Île de Brasil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brazil.
L'île de Brasil à l'Ouest de l'Irlande.
(Carte marine de Abraham Ortelius 1572)

L'île de Brasil ou Hy-Brasil est une île fantôme représentée sur de nombreuses cartes marines depuis le XIVe siècle jusqu'au XVIIe siècle.

Alexandre de Humboldt rappelle, dans son livre Examen critique de l'Histoire et Géographie du nouveau continent aux XVe et XVIe siècles, que de nombreuses cartes marines, portulans et mappemondes représentent depuis le XIVe siècle, une île plus ou moins étendue et située le plus souvent dans l'Océan Atlantique Nord, sous des appellations différentes mais relativement proches : Brasile, Bracie, Bresily, Bersil, Brazilæ, Bresilji, Braxilis, Branzilæ, O'Brasil, O'Brassil[1].

Dans la mythologie irlandaise, un île dénommée Hi-Brasil Hy-Breasal, Hy-Brazil, Hy-Breasil ou Brazir est évoquée et localisée au large de l'Irlande ou dans les parages de l'archipel des Açores. Cette île aurait été habitée par des moines irlandais.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La source de ce nom est inconnue, mais il peut venir des mots celtiques «Breas» et «ail» qui signifiraient "plantes" et "teinture rouge". Le terme est lié à la couleur rougeâtre. Le bois du Brésil a la particularité d'avoir une couleur de braise (du celtique (gaélique) "brath", de la langue germanique, bras : feu, brasen : brûler, en vieux norrois brasa : feu vif)[2].

Selon le scientifique américain Edward Bancroft (XVIIIe siècle), dès le XIIe siècle, les termes "Brasile" et "Braxilis", indiquant un bois rouge, viendrait du mot italien bragio : braise.

L'île de Brasil sur les cartes marines[modifier | modifier le code]

Dès le XIVe siècle de nombreuses cartes marines indiquent cette île de Brasil.

En 1870, M. W a suggéré devant la société géologique de France que le banc de Porcupine pourrait peut-être être un vestige de l'île mythique Hy-Brasil[7].

Le bois de Brasil[modifier | modifier le code]

Dans la seconde moitié de la période médiévale, un bois rougeâtre exotique apparaît dans la construction des palais princiers.

Le roi Charles V de France

En plein XIVe siècle, le roi de France Charles V de France agrandit les limites de Paris. Il fait édifier le château de Vincennes au-dehors des limites de la ville afin de pouvoir échapper aux éventuelles révoltes des bourgeois de Paris, comme ce fut le cas, avant son règne, avec leur représentant, le prévôt des marchands Étienne Marcel.

Il fait construire de nouvelles enceintes au palais du Louvre. De nouvelles salles princières et royales sont édifiées, notamment la fameuse bibliothèque de Charles V, la plus importante de toute l'Europe (grand érudit et amateur de livres) dont l'intérieur est réalisé avec un bois rare et exotique de couleur rouge, qui proviendrait du Brésil selon les travaux de recherches de l'université Montpellier-III.

Dès la seconde moitié du XVe siècle, des navigateurs français et européens se seraient rendus au Brésil pour rapporter le fameux bois couleur de braise :

  • les sceptiques émettent l'hypothèse que ce bois rouge ne proviendrait pas du Brésil mais du Levant et pourrait être le fameux cèdre du Liban ;
  • Alexandre de Humboldt émet l'hypothèse que ce bois rouge pourrait provenir des Indes de la côte de Malabar ou de plus loin encore, de Malaisie, dont le commerce était fleurissant au Moyen Âge, notamment grâce aux commerçants arabes. Humboldt précise, dans son livre Examen critique de l'Histoire et Géographie du nouveau continent aux XVe et XVIe siècles, qu'un bois rouge propre à la teinture était connu en Italie et en Espagne trois siècles avant le voyage de Vasco de Gama vers Goa et Calicut[1] ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]