Îles Salomon (archipel des Chagos)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Îles Salomon (homonymie).
Îles Salomon
Salomon Islands (en)
Carte des îles Salomon.
Carte des îles Salomon.
Géographie
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Revendication par Drapeau de Maurice Maurice
Archipel Archipel des Chagos
Localisation Océan Indien
Coordonnées 5° 20′ 04″ S 72° 14′ 24″ E / -5.33455, 72.2399145° 20′ 04″ S 72° 14′ 24″ E / -5.33455, 72.239914  
Superficie 5 km2
Nombre d'îles 11
Île(s) principale(s) Île Boddam
Géologie Atoll
Administration
Territoire britannique d'outre-mer Territoire britannique de l'océan Indien
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Fuseau horaire UTC+6

Géolocalisation sur la carte : Territoire britannique de l'océan Indien

(Voir situation sur carte : Territoire britannique de l'océan Indien)
Îles Salomon
Îles Salomon

Géolocalisation sur la carte : océan Indien

(Voir situation sur carte : océan Indien)
Îles Salomon
Îles Salomon
Archipels du Royaume-Uni - Archipels de Maurice

Les îles Salomon, en anglais Salomon Islands, forment un atoll inhabité de l'archipel des Chagos, dans le territoire britannique de l'océan Indien, un territoire britannique d'outre-mer[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de l'île Boddam (à gauche) et de l'île Diable (à droite).

Les îles Salomon sont situées dans le centre de l'océan Indien, dans le nord de l'archipel des Chagos, au nord du banc Great Chagos, à 24 kilomètres à l'est de Peros Banhos et à 208 kilomètres au nord de Diego Garcia[1]. Administrativement, il est inclus dans le territoire britannique de l'océan indien, un territoire britannique d'outre-mer. Cependant, Maurice réclame la souveraineté de l'archipel des Chagos, y compris les îles Salomon[2].

L'atoll est de forme elliptique avec neuf kilomètres de longueur dans le sens nord-est-sud-ouest et cinq kilomètres de largeur[1]. Les terres émergées représentent 5 km2 de superficie et sont constituées de onze îles[1]. La plus grande d'entre-elles, l'île Boddam, est située dans le Sud-Ouest de l'atoll[1]. Les îles Boddam , Fouquet et Takamaka comportent les ruines d'anciens campements. Toutes les îles sont couvertes d'une végétation tropicale.

Le lagon des îles Salomon, appelé baie des îles Salomon, communique avec la pleine mer via une passe dans le Nord de l'atoll, entre les îles Anglaise et de la Passe. Ce lagon constitue un havre privilégié pour les plaisanciers de passage dans l'archipel des Chagos.

Nom Superficie (km2)
Île Anglaise 0.82
Île Boddam 1.08
Île Diable
Île Fouquet 0.45
Île Jacobin
Île Mapou 0.04
Île de la Passe 0.28
Île Poule
Île du Sel
Île Sepulture
Île Takamaka 0.48

Histoire[modifier | modifier le code]

Ruines de l'église sur l'île Boddam.

Au cours du XVIIIe siècle, les Français colonisent l'archipel des Chagos et installent trois campements dans les îles Salomon : sur l'île Boddam, l'île Fouquet et l'île Takamaka. Des Africains y travaillent dans des conditions proches de l'esclavage pour l'exploitation du coprah tiré des cocoteraies. Le commandant britannique Robert Moresby cartographie l'atoll en 1837.

Entre 1966 et 1973, les habitants des îles Salomon sont déportés vers Maurice dans le cadre du développement de la base militaire britannique de Diego Garcia[2],[3]. À cette époque, seule l'île Boddam est habitée par environ 400 habitants. Elle comporte des habitations, des boutiques, une église, une école, une jetée et la demeure du planteur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Oceandots - Salomon Islands », sur http://www.oceandots.com/ (consulté le 25 janvier 2010)
  2. a et b (en) « The World Factbook - British Indian Ocean Territory », sur https://www.cia.gov/ (consulté le 23 janvier 2010)
  3. (en) Christian Nauvel, A Return from Exile in Sight? The Chagossians and their Struggle, Northwestern Journal of International Human Rights, 31 p. (lire en ligne), p. 1 à 7 - introduction