Íñigo d’Oña

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ascension de la Vierge Marie, avec Saint Íñigo (toile de Francisco de Goya)

Saint Íñigo d'Oña (en basque: Eneko ; en latin: Ignatius), né vers l’an 1000 à Oña et y décédé le 1 juin 1068 (ou 1071) était un abbé du monastère bénédictin Saint-Sauveur, à Oña. Canonisé en 1259 par le pape Alexandre IV il est vénéré régionalement (au Pays basque), et liturgiquement commémoré le 1 juin. Il est le saint patron de la ville de Calatayud. À son baptême Ignace de Loyola le reçut comme saint patron.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Íñigo est né à Calatayud. Encore jeune il entre au monastère Saint-Jean de la Peña. Il y est ordonné prêtre. Mais spirituellement insatisfait, il se retire comme anachorète dans la solitude des montagnes de la région de Tobed et y acquiert une réputation de grande vertu et de thaumaturgie. Aussi Sanche III de Navarre le fait-il chercher pour le mettre à la tête du monastère d’Oña, dans la province de Burgos (en octobre 1034). Durant son abbatiat le monastère Saint Sauveur reçoit de García IV de Navarre la juridiction sur Saint Jean de Pancorvo (1046) et sur celles de San Juan, Santa Maria et San-Martin de Alfania (1048). Le monastère en devient un des plus prospères de la région.

Église et monastère Saint-Sauveur d'Oña

Proche conseillé de Sanche III de Navarre il est également confesseur de son fils Garcia IV. Le 12 décembre 1052 l’abbé Íñigo assiste à la consécration de la nouvelle fondation faite par Garcia IV de Navarre du monastère Santa María la Real de Nájera. Avec Dominique de Silos, il intervint (en vain) pour prévenir un conflit fratricide qui aboutit à la bataille d’Atapuerca (1 septembre 1054): Garcia y perdit la vie.

Íñigo d'Oña meurt à Oña le 1 juin 1068 (ou 1071).

Vénération[modifier | modifier le code]

Très populaire dans la région, Íñigo d'Oña est canonisé par le pape Alexandre IV en 1259. Un reliquaire d’argent contenant ses reliques est préservé dans l’église de Oña. De nombreuses familles de la région donnent le prénom d'Íñigo à un de leurs fils, comme c’est le cas, à la fin du XVe siècle, des seigneurs de Loyola, dont le septième et dernier fils est baptisé Íñigo Lopez de Loyola. Ce sera le futur saint Ignace de Loyola.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Juan Bautista Dameto (et al.), Historia de San Íñigo, Abad del Real Monasterio de San Salvador de Oña, Calatayud, Departamento de Cultura, 2000.