Évariste Lévi-Provençal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Évariste Lévi-Provençal

texte=Importez l'image de cette personne

Biographie
Naissance
Alger (Algérie)
Décès (à 62 ans)
Paris (France)
Nationalité Française
Vie universitaire
Formation Université d'Alger
Titres Professeur des universités
Approche disciplinaire Histoire de l'Occident musulman au Moyen Age

Principaux travaux

  • L'Espagne musulmane au Xe siècle. Institutions et vie sociale (1932)
  • Séville musulmane au début du XIIe siècle. Le traité d'Ibn 'Abdun sur la vie urbaine et les corps de métiers (1947)
  • Histoire de l’Espagne musulmane (1950)

Évariste Lévi-Provençal (en arabe : لافي بروفنسال إفاريست), né le 4 janvier 1894 à Alger, en Algérie[1], et mort le 23 mars 1956 à Paris, en France, est un historien, écrivain, orientaliste, et islamologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Évariste Lévi-Provençal est d'origine juive. Les Lévi-Provençal se seraient établis assez tardivement à Alger, probablement vers 1600, mais la famille est originaire du sud de la France, de Provence, d'où le nom de « Provençal »[2], que la famille quitte à la fin du XVe siècle (vers 1480) : après un long séjour en Italie[3], les Lévi-Provençal s'installent dans le Maghreb, peut-être vers l'an 1600. Au XIXe siècle, on les trouve à Alger[4].

Le nom Évariste Lévi-Provençal est un "nom de plume" en effet Évariste Lévi-Provençal est le petit-fils de Makhlouf LEVY. Tous les documents officiels : acte de naissance, mariage, décès et Légion d'honneur portent le nom de Levi Evariste Makhlouf.[réf. nécessaire]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Il fit ses études secondaire au Lycée de Constantine et les poursuivit à l'Université d'Alger où il fut l'étudiant de René Basset et de Jérôme Carcopino.

Soldat pendant la Première Guerre mondiale, il fut grièvement blessé à la Bataille des Dardanelles et partit en convalescence au Maroc. C'est dans le Rif que sa vocation d'arabisant se confirma[5].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Nommé professeur à l'Institut des Hautes Études marocaines en 1920 à Rabat, il publia ses deux thèses en 1922. Il consacra ses travaux sur l'Occident musulman au Moyen Age.

Professeur à l'université d'Alger, il fut exclu de l'enseignement supérieur par le Régime de Vichy. Réintégré, il termina sa carrière comme professeur à la Sorbonne et directeur de l'Institut d'études islamiques de l'Université de Paris[6].

Apport à l'histoire de l'Occident musulman au Moyen Age[modifier | modifier le code]

Évariste Lévi-Provençal, considéré comme étant le chef de file de l'islamologie française, devient le directeur de l'« Institut d'études islamiques » d'Alger. Spécialiste de l'Espagne musulmane, ses recherches et ses innovations complètent la connaissance de la question musulmane dans l'Espagne médiévale.

Ouvrages sélectifs[modifier | modifier le code]

  • L'Espagne musulmane au Xe siècle. Institutions et vie sociale, Paris, Maisonneuve & Larose (1932), rééd. 2002
  • Séville musulmane au début du XIIe siècle. Le traité d'Ibn 'Abdun sur la vie urbaine et les corps de métiers, Paris, Maisonneuve & Larose, 1947
  • Histoire de l’Espagne musulmane, Paris, Maisonneuve & Larose, 1950
    • Tome I : La Conquête et l'Émirat hispano-umaiyade (710-912)
    • Tome II : Le Califat umaiyade de Cordoue
    • Tome III : Le Siècle du califat de Cordoue

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Lewis et Martin S. Kramer, The Jewish discovery of Islam : Studies in honor of Bernard Lewis, Moshe Dayan Center for Middle Eastern and African Studies,‎ 1999 (ISBN 9789652240, lire en ligne), p. 34.
  2. Danièle Iancu, L'expulsion des Juifs de Provence et de l'Europe méditerranéenne (XVe-XVIe siècles) : exils et conversions, vol. 36, Peeters Publishers, coll. « Collection de la Revue des études juives » (ISBN 9789042916340, lire en ligne), p. 180.
  3. D'où peut-être le nom de "Levi", forme italienne de "Levy"
  4. L'expulsion des Juifs de Provence et de l'Europe méditerranéenne.
  5. http://www.jstor.org/discover/10.2307/4054909?uid=3738016&uid=2129&uid=2&uid=70&uid=4&sid=21103802734147
  6. Robert Brunschvig, Bulletin hispaniques volume 59, 1957 pp.127-128

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]