Île de Killiniq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Île de Killiniq
Carte de l'île de Killiniq
Carte de l'île de Killiniq
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Archipel Archipel arctique canadien
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 60° 22′ 00″ N 64° 37′ 00″ O / 60.366667, -64.61666760° 22′ 00″ N 64° 37′ 00″ O / 60.366667, -64.616667  
Superficie 269 km2
Administration
Territoires Nunavut et Terre-Neuve-et-Labrador
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Terre-Neuve-et-Labrador

(Voir situation sur carte : Terre-Neuve-et-Labrador)
Île de Killiniq
Île de Killiniq

Géolocalisation sur la carte : Nunavut

(Voir situation sur carte : Nunavut)
Île de Killiniq
Île de Killiniq

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Île de Killiniq
Île de Killiniq
Îles du Canada  

L'île de Killiniq est une île située près de la côte nord-orientale du Canada, à l'extrême Nord du Labrador entre la Baie d'Ungava et la Mer du Labrador.

L'île a une superficie de 269 km2 et est traversée par l'unique frontière terrestre entre le Nunavut et la province de Terre-Neuve-et-Labrador. La frontière avec le Québec suit le long de la côte de l'île.

Histoire[modifier | modifier le code]

Port Burwell, 1919

Sur la partie de l'île administrée par le Nunavut se trouvent les restes d'une ville nommée Killiniq (précédemment nommée Port Burwell) qui, entre 1844 et les Années 1940 du XXe siècle, eut une certaine importance en tant qu'escale commerciale arctique et station météorologique. Le lieu fut habité par un groupe d'inuits de la communauté Taqpangajuk, lesquels se constituèrent en 1959 en coopérative.

La communauté fut reconnue en 1975 par le gouvernement canadien au travers de la convention de la Baie-James et du Nord québécois, mais, malgré les termes de la convention, les inuits de l'île ne reçurent aucun support économique et durent donc émigrer, leurs conditions de vie sur l'île se détériorant. Les quarante-neuf derniers habitants abandonneront en 1978 leur lieu de vie qui, dans les années suivantes, fut complètement détruit.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Makivik Corporation, Taqpangajuk Relocation: A Feasibility Study, Phase II, Final Report, volume ii (1987), p. i.

Articles connexes[modifier | modifier le code]