook en 1770. Moa située dans les Near Western islands fait culturellement partie de ces îles.

Central islands[modifier | modifier le code]

Ce groupe est formé d'îles plus dispersées et situées au milieu du détroit, il comporte beaucoup de cayes de sables entourées de barrières de corail similaires à la grande barrière de corail voisine. Les îles du groupes situées le plus au nord (Iama, Two Brothers) sont par contre hautes et constituées d'affleurement basaltiques. Les cayes telles que Poruma, Warraber et Masig font généralement moins de 3 km de long et 800 m de large et connaissent des problèmes d'infiltration d'eau salée.

Eastern islands[modifier | modifier le code]

Les îles de ce groupe (principalement l'île Murray, Dauar et Waier, ainsi que l'île Darnley et l'île Stephen plus au nord) ont été formées différemment des autres. Elles ont une origine volcanique remontant au pléistocène. De ce fait leurs sols sont composés d'une riche terre fertile recouverte d'une végétation épaisse. La partie orientale de ce groupe est située à moins de 20 km de la grande barrière de corail.

Administration[modifier | modifier le code]

La Torres Strait Regional Authority (TSRA) est l'institution chargée du gouvernement des îles. Elle est dirigée par un ensemble de 20 représentants élus issus des communautés d'Indigènes du Détroit et d'Aborigènes d'Australie résidant dans la région du détroit. Il y a un représentant par communauté. L'institution dépend du Département des familles, des services communautaires et des affaire indigènes (Department of Families, Community Services and Indigenous Affairs) du gouvernement australien. Le centre administratif des îles est situé sur l'île Thursday

Démographie[modifier | modifier le code]

Les Indigènes du Détroit de Torres, population originelle des îles sont des mélanésiens culturellement proches des populations de la côte papoue et sont de ce fait distincts des aborigènes d'Australie. Il existe deux communautés de cette population sur la côte du Queensland, à Bamaga et à Seisia.

Selon le recensement australien de 2002, les îles comptent 8089 habitants dont on estime que 6214 sont des Indigènes du Détroit ou des Aborigènes d'Australie.

Deux langues autochtones y sont parlées, le Kala Lagaw Ya et le Meriam Mir. Le créole du Détroit de Torres à base anglaise et parlé également sur les côtes voisines de Papouasie et du Queensland sert de langue véhiculaire ; il est proche du Tok Pisin, créole utilisé dans tout la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. The Coming of the Light sur le site de la Torres Strait Regional Authority
  2. Pour une carte détaillée voir « Australia's Maritime Zones in the Torres Strait » [PDF], Australian Government - Geoscience Australia (consulté le 2008-04-13),
    for the agreement see « Treaty between Australia and the Independent State of Papua New Guinea concerning sovereignty and maritime boundaries in the area between the two countries, including the area known as Torres Strait, and related matters, 18 December 1978 » [PDF], United Nations (consulté le 13 avril 2008)
  3. Site internet de la Torres Strait Regional Authority
  4. Histoire générale du détroit sur le site de la Torres Strait Regional Authority

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]