Étymologie d'Al-Andalus et de l'Andalousie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'étymologie d'Al-Andalus et de l'Andalousie a fait l'objet durant les trois derniers siècles des hypothèses les plus variées, allant du jardin des Hespérides à l'Atlantide mais, en 1989, l'historien et islamologue allemand Heinz Halm a montré que le nom d'Al-Andalus provient de l'arabisation de la désignation wisigothique de l'Espagne : « *landa-hlauts ».

Hypothèse la plus récente : hypothèse de Heinz Halm[modifier | modifier le code]

L'historien et islamologue allemand Heinz Halm a démontré[1] en 1989 qu'« Al-Andalus » provient de l'arabisation de la désignation wisigothique de l'Espagne : « *landa-hlauts »[2].

Heinz Halm pose d'abord le double constat suivant :

  • les Wisigoths procédaient à la répartition des terres conquises par tirage au sort
  • dans les textes latins qui nous sont parvenus, le royaume wisigothique d'Espagne est appelé « Gothica Sors », ce qui signifie « tirage au sort gotique » : les Wisigoths désignaient donc leur royaume par le nom de leur système d'allocation des terres.

Il fait ensuite l'hypothèse que l'équivalent en langue gotique de l'expression « Gothica Sors » était *landa-hlauts (« attribution des terres par tirage au sort »), composé de *landa- « terre » et *hlauts « sort, héritage ».

Ce terme aurait été repris par les Arabes au VIIIe siècle et déformé phonétiquement en Al-Andalus[3] :

landa-hlauts > landa-lauts > landa-luts > landa-lus > al-Andalus

Cette hypothèse est reprise par les spécialistes comme Marianne Barrucand, professeur émérite d'art islamique à l'Université Paris IV - Sorbonne et spécialiste de l'archéologie islamique.

Hypothèses antérieures[modifier | modifier le code]

Hypothèse de Shams Ud Dîn Ibn Khallikân[modifier | modifier le code]

L'historien arabe Ibn Khallikan (1211–1282) a émis l'hypothèse que l'origine du nom « Andalus » provenait du premier habitant à avoir habité la région après le déluge de Noé, qui se serait appelé « Andalus ». Il serait un fils de Japhet fils de Noé[4].

Hypothèse de Miguel Casiri[modifier | modifier le code]

Selon l'orientaliste libanais du XVIIIe siècle Miguel Casiri, « Al-Andalus » dériverait du mot arabe Handalusia qui signifie « la région du soir, de l'occident » et équivaut ainsi à l'Hesperia des Grecs (Jardin des Hespérides)[5].

Hypothèse de d'Anville, Dozy et Lévi-Provençal[modifier | modifier le code]

Selon le géographe et cartographe français du XVIIIe siècle Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, le nom d'Al-Andalus viendrait des Vandales qui occupèrent le sud de l'Espagne de 407 à 429 et l'auraient dénommée « Vandalusia »[6].

Cette hypothèse fut reprise par plusieurs savants orientalistes des XIXe et XXe siècles comme Reinhart Dozy (1820-1883) et Évariste Lévi-Provençal (1894-1956).

Bien qu'encore très largement répandue dans les ouvrages non spécialisés, cette hypothèse est très critiquée par les spécialistes comme Marianne Barrucand :

  • la transformation phonétique de « Wandal » (le nom germanique des Vandales) en « Al-Andalus » est impossible[1]
  • pourquoi les Arabes auraient-ils utilisé en 716 le nom d'un peuple disparu d'Espagne depuis près de 3 siècles[1], plutôt qu'un terme lié aux Wisigoths qu'ils venaient de soumettre ?
  • pourquoi auraient-ils utilisé le nom d'un peuple qui est resté moins de 20 ans en Andalousie (de 409 à 429)[1] ?
  • pourquoi auraient-ils dénommé l'Espagne entière du nom d'un peuple qui n'en a occupé que le sud ?

Une variante de l'hypothèse de d'Anville permet de répondre aux trois dernières objections ci-dessus : elle attribue l'origine de la dénomination « al-Andalus » non aux Vandales eux-mêmes mais aux Berbères du Maghreb qui auraient conservé le souvenir du déferlement des Vandales en Afrique du Nord au Ve siècle et auraient donc donné le nom de « pays des Vandales »[réf. nécessaire] à l'Espagne d'où venaient les Vandales avant d'envahir l'Algérie et la Tunisie pour fonder le royaume vandale d'Afrique (429–533). Cette dénomination aurait ensuite été reprise par les Arabes, dont les armées d'invasion de l'Espagne étaient en grande partie constituées de Berbères.

Hypothèse de Joaquín Vallvé Bermejo[modifier | modifier le code]

L'historien espagnol Joaquín Vallvé Bermejo fit en 1986 l'hypothèse que « Andalus » signifiait « Atlantide »[7] en arabe ancien.

Cette hypothèse est basée sur le simple fait qu'elle est phonétiquement plausible mais elle ne repose sur aucune preuve historique, ni même linguistique.

De plus, en arabe moderne, « Atlantide » se dit aţlānţis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Marianne Barrucand et Achim Bednorz, Architecture maure en Andalousie, PML Éditions, 1995, p.12
  2. Heinz Halm, Al-Andalus und Gothica Sors dans Welt des Orient, 66, 1989, p. 252-263
  3. Marianne Barrucand et Achim Bednorz, Architecture maure en Andalousie, PML Éditions, 1995, p. 13
  4. Origine du nom de Al Andalus et sa géographie - Extrait de Wafayat Ul A'yan
  5. Miguel Casiri, Bibl. Arabico-Hispana t.2, p. 327
  6. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, États de l'Europe, p. 146-147
  7. Vallvé Bermejo, Joaquín, The Territorial Divisions of Muslim Spain, 1986