Île Astove

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Île Astove
Astove Island (en)
Image satellite de l'île Astove.
Image satellite de l'île Astove.
Géographie
Pays Drapeau des Seychelles Seychelles
Archipel Groupe d'Aldabra (îles Extérieures)
Localisation Océan Indien
Coordonnées 10° 06′ S 47° 45′ E / -10.1, 47.7510° 06′ S 47° 45′ E / -10.1, 47.75  
Superficie 4,96 km2
Point culminant non nommé (18 m)
Géologie Atoll
Administration
Statut Ne fait partie d'aucun district des Seychelles.
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Peut-être fin du Moyen Âge (Arabes)
Avec certitude au début du XVIe siècle (Portugais)
Fuseau horaire UTC+4

Géolocalisation sur la carte : Seychelles

(Voir situation sur carte : Seychelles)
Île Astove
Île Astove
Atoll des Seychelles

L'île Astove, en anglais Astove Island, est une île des Seychelles dans l'océan Indien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de l'île Astove.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'île Astove est située dans le Sud-Ouest des Seychelles et des îles Extérieures. Elle fait partie du groupe d'Aldabra qui compte Cosmoledo à 38 kilomètres en direction du nord-nord-ouest ainsi qu'Aldabra et l'île de l'Assomption en direction du nord-ouest.

Relief[modifier | modifier le code]

L'île Astove est un atoll. Grossièrement circulaire avec six kilomètres de longueur du nord au sud pour quatre kilomètres de largeur d'est en ouest, elle comporte un pseudo-lagon en son centre. Celui-ci communique avec la pleine mer par une brèche, le Gueule Bras Channel, dans le Sud-Ouest de l'île. Ce pseudo-lagon n'est profond que de trois mètres au maximum et comporte des bancs de sable et quelques îlots dans sa partie Sud-Ouest. Sa profondeur augmente lentement par dissolution de son fond calcaire en raison de l'acidification de ses eaux par les sols de l'île[1]. La superficie des terres émergées est de 4,96 km2 pour une superficie totale de 9,5 km2, lagon inclus. Son littoral, composé de plages de sable entrecoupées de récifs coralliens émergés, notamment dans le Sud-Ouest de l'île, est protégé par un étroit récif corallien d'une largeur maximale de 180 mètres. Au-delà de ce récif, la bathymétrie augmente rapidement avec une profondeur de 550 mètres à 300 mètres de distance du rivage[1].

L'île, en forme d'anneau, n'est large que d'environ un kilomètre dans sa partie occidentale. Majoritairement plate, son point culminant est composé de dunes s'élevant à 18 mètres de hauteur dans sa partie orientale. À l'opposé de l'île, dans sa partie la plus large, se trouve une partie émergée du récif corallien qui culmine à cinq mètres d'altitude. L'île est couverte d'une végétation tropicale composée de cocoteraies et de plantations de sisal. Une piste d'atterrissage enherbée se trouve à proximité de la pointe Nord-Est de l'île.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l'île Astove est tropical et comporte deux saisons[1]. Lorsque les alizés soufflent du sud-est généralement entre avril et novembre, les températures se situent autour de 28 °C et le temps est plutôt sec[1]. Entre novembre et avril, l'île est sous l'influence d'une mousson provenant du nord-ouest qui s'accompagne d'une hausse des températures et le passage de cyclones ce qui provoque une hausse des précipitations[1]. En dépit de ce climat, l'île est relativement aride[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le campement présent sur l'île Astove est abandonné depuis les années 1980. Il abritait les travailleurs employés dans les cocoteraies et les plantations de sisal de l'île. Depuis, les rares visiteurs sont essentiellement composés de scientifiques qui viennent étudier son pseudo-lagon ainsi que des plongeurs attirés par le récif corallien.

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) C.J. Piggott, Notes on some of the Seychelles Islands, Indian Ocean, coll. « Atoll Research Bulletin 83 »,‎ 1961 (lire en ligne), p. 1-10