Événements du Guébié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique en Côte d'Ivoire
Image illustrative de l'article Événements du Guébié

En 1970, dans le Guébié, un canton situé à l'ouest de la Côte d'Ivoire, près de la ville de Gagnoa, une révolte, en réponse à l'interdiction d'un nouveau parti politique, le PANA (Parti National Africain), a été sévèrement réprimée et aurait fait environ 4 000 morts (chiffre sujet à polémique....)[1].

Le 26 octobre 1970, un étudiant bété, Kragbé Gnagbé, créateur de ce nouveau parti, avec quelques centaines de paysans, va occuper Gagnoa, capitale régionale, et proclamer une République d’Éburnie. Kragbé Gnagbé sera mortellement blessé dans les affrontements qui suivront.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gadji Dagbo Joseph : L'Affaire Kragbé Gnagbe de (Editions NEI )
  • Samba Diarra : Les faux complots d'Houphouët-Boigny - Editions Khartala 1997[2]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le chiffre de 4000 victimes est indiqué dans l'ouvrage du professeur Samba Diarra, Les faux complots d'Houphouët-Boigny
  2. Le professeur Samba Diarra, secrétaire-adjoint du syndicat des médecins, chirurgiens, dentistes et pharmaciens de Côte d'Ivoire, a été arrêté en 1963 pour « faux complot ». Après sa libération, en 1966, il deviendra médecin-chef à l'hôpital de Sassandra puis professeur de gynécologie et d'obstétrique de l'Université de Côte d'Ivoire de 1980 à 1991