Île de León

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'île de León, totalement séparée du continent selon une carte du XIXe siècle, comprend la ville de San Fernando, ainsi que l'isthme et la ville de Cadix.
Vue aérienne de la baie de Cadix, où l'on voit Cadix et San Fernando.

L'île de León est l'une des îles qui forment la baie de Cadix, accident géographique situé sur la Costa de la Luz (es). Cette île comprend la partie terrestre située entre la ville de Cadix et la péninsule Ibérique ; elle fait partie de la commune de San Fernando (dans la (Province de Cadix), dont le centre urbain est situé sur l'île[1].

L'île de León est séparée du reste de la péninsule ibérique (c'est-à-dire, des communes de Chiclana de la Frontera et de Puerto Real) par le Caño de Sancti Petri (es), bras de mer qui relie les eaux de la baie (au nord) à celles de l'océan Atlantique (au sud). L'île est aussi séparée de l'arrondissement communal de Cadix par le petit bras de mer appelé Río Arillo (es), qui relie la baie à la côte Atlantique. Les communications terrestres avec l'île de León se sont développées au fil de l'histoire grâce au pont Zuazo (es) et aux ouvrages qui l'ont précédé[2].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

En réalité, il y a quatre ponts qui relient l'île à la péninsule : le pont-rail, le pont de la Carraca, l'autoroute espagnole A-4 et le pont Zuazo (CA-33); les deux premiers sont parallèles et les deux derniers sont séparés de quelques mètres. Le pont Zuazo fut détruit pendant le siège français. Le pont original était romain et faisait franchir le bras de mer à la chaussée romaine qui reliait Cadix à Rome. Cette chaussée antique est encore visible à certains endroits entre San Fernando et Puerto Real (à la droite du tracé actuel de la nationale IV, en direction de Madrid).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le peuplement de l'île remonte à l'époque de la colonie phénicienne, groupement qui s'y établit vers 1100 avant Jésus-Christ. Par la suite, les Carthaginois prirent le relais des Phéniciens. Les Romains connurent l'île de León sous le nom d'Antípolis. La zone vécut une époque de crise au Moyen Âge, surtout sous la domination wisigothique. Elle s'appela Isla de Puente (île du Pont) jusqu'en 1335, date où elle s'intégra à l'arrondissement municipal de Cadix. De 1493 ou 1511 à 1729, elle s'appela île de León. En 1766, elle devint indépendante de Cadix. De 1729 à 1813, l'agglomération porta le nom de Villa de la Real Isla de León (villa de l'île royale de León)[3] : c'est pourquoi le serment des Cortes de 1810 porte le nom de celui des Cortes de l'île royale de León.

Le 27 novembre 1813, les Cortes se réunirent une dernière fois dans l'église conventuelle du Carmel (es) de l'île de Léon et convinrent d'accorder le titre de ville et le nom de San Fernando, à la mémoire du roi Ferdinand VII, à la Villa de l'île royale de León, pour ses actes de courage et de loyauté pendant le siège du maréchal Víctor à la tête de l'armée française[4].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Situation géographique de la commune de San Fernando.
  2. Orígines du pont Zuazo, voie d'accès à l'île de León.
  3. (es)« La Isla de León », sur Fundación Legado de las Cortes de la Real Isla de León.
  4. La résolution des Cortes du 27 novembre 1813 avait la teneur suivante : « Don Fernando VII, por la gracia de Dios y por la Constitución de la monarquía Española, Rey de las Españas y en su ausencia y cautividad la Regencia del Reino, nombrada por las Cortes generales y extraordinarias, a todos los que la presente vieren y entendieren, saber: Que las Cortes han decretado lo que sigue: « Las Cortes, teniendo consideración a los distinguidos servicios y recomendables circunstancias de la villa de la Real Isla de León, y a que en ella se instalaron las Cortes generales y extraordinarias, han venido a concederle el título de ciudad, con la denominación de San Fernando […]. » Dado en San Fernando, a 27 de noviembre de 1813. Francisco Tacón, Presidente. Miguel Antonio de Zumalacárregui, Diputado Secretario. Pedro Alcántara de Acosta, Diputado Secretario. A la Regencia del Reino. » (Don Ferdinand VII, roi des Espagnes par la grâce de Dieu et la Constitution de la monarchie espagnole et, en son absence et pendant sa captivité, la Régence du royaume, nommée par les Cortes générales et extraordinaires, à tous ceux qui verront et entendront la présente, sachez : Que les Cortes ont décrété ce qui suit : « Les Cortes, vu les services distingués et les circonstances recommandables de la Villa de l'île royale de León, ainsi que le fait que les Cortes générales et extraordinaires s'y sont installées, sont venues à lui concéder le titre de ville et le nom de San Fernando […]. » Fait à San Fernando, le 27 novembre 1813. Francisco Tacón, président. Miguel Antonio de Zumalacárregui, secrétaire adjoint. Pedro Alcántara de Acosta, secrétaire adjoint. À la Régence du royaume.)

Lien externe[modifier | modifier le code]